Les chaleurs du mois de mars ont donné de l'ouvrage aux acériculteurs québécois. Le bilan de mi-saison de la Fédération des producteurs acéricoles du Québec indique une récolte de 60 millions de livres de sirop. C'est pratiquement le double de l'année dernière.

Mis à jour le 7 avr. 2016
Stéphanie Bérubé LA PRESSE

« On se dirige vers une année record », a annoncé mercredi midi le biologiste Daniel Houle, du ministère des Forêts, des Parcs et de la Faune du Québec, spécialiste des changements climatiques. « C'est une saison exceptionnelle », a-t-il dit.

La Fédération confirme ces résultats hors norme, qui mèneront possiblement à la plus grosse année de sirop du Québec. 

« C'est conditionnel à ce qui va se passer en avril, tempère l'agronome Jean-Pierre Bellegarde. Les acériculteurs se sont adaptés aux changements climatiques, explique-t-il. Ils ont changé leurs dates d'entaillage et cela a augmenté le rendement. »

Photo Olivier Pontbriand, archives La Presse

Le bilan de mi-saison de la Fédération des producteurs acéricoles du Québec indique une récolte de 60 millions de livres de sirop.