Presque trois ans après avoir été reconnue coupable de fraude, complot et corruption, pour sa participation dans un stratagème d'attribution de contrats municipaux à Boisbriand, France Michaud vient d'être radiée à vie de l'Ordre des ingénieurs du Québec.

Kathleen Lévesque LA PRESSE

Mme Michaud était vice-présidente au développement des affaires de la firme Roche au moment des faits reprochés qui se sont déroulés entre 2002 et 2009. Mme Michaud a plaidé coupable pour avoir contrevenu au Code de déontologie des ingénieurs en procédant «à l'élaboration d'un système de partage de contrats permettant de contourner le processus d'appels d'offres de la Ville de Boisbriand».

L'Ordre des ingénieurs estime que Mme Michaud a eu un comportement indigne de sa profession et a manqué à ses obligations d'intégrité, «notamment en coordonnant des activités reliées à la collecte et à la distribution d'argent afin d'obtenir des contrats pour la firme Roche, à Montréal, Boisbriand et dans les environs».

Le syndic de l'Ordre des ingénieurs avait ouvert une enquête en 2015 mais ce n'est qu'en février dernier que le Conseil de discipline a entendu la cause.

Pour son dossier criminel, France Michaud a écopé d'une peine d'emprisonnement de 18 mois, en juillet 2016.

La firme Roche a changé de nom pour Norda Stelo.