• Accueil > 
  • Actualités 
  • > Les Rohingyas et le Venezuela à l'ordre du jour du G7 à Toronto 
Source ID:; App Source:

Les Rohingyas et le Venezuela à l'ordre du jour du G7 à Toronto

Une campagne de l'armée birmane a poussé à... (PHOTO AP)

Agrandir

Une campagne de l'armée birmane a poussé à l'exode vers le Bangladesh voisin près de 700 000 musulmans rohingyas depuis août 2017.

PHOTO AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne

Le Canada élargit le programme de la prochaine rencontre des ministres des Affaires étrangères du G7 pour y inclure le sort des musulmans rohingyas fuyant le Myanmar vers le Bangladesh et le dérapage de la démocratie au Venezuela.

Ces éléments s'ajoutent aux questions de sécurité internationale qui préoccupent le G7, notamment au sujet de la Syrie, de l'Ukraine et de l'Iran, a indiqué lundi l'organisateur en chef du sommet, Peter Boehm.

La ministre des Affaires étrangères, Chrystia Freeland, a déjà affirmé que le Canada voulait profiter du G7 pour faire valoir les recommandations du rapport récemment finalisé par son envoyé spécial Bob Rae, qui appelle à traduire en justice les auteurs des violences contre les Rohingyas.

Cet enjeu est particulièrement pertinent étant donné qu'il cadre dans le thème du sommet de la promotion de l'égalité des genres et du pouvoir des femmes, a affirmé récemment Mme Freeland lors d'un événement relié au sommet du G7 à l'Université de Toronto.

Mme Freeland a souligné les récits de violences fondées sur le genre et de viols utilisés comme arme de guerre contre les femmes et les filles fuyant le Myanmar.

La ministre a dit souhaiter aussi que des voix européennes s'ajoutent à la condamnation internationale des attaques persistantes au Venezuela contre la dissidence et la démocratie.

Le Canada cherchera à obtenir l'appui de membres européens du G7 - la France, l'Allemagne, le Royaume-Uni, l'Italie et l'Union européenne - pour dénoncer le comportement antidémocratique du président vénézuélien Nicolas Maduro, a-t-elle indiqué.

Dans un communiqué, lundi, les dirigeants du G7 ont dénoncé l'usage d'armes chimiques plus tôt ce mois-ci dans la Ghouta orientale en Syrie, et ont affirmé leur soutien aux frappes aériennes des États-Unis, de la France et du Royaume-Uni contre des cibles du programme d'armes chimiques.

Mme Freeland et le ministre de la Sécurité publique, Ralph Goodale, accueilleront leurs homologues du G7 pour trois jours de rencontres à Toronto la semaine prochaine.

M. Boehm a affirmé que M. Goodale et ses homologues s'attarderaient à la cybersécurité et à la façon de gérer la question du retour de combattants islamistes du Moyen-Orient.

Cette rencontre précède le Sommet du G7 qui se tiendra les 8 et 9 juin dans la région de Charlevoix, au Québec.




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer