Desjardins réévalue le dossier de Samuel Archibald

L'auteur Samuel Archibald... (Photo Ivanoh Demers, archives La Presse)

Agrandir

L'auteur Samuel Archibald

Photo Ivanoh Demers, archives La Presse

Desjardins a annoncé lundi qu'elle a lancé un processus de révision du cas de l'auteur Samuel Archibald, qui a publié le week-end dernier dans La Presse un texte où il explique vivre une dépression et se battre contre sa compagnie d'assurance qui « refuse de [lui] verser des prestations d'invalidité ».

Dans son texte, qui a été abondamment partagé sur les réseaux sociaux, il explique que Desjardins Assurances, à qui il cotise depuis qu'il est employé de l'UQAM, en 2009, refuse de lui verser ses prestations puisqu'il a maintenu certaines activités professionnelles depuis le début de son congé de maladie. 

« [Mon] assureur a appris que certaines activités que j'organise et anime continuaient à rouler durant mon congé et que je continuais à superviser certains [étudiants]. (...) En jugeant les maladies mentales à l'aune du critère simpliste de type: "Si t'es capable d'éplucher une patate, t'es capable d'opérer un restaurant", les assureurs comme Desjardins contribuent chaque année à la détresse et à la détérioration de vie de beaucoup de personnes », a écrit l'auteur. 

Lisez sa lettre ouverte 

« Desjardins reconnaît la maladie mentale comme invalidante et est particulièrement sensible à cette cause. D'ailleurs, comme assureur collectif, nous accompagnons chaque année des milliers de personnes en favorisant d'abord le traitement et la santé, puis le retour au travail en respectant les capacités, les limitations et le rythme de chacun », a répondu le Mouvement Desjardins par voie de communiqué.

« Près de la moitié de nos dossiers d'assurances collectives sont des cas d'invalidité et le taux de refus pour les cas de santé mentale se situe sous la barre des 5%. (...) Desjardins a pris connaissance de la lettre ouverte de Samuel Archibald (...). Nous sympathisons avec sa situation et, comme ce dossier n'a jamais fait l'objet d'une réévaluation, nous avons rapidement mis en branle un processus de révision hier », a-t-on poursuivi.

Un cas « très commun » 

Pour Marie-Josée Durand, titulaire de la Chaire de recherche en réadaptation au travail et professeure à l'Université de Sherbrooke, le cas de Samuel Archibald n'est pas surprenant. Il est même « très commun », a-t-elle dit, soulignant que certaines personnes en arrêt de travail craignent parfois de publier sur Facebook qu'ils font du jardinage, de peur de se faire couper leurs prestations. 

« Je ne sais pas si M. Archibald avait dit à son assureur qu'il reprenait quelques activités professionnelles. Si ça n'a pas été fait, l'assureur a pu interpréter ça comme une fraude. Or, c'est tout à fait normal de reprendre à temps partiel ses activités, surtout quand on a été absent très longtemps », a expliqué Mme Durand. 

Brigitte Kent, directrice générale de l'Ombudsman des assurances de personnes, rappelle de son côté qu'elle a reçu lors de la dernière année fiscale 2632 plaintes de consommateurs. De ce nombre, seulement 26 ont mené son bureau à amorcer un processus de médiation entre l'assureur et l'assuré.

« L'assurance est une industrie assez complexe. Souvent, le consommateur n'a pas bien compris, donc on essaie de lui expliquer dans des termes plus clairs les termes de son contrat », a-t-elle dit.  

Le SCFP demande au gouvernement d'agir 

Du côté du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP), on demande désormais au gouvernement de mettre sur pied « le plus rapidement possible un mécanisme indépendant de révision des dossiers d'assurance invalidité ». 

« Même avec nos moyens comme grande organisation syndicale, il est très difficile de corriger ces erreurs et ces injustices subies par nos membres. Imaginez alors ce que c'est, faire face à un grand assureur sans assistance quand on est vulnérable psychologiquement », a écrit le président du SCFP-Québec, Denis Bolduc. 

Gabriel Nadeau-Dubois, co-porte-parole de Québec solidaire (QS), croit que l'État peut mettre des règles et des normes pour « que les milieux de travail soient plus humains. »

« La culture de la performance, de la rentabilité à tout prix, dans le public comme dans le privé, c'est un problème qui brise des vies. (...) Le fait qu'il y ait une réaction aussi vive à la lettre de Samuel Archibald montre que ça devient inacceptable. Il faut dénoncer les abus et s'attaquer aux racines du mal », a-t-il dit. 

Au ministère de la Santé et des Services sociaux, on a affirmé par courriel que Québec « poursuit ses efforts pour mieux faire connaître les troubles de santé mentale et leurs différents aspects, et que la souffrance des personnes atteintes soit reconnue comme étant réelle. » 




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer