À cinq mois des élections générales, le gouvernement fédéral donne à nouveau le feu vert à une annonce importante pour le gouvernement Couillard. Québec et Ottawa s'entendent sur le financement d'une voie de contournement pour la voie ferrée qui évitera le centre-ville de Lac-Mégantic. La facture s'élèvera à 133 millions.

Mis à jour le 8 mai 2018
Denis Lessard LA PRESSE

Philippe Couillard et Justin Trudeau en feront l'annonce vendredi, à Lac-Mégantic. Seront aussi présents les ministres André Fortin (Transports) et Laurent Lessard (Agriculture). Le député libéral sortant, Ghislain Bolduc, sera également présent ; ce sera son testament politique, il a déjà fait savoir qu'il ne serait pas à nouveau candidat. Du côté fédéral, on compte sur la présence de Marc Garneau, responsable des Transports.

La tragédie de Lac-Mégantic, où 47 personnes ont perdu la vie, a eu lieu en juillet 2013, il y aura cinq ans cet été. À la fin du mois de janvier, Justin Trudeau s'était engagé, par Twitter, à ce qu'une annonce soit faite avant le cinquième anniversaire de l'événement.

C'est un deuxième coup de pouce d'Ottawa pour permettre à Québec de nettoyer l'ardoise avant les prochaines élections. Il y a un mois, les deux gouvernements s'étaient entendus pour injecter 362 millions afin de préparer le projet du prolongement de la ligne bleue du métro de Montréal.

Selon les informations réunies par La Presse, le coût de cette nouvelle voie d'environ 11 kilomètres sera de 133 millions. Ottawa prendra 60 % de la facture, le reste sera de la responsabilité de Québec, un partage habituel pour les projets d'infrastructures cofinancés. Les discussions sur le niveau de financement requis et le partage ont toutefois contribué à repousser cette annonce dans le temps.

DEUX ANS DE TRAVAUX

Les travaux d'ingénierie requis feront que le chantier ne débutera que plus tard, en 2019 au plus tôt, et les travaux dureront environ deux ans.

La voie de contournement pour éviter que les convois passent par le centre-ville de Lac-Mégantic est une revendication constante des citoyens inquiets de voir les wagons-citernes toujours transiter par le centre-ville.

Dans la nuit du 6 juillet 2013, un train de 72 wagons transportant du pétrole brut avait déraillé dans le centre-ville de Lac-Mégantic. Le feu apparu dans quelques wagons a déclenché des explosions, causant la mort de 47 personnes. Pas moins de 40 édifices et 53 véhicules ont été détruits. De plus, 6 millions de litres de pétrole brut ont été déversés dans l'environnement, ce qui a engendré la contamination du centre-ville, de la rivière Chaudière, des lacs et des terrains avoisinants.

Tout indique que le trajet choisi par Québec et Ottawa est le troisième des cinq scénarios considérés par le Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE). Le BAPE avait privilégié le corridor qui avait l'appui des élus de Mégantic et des citoyens consultés par l'organisme.

Ce scénario « se démarque avantageusement des autres », avait observé le BAPE. « Cette option a donc été retenue par la Ville de Lac-Mégantic et elle fait également consensus chez ses élus ainsi que chez ceux des municipalités voisines, Nantes et Frontenac. Toutefois, ce consensus est conditionnel à l'aboutissement de discussions qui doivent se poursuivre pour que des solutions satisfaisantes aux exigences des différentes parties prenantes soient trouvées. »

Deux autres parcours comportaient des particularités coûteuses : l'un nécessitait le recours à des piliers, puisque la voie passait en hauteur, et l'autre prévoyait qu'on passe par un tunnel. Les citoyens de Frontenac étaient intervenus auprès du ministre des Affaires municipales, Martin Coiteux, pour que le tracé ne scinde pas en deux les terres agricoles.

Le scénario retenu avait été étudié par la firme Aecom en 2015. Les conclusions de l'étude étaient attendues pour 2019. La déviation débute à l'ouest de Frontenac, traverse la Chaudière puis longe les voies existantes du parc industriel de Lac-Mégantic. À l'intersection des routes 161 et 262, la nouvelle voie rejoindra le tracé actuel.

Photo Paul Chiasson, archives La Presse canadienne

Pas moins de 40 édifices et 53 véhicules ont été détruits par le feu.

Sept jalons pour mieux comprendre

La question de la voie de contournement à Lac-Mégantic s'est mêlée aux autres enjeux pressants dans la foulée de la tragédie de l'été 2013. Voici sept jalons pour mieux comprendre les suites de cette catastrophe.

6 juillet 2013

En pleine nuit, un train mal garé dévale la voie ferrée en pente du village de Nantes jusqu'à Lac-Mégantic, en Estrie, où il déraille et déverse le pétrole qu'il transportait, tuant 47 personnes. Le centre-ville est anéanti par les flammes.

Décembre 2013

Les trains recommencent à circuler à Lac-Mégantic. Réparée après la catastrophe, la voie ferrée passe toujours au coeur de la communauté.

Mai 2014

Trois employés de la Montreal, Maine & Atlantic, la société ferroviaire qui exploitait le train, sont accusés de négligence criminelle pour leur rôle dans la tragédie. L'entreprise, déjà en déroute financière, est elle aussi accusée. Le même mois, une première étude de faisabilité pour une voie de contournement est commandée par Québec.

Septembre 2015

Sur le point de quitter son poste, la mairesse Colette Roy-Laroche, devenue un symbole de résilience pendant la tragédie, insiste dans ses dernières prises de parole publiques sur l'importance d'une voie de contournement.

Mai 2016

La Ville de Lac-Mégantic présente à ses citoyens un projet de tracé de voie de contournement à 115 millions pour un détour de 12 kilomètres.

Janvier 2018

Les trois employés de la société Montreal, Maine & Atlantic sont acquittés des accusations criminelles qui pesaient sur eux.

Mars 2018

Justin Trudeau s'engage publiquement à construire une voie de contournement afin que les trains ne passent plus au coeur de Lac-Mégantic. L'annonce finale devait être faite avant le cinquième anniversaire de la tragédie, en juillet prochain.

- Philippe Teisceira-Lessard, La Presse