Source ID:d00c7675-3dde-41cd-a87c-486550357f46; App Source:alfamedia

Recherche conseillers en pot... à 14 $ de l'heure

Pour l'heure, la SQDC cherche plus particulièrement des... (Photo Jeff Chiu, Associated Press)

Agrandir

Pour l'heure, la SQDC cherche plus particulièrement des travailleurs pour les quatre seules succursales dont l'emplacement est confirmé : Québec, Lévis, Trois-Rivières et Drummondville.

Photo Jeff Chiu, Associated Press

Avis aux intéressés, la Société québécoise du cannabis (SQDC) est depuis hier officiellement à la recherche de « conseillers en succursale » qui auront pour mandat de guider les acheteurs de pot « dans une perspective de sécurité et de protection de la santé ». Salaire de base : 14 $ de l'heure.

Le logo d'entreprise de la Société québécoise du... (Image fournie par la Société québécoise du cannabis) - image 1.0

Agrandir

Le logo d'entreprise de la Société québécoise du cannabis

Image fournie par la Société québécoise du cannabis

Selon l'appel de candidatures lancé hier sur le site EmploiCannabisQuebec.ca, les futurs vendeurs de cannabis de la société d'État devront obligatoirement se soumettre à un processus d'habilitation sécuritaire mené par la Sûreté du Québec avant leur embauche.

« Le rapport issu de ce processus devra faire foi de l'absence d'antécédents criminels et de liens avec le crime organisé. Il devra aussi démontrer que le candidat possède l'éthique, l'intégrité et la moralité nécessaires à l'emploi », lit-on dans le document de mise en candidature publié en ligne. Les employés devront aussi être disponibles pour travailler de jour comme de soir ainsi que les fins de semaine.

TAUX HORAIRE TROP BAS, JUGE LA CSN

Le taux horaire en a fait sourciller au moins un. « Vraiment ? Une société d'État qui cherche des employés professionnels, habilités à vendre un produit jugé dangereux par la ministre [déléguée à la Santé, Lucie Charlebois], et qui les paie seulement 14 $ de l'heure ? J'en tombe en bas de ma chaise », lance le président de la CSN, Jacques Létourneau, qui tente d'intégrer les futurs employés de la SQDC dans son giron depuis des mois.

« On est en campagne partout au Québec pour réclamer le salaire minimum de 15 $ l'heure pour les non-syndiqués, on répète que c'est le minimum pour vivre décemment. Compte tenu des responsabilités exigées de ces employés, c'est un salaire très surprenant. Il n'y a pas une seule catégorie d'emploi dans le secteur public pour laquelle l'échelon salarial démarre en bas de 19,50 $ de l'heure », ajoute M. Létourneau.

Par comparaison, un commis de la Société des alcools du Québec (SAQ) qui entrait au premier échelon d'emploi en 2016 gagnait 19,58 $ de l'heure, selon la convention collective.

Selon les détails publiés par la SQDC, les travailleurs des magasins de cannabis auront accès à un régime de retraite et à d'autres avantages sociaux.

« Le salaire de 14 $ de l'heure a été établi en comparant à des emplois semblables dans le commerce de détail. Nous sommes confiants que c'est un salaire compétitif et qu'on ne manquera pas de candidatures. »

- Mathieu Gaudreault, porte-parole de la SAQ et de la SQDC

Pour l'heure, la SQDC cherche plus particulièrement des travailleurs pour les quatre seules succursales dont l'emplacement est confirmé : Québec, Lévis, Trois-Rivières et Drummondville. « On parle grosso modo d'une quinzaine d'employés par succursale », précise Mathieu Gaudreault.

Le nombre d'employés recherchés augmentera cependant rapidement puisque la SQDC compte ouvrir en tout une vingtaine de magasins au jour prévu de la légalisation, le 19 octobre prochain.

CONDITIONS D'EMBAUCHE

Les salariés devront tous préalablement suivre une formation qui est en train d'être développée par le ministère de l'Emploi et de la Solidarité sociale, et au terme de laquelle ils devront réussir un examen théorique.

« L'embauche sera conditionnelle à la réussite de l'examen. »

- Mathieu Gaudreault

L'offre d'emploi affirme que les candidats doivent « démontrer un intérêt professionnel et une compréhension des enjeux liés à la commercialisation du cannabis », mais la loi prévoit qu'aucune forme de promotion - ristournes, remises sur quantité, remises promotionnelles, etc. - ne sera permise en magasin. Les conseillers devront « renseigner la clientèle sur les différents produits du cannabis et leurs particularités », mais seront très limités dans ce qu'ils pourront dire aux clients.

« Leur rôle n'est pas de pousser des produits en particulier. Ce n'est pas non plus de stimuler les ventes. Il y a tout un cursus de connaissances dans la culture du cannabis qui frôle parfois la pseudoscience, et les conseillers devront s'en tenir à ce qui est scientifiquement prouvable », résume le porte-parole.

D'un point de vue légal, la SQDC et la SAQ sont deux entités distinctes, qui seront gérées par des administrateurs et des conseils d'administration différents.




la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer