Les Laurentides sont aux prises avec une «problématique explosive» avec la présence en grand nombre d'appareils de loterie vidéo sur le territoire de la région, estime le maire de Saint-Jérôme, Stéphane Maher.

Mis à jour le 12 oct. 2016
Katia Gagnon LA PRESSE

>>> Voyez où sont les appareils de loterie vidéo avec nos cartes interactives

Dans une lettre ouverte envoyée à La Presse, M. Maher, qui s'est dit «fortement ébranlé» par notre dossier publié depuis deux semaines sur les ALV, s'inquiète de voir le nombre important d'appareils dans les villes de sa région.

En effet, les municipalités de Sainte-Adèle, de Saint-Sauveur et de Mont-Laurier dépassaient toutes - et parfois largement- la norme de deux appareils pour 1000 habitants, établie par Loto-Québec.

«J'ai été en tant que citoyen touché de savoir que des gens ont tout perdu à cause du jeu, en tant que maire d'une ville centre dont une partie de la population est vulnérable à ce rêve que nous propose Loto-Québec et en tant que maire d'une capitale d'une région qui semble être aux prises avec une problématique explosive», écrit M. Maher dans une lettre ouverte qu'il a fait parvenir ce matin à La Presse.

Le maire demande donc au ministre des Finances, Carlos Leitao, de «réviser à la baisse» le nombre d'ALV dans sa région.

Les 32 ALV de Saint-Jérôme, observe le maire, sont concentrés aux deux tiers dans des secteurs plus économiquement défavorisés. «Devant un déplafonnement imminent du nombre d'ALV, je m'inquiète sérieusement», écrit-il. Chaque année, les citoyens de Saint-Jérôme engloutissent 25 millions de dollars dans les ALV situés sur le territoire de leur ville. «Un montant exorbitant», juge M. Maher.