Maison Jacynthe devra travailler avec un chimiste professionnel pour formuler ses produits cosmétiques et naturels, a appris La Presse. L'entreprise de bien-être, fondée il y a quatre ans par la comédienne Jacynthe René et son conjoint Sylvain Garon, a été prise à partie par l'Ordre des chimistes du Québec, qui l'a mise en garde contre l'exercice illégal de la chimie.

Mis à jour le 16 juill. 2018
Jean Siag LA PRESSE

Près de 200 produits de beauté et de soins de la peau, incluant les super aliments Actumus, sont vendus dans les cinq boutiques de l'entreprise québécoise. Le mois dernier, la direction a reçu un avertissement du syndic de l'Ordre l'enjoignant de travailler avec un chimiste professionnel sous peine de poursuites pénales.

« Quiconque n'étant pas membre de l'Ordre exerce la chimie professionnelle ou prend le titre de chimiste professionnel commet une infraction et est passible d'une peine prévue à l'article 188 du Code des professions », avertit l'Ordre professionnel dans un message adressé à Maison Jacynthe. Ce type d'infraction prévoit des amendes pouvant varier de 5000 $ à 125 000 $ pour les entreprises fautives.

Maison Jacynthe, dont la majorité des produits cosmétiques sont fabriqués à Mont-Saint-Hilaire par l'entreprise Céliarôme, ignorait cette obligation, selon ses fondateurs, qui ont accepté de se conformer à l'avis de l'Ordre.

« Des démarches sont entreprises avec Sylvie Raymond [chimiste de Saint-Jérôme, membre de l'Ordre] », a confirmé Jacynthe René à La Presse, avouant qu'elle était « tombée en bas de [sa] chaise » en recevant cet avis. 

« Je pense que c'est une surprise pour tout le monde au Québec. D'abord de savoir qu'il y a un Ordre des chimistes, ensuite qu'on ne peut pas faire de fabrication artisanale [sans l'intervention d'un chimiste professionnel]. J'ai remercié l'Ordre et je leur ai dit qu'on allait faire ce qu'il faut pour être en règle. » - Jacynthe René, cofondatrice de Maison Jacynthe

UNE OBLIGATION QUI N'EST PAS NOUVELLE

Le syndic de l'Ordre, qui veille à la protection du public, traite de 40 à 60 dossiers par an pour « pratique illégale de la chimie » ou « usurpation du titre de chimiste », a indiqué son patron, Claude Chartrand.

« Parfois, il s'agit d'une plainte, mais parfois ce sont des enquêtes que l'on mène parce qu'on a des soupçons ou alors à partir d'informations reçues. La plupart du temps, on arrive à obtenir un engagement de leur part pour régulariser leur situation. Le fait est qu'une entreprise qui assemble des substances, qu'elles soient synthétiques ou naturelles, a l'obligation de travailler avec un chimiste ou un microbiologiste professionnel », rappelle-t-il.

Depuis quatre ans, c'est le fondateur de Céliarôme, l'aromathérapeute Luc Larivée, qui est responsable de la formulation des produits vendus par Maison Jacynthe.

Le nombre croissant d'entreprises artisanales qui fabriquent des produits sans passer par un chimiste est une réalité à laquelle se frotte de plus en plus l'Ordre des chimistes du Québec. « Le chimiste joue un rôle de premier plan dans la fabrication des cosmétiques, nous dit Normand Voyer, professeur de chimie à l'Université Laval de Québec, qui a mis sur pied une spécialisation en « chimie cosméceutique » pour répondre à la demande de l'industrie.

« Toute compagnie sérieuse qui met sur le marché une formulation doit faire des analyses rigoureuses afin de s'assurer de l'innocuité des produits et de l'absence de toxines. » - Normand Voyer, professeur de chimie à l'Université Laval 

DES VÉRIFICATIONS IMPORTANTES

Qu'est-ce que le chimiste fait comme vérification ? « Il doit caractériser les matières premières, nous dit ce spécialiste. Si j'achète du ginseng de Chine, est-ce que c'est du ginseng à 95 %, à 75 % ou à 50 % ? Est-ce qu'il contient des pesticides ou d'autres contaminants ? Il faut constamment faire des analyses, déterminer la concentration des produits, certifier leur stabilité. »

Jusqu'à présent, les produits de Maison Jacynthe n'étaient pas soumis à toutes ces vérifications. Sur les flacons, il n'y a pas non plus de date d'expiration. Un « oubli », selon Jacynthe René, qui se dit prête à le faire même si, estime-t-elle, il ne s'agit pas d'une obligation. « On dit à nos clients que les produits sont bons pendant deux ans », a-t-elle indiqué.

Résultat de l'intervention de l'Ordre : la chimiste Sylvie Raymond travaillera désormais comme consultante auprès de Céliarôme et Maison Jacynthe. « Elle a déjà commencé », a précisé Jacynthe René. Elle travaillera également avec la microbiologiste Anne-Marie Langlois, consultante auprès de l'entreprise Actumus, qui fabrique des produits détox vendus par Maison Jacynthe.

SANS AGENT DE CONSERVATION

Quant aux ingrédients, indiqués au dos de ses flacons, ils sont décrits par Jacynthe René comme étant « 100 % naturels, actifs et végétaliens », et surtout « sans agent de conservation ».

« C'est ma plus grande fierté », nous dit Jacynthe René, qui s'enorgueillit du fait que ses produits à base d'eau ne contiennent aucun agent de conservation ni aucune fragrance. « L'eau florale est le résidu d'une distillation, nous dit-elle. Il reste donc une infime partie d'huile essentielle, qui va agir comme conservateur. Les agents de conservation sont des perturbateurs endocriniens, ils peuvent brûler la peau, donc nous, on évite tout ça. »

Mais le chimiste Normand Voyer ne partage pas cet enthousiasme. « Tous les produits à base d'eau ont besoin d'un agent de conservation, affirme- t-il, parce que là où il y a de l'eau, en quelques semaines, il y a des micro-organismes et des pathogènes, des champignons, des levures. Certaines compagnies vont utiliser des agents de conservation naturels comme du sorbate de potassium, mais ce sont des agents de conservation. »

« On a songé à utiliser de l'extrait de pépin de pamplemousse, nous a dit Jacynthe René, mais il peut être légèrement irritant. Pour l'instant, je ne le fais pas. Je veux que mes eaux florales soient pures. »

DÉPÔTS DANS LES EAUX FLORALES

L'hiver dernier, des plaintes ont été exprimées par des clients et d'ex-employés, qui ont noté la présence de dépôts dans les eaux florales, qui servent à « régénérer » la peau. Une situation d'abord jugée « normale » par Maison Jacynthe, vu « l'instabilité » avouée du produit. Mais après avoir constaté que plusieurs lots de bouteilles d'eaux florales avaient tourné, l'entreprise a fait volte-face.

« On les a fait tester et on les a retirées des tablettes, nous a dit Jacynthe René. C'était la première fois que ça arrivait en quatre ans, et on n'a pas eu de problèmes après. »

Selon Normand Voyer, ces dépôts peuvent être liés à toutes sortes de problèmes. « Vous savez, les gens achètent les matières premières en vrac d'un peu partout dans le monde sur des grands sites, donc on ne sait pas ce qu'il y a dedans. Ça peut être lié à la stabilité du produit, c'est pour ça qu'on met toujours une date de péremption. Ça peut aussi être des champignons. »

ALLERGIES OU IRRITATIONS CUTANÉES

Des cas de réactions allergiques ou cutanées ont aussi été rapportés par d'ex-employés qui utilisaient eux-mêmes les produits ou qui ont reçu des messages de clients à ce sujet. Mais selon Jacynthe René, il s'agit de cas isolés. « La majorité de nos 30 000 clients réguliers sont satisfaits », affirme-t-elle.

« C'est possible que quelqu'un soit allergique à une huile essentielle, ajoute Jacynthe René. On fait le test dans le creux de son bras et on le sait tout de suite. Mais nos produits n'engendrent pas de boutons. »

L'entreprise, qui compte 50 employés, est convaincue que son succès est à la source des critiques exprimées par d'ex-employés. « On a dérangé un petit peu le marché depuis quelques années, estime Sylvain Garon, qui gère les affaires quotidiennes de l'entreprise. Il y a des chaînes de pharmacies qui ont analysé nos produits et qui les veulent. On ne fournit pas à la demande, et les gens veulent travailler pour nous. »

À l'automne, Jacynthe René et Sylvain Garon veulent construire un entrepôt à La Prairie afin de fabriquer eux-mêmes leurs produits. Avec la chimiste Sylvie Raymond.

Ce n'est pas la première fois que l'entreprise se fait houspiller par un ordre professionnel. En avril dernier, Maison Jacynthe s'était attiré les critiques du Collège des médecins, qui l'avait mise en garde contre la pratique illégale de la médecine. Elle s'était retrouvée dans l'embarras lorsqu'un de ses naturopathes avait conseillé à une mère de faire un lavement rectal à son bébé de 3 semaines et demie qui avait mal au ventre.

***

Les règles de Santé Canada

Contrairement aux produits de santé naturels, les cosmétiques ne font pas l'objet d'un examen préalable à leur mise en marché, précise Santé Canada. La raison ? Il n'y a aucune allégation sur l'étiquette des produits. En vertu de la Loi sur les aliments et drogues, un cosmétique comprend « toute substance ou tout mélange de substances fabriqué, vendu ou représenté pour nettoyer, améliorer ou altérer le teint, la peau, les cheveux ou les dents, y compris les déodorants et les parfums ». La majorité des produits de Maison Jacynthe font donc partie de cette catégorie. Les fabricants et les importateurs de cosmétiques ont peu de contraintes. Ils doivent tout de même aviser Santé Canada dans les 10 jours suivant le début de leurs ventes. Cet avis est fait par le biais d'un formulaire de « notification cosmétique ». Grâce à ce formulaire, Santé Canada recueille de l'information sur le produit, son utilisation, sa forme et ses ingrédients. Ce formulaire a bel et bien été rempli par Maison Jacynthe et Céliarôme. Mais « la soumission de ce formulaire ne constitue pas une approbation de vente », soutient l'organisme. Santé Canada publie tout de même une liste d'ingrédients « interdits » ou « à usage restreint ». « Le fabricant doit s'assurer que toutes les exigences sont rencontrées », nous a dit une porte-parole de l'organisme fédéral.

Photo François Roy, La Presse

Résultat de l'intervention de l'Ordre : la chimiste Sylvie Raymond travaillera désormais comme consultante auprès de Céliarôme et Maison Jacynthe.

Photo François Roy, La Presse

La comédienne Jacynthe René, cofondatrice de Maison Jacynthe.