Source ID:f63f3857-948a-4d06-a37f-476471eb9b6a; App Source:alfamedia

Tournée pancanadienne pour un bras vieux de 465 ans

La relique de Saint-François-Xavier exposée à la basilique... (PHOTO PASCAL RATTHÉ, LE SOLEIL)

Agrandir

La relique de Saint-François-Xavier exposée à la basilique de Québec

PHOTO PASCAL RATTHÉ, LE SOLEIL

(Québec) Le bras d'un missionnaire jésuite, vieux de 465 ans et réputé «incorruptible», a entamé hier à Québec une tournée pancanadienne digne d'un groupe rock : 14 villes en 30 jours.

Le bras droit de saint François Xavier, habituellement conservé dans un reliquaire dans l'église du Gesù, à Rome, est arrivé par avion au pays le 26 décembre. Le membre en état de décomposition est l'objet d'un culte chez les catholiques, une vieille tradition qui déplace les foules mais ne fait pas l'unanimité dans le monde chrétien.

Ils étaient quelques fidèles, hier matin, à s'être présentés à la basilique-cathédrale de Québec pour admirer le bras du saint. Léopold et Lisette Nepveu avaient fait la route depuis Mirabel, au nord de Montréal, pour l'occasion. «Je voulais commencer l'année avec une bénédiction spéciale, a expliqué Mme Nepveu, 69 ans. On dit qu'il fait des miracles.»

François Xavier est né en Navarre (aujourd'hui en Espagne) en 1506. À 35 ans, il est parti pour Goa, en Inde, avant de s'aventurer au Japon et en Chine, où il est mort en décembre 1552. Son corps a d'abord été enterré sur une plage chinoise, puis exhumé deux fois avant d'être finalement envoyé à la basilique du Bon-Jésus de Goa où il se trouve toujours.

Le corps de saint François Xavier est considéré comme «incorruptible» (il serait résistant à la décomposition), comme une centaine d'autres dépouilles dans la tradition catholique.

Son bras droit a été sectionné en 1614 par un jésuite et rapporté à Rome. Le corps, lui, est toujours à Goa, où il n'est visible au public qu'une fois tous les 10 ans.

«Là, c'est tranquille à Québec, mais on attend beaucoup de gens à Toronto où il y a pas mal de catholiques originaires de Goa et d'Asie, explique Angèle Régnier, du Catholic Christian Outreach, organisme d'Ottawa qui supervise la tournée. Ça risque d'être fou, là-bas. On attend en tout 75 000 fidèles.»

Dans le cadre du 150e

La tournée canadienne du bras de saint François Xavier a été organisée par l'archevêque d'Ottawa, Terrence Prendergast. C'est lui qui, l'hiver dernier, a rencontré les autorités jésuites pour leur demander le prêt de la relique, dans le cadre du 150e anniversaire du Canada.

Gilles Routhier, doyen de la faculté de théologie et de sciences religieuses de l'Université Laval, rappelle que ce culte des reliques remonte à très loin. «On avait l'habitude d'aller célébrer sur le tombeau des martyrs. Cette pratique s'est développée avec parfois certaines exagérations», rappelle-t-il.

Le culte de ces corps ou de ces membres a-t-il encore sa place en 2018? M. Routhier se souvient du passage au Canada de la relique de sainte Thérèse de Lisieux, en 2001. Plus de 1 million de fidèles s'étaient déplacés pour la voir.

«Moi, je me disais : "Mon Dieu, qui est-ce que ça va intéresser? N'est-ce pas d'un autre âge?" J'ai été très surpris du succès que ç'a eu. Ce sera intéressant de voir comment ce sera pour saint François Xavier, qui est tout de même moins connu ici.»

Le culte des reliques ne fait pas l'unanimité dans le monde chrétien. Dans son Traité des reliques, écrit en 1543, le réformateur Jean Calvin se moquait de cette tradition. «Ainsi en est-il des reliques : tout y est si brouillé et confus qu'on ne saurait adorer les os d'un martyr qu'on ne soit en danger d'adorer les os de quelque brigand ou larron, ou bien d'un âne, ou d'un chien, ou d'un cheval», écrivait-il.

Il notait aussi que les clous réputés avoir servi à la crucifixion de Jésus ne cessaient de se multiplier. Le saint Prépuce, issu de la circoncision de Jésus et objet de vénération, était selon lui tout aussi risible; il en comptait trois à travers le monde.

Comment expliquer ces corps de saints dits «incorruptibles», résistant tant bien que mal à la décomposition? Une équipe de scientifiques italiens s'est posé la question à la fin des années 80.

L'équipe du pathologiste Gino Fornaciari, qui a inspecté des corps d'incorruptibles, a découvert que plusieurs avaient été momifiés en utilisant du lin et des herbes. Certains avaient même été vidés de leurs organes. D'autres avaient simplement été conservés dans des cryptes au sol alcalin, sous les églises, dans des conditions propres à la conservation.

Peu importe, pour Angèle Régnier, la relique de saint François Xavier relève de l'anormal. «Il a été enterré trois fois, parfois très mal, sur la plage simplement, dit la coordonnatrice de la tournée. Son corps se serait davantage détérioré normalement. Les corps incorruptibles, ça existe dans notre foi. J'y crois.»

***

La relique à Montréal

La relique de saint François Xavier sera à Montréal à la fin du mois. Les 28 et 29 janvier, le bras sera à la basilique-cathédrale Marie-Reine-du-Monde. Puis, le 30, à l'église Saint Ignatius of Loyola et à l'église du Gesù.




la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer