« Serge ne prenait aucun risque. » Au bout du fil, l'ami de longue date de l'alpiniste Serge Dessureault, qui a fait une chute mortelle ce matin lors d'une expédition sur le K2, est affirmatif : son camarade a été victime d'un accident.

Fanny Lévesque LA PRESSE

« Le mot accident est important », assure Benoit Lamoureux. « Serge n'a pas pris un risque. C'est vraiment un accident bête. Serge était un pompier de formation alors c'est toujours quelqu'un qui pensait à la sécurité, aux secours. Est-ce que c'est un malaise, un bris d'équipement [...] On n'a vraiment aucune idée pour l'instant. » 

Serge Dessureault faisait partie du trio d'alpinistes québécois à la conquête du K2, la deuxième plus haute montagne du monde située entre la Chine et le Pakistan. Maurice Beauséjour et Nathalie Fortin l'accompagnaient et cherchaient ainsi à devenir les premiers Québécois à atteindre le sommet. L'équipe avait passé la nuit dernière au camp 2.

L'annonce du décès de l'aventurier de 53 ans a été publiée sur la page Facebook dédiée à l'expédition un peu plus tôt aujourd'hui.

«Tragique nouvelle du côté du K2. C'est avec une tristesse indescriptible que nous annonçons le décès de Serge ce matin. À 9h25, heure du K2 (12h25 au Québec), Serge a fait une chute près du camp 2 à 6700 mètres d'altitude. Son corps a été retrouvé. La famille et les amis ont appris les faits. Plus de détails suivront pour expliquer l'accident», peut-on lire sur le réseau social.

« Maurice et Nathalie sont de retour au camp de base. Je vous dirais qu'ils sont en gestion de crise. J'imagine que les sentiments vont venir ensuite », a indiqué M. Lamoureux, précisant que les communications au Pakistan n'étaient pas optimales. « Je pense être certain, pas mal à 100%, que l'expédition est terminée aussi pour eux. »

La Presse avait consacré un dossier à l'expédition et sa préparation le mois dernier.

Selon un représentant du Club alpin du Pakistan, le corps de Serge Dessureault a été transporté au camp de base de la montagne et sera plus tard acheminé vers Islamabad, la capitale du Pakistan.

Un homme dévoué

Passionné de grands défis, Serge Dessureault n'en était pas à sa première expédition. Il avait d'ailleurs tenté de gravir le K2 en 2016 en compagnie de M. Lamoureux, mais une avalanche avait mis fin à leur périple. M. Dessureault avait aussi conquis l'Everest et le Kilimandjaro, entre autres. Il était aussi un adepte d'ultra-marathons.

« C'était un homme dévoué à son travail et surtout à sa famille. Il a toujours dit que s'il pouvait faire ce qu'il faisait, c'était parce que sa famille acceptait qu'il vive sa passion. Son amour premier était sa famille », a ajouté M. Lamoureux. Serge Dessureault était le père de deux filles âgées dans le début de la vingtaine.

Il était à l'aube de prendre sa retraite du Service de sécurité incendie de Montréal, selon son ami.

Le K2, à la frontière du Pakistan et de la Chine, à une altitude de 8611 m. C'est le deuxième sommet de la planète, après l'Everest, mais il est techniquement beaucoup plus difficile à gravir. Jusqu'à maintenant, moins de 400 personnes l'ont escaladé, comparativement à plus de 5000 pour l'Everest. Seulement deux Canadiens ont réussi l'ascension.