• Accueil > 
  • Actualités 
  • > Bras de fer hommes-femmes au conseil de bande à Kanesatake 
Source ID:; App Source:
Exclusif

Bras de fer hommes-femmes au conseil de bande à Kanesatake

Le grand chef Serge Simon dit avoir payé... (Photo: David Boily, La Presse)

Agrandir

Le grand chef Serge Simon dit avoir payé de sa poche des observateurs indépendants pour surveiller le vote de confiance envers les chefs du conseil de bande, une somme qu'il espère bien se faire rembourser rapidement par le conseil de bande.

Photo: David Boily, La Presse

Louise Leduc
La Presse

La tension monte d'un cran à Kanesatake, où les quatre femmes du conseil de bande se font montrer la porte par leurs collègues masculins.

Voilà des mois que ça chauffe, à Kanesatake. Les quatre femmes du conseil, qui votent toujours ensemble et qui estiment que la règle de la majorité prévaut, se heurtent au grand chef qui, lui, croit au contraire qu'un grand chef est un grand chef. «Selon notre coutume, le grand chef a le dernier mot», a résumé le grand chef Serge Simon au téléphone, hier.

Samedi dernier, au cours d'une assemblée spéciale, un vote de confiance a été tenu. Les quelque 200 personnes présentes ont été appelées à dire si elles renouvelaient leur confiance en chacun des chefs, soit quatre femmes et trois hommes. Le résultat: non pour les quatre femmes et oui pour les trois hommes.

Un vote légitime

En entrevue, le grand chef Serge Simon dit avoir payé de sa poche des observateurs indépendants pour ce vote, une somme qu'il espère bien se faire rembourser rapidement par le conseil de bande.

À son avis, la tenue d'un tel vote est tout à fait légitime et se compare à ce qui se fait dans les parlements fédéral et provinciaux. «À Ottawa, l'opposition peut tout autant défaire le gouvernement en place.»

«Jerry Peltier et James Gabriel ont été expulsés de façon pas mal moins démocratique», a-t-il ajouté.

Contrairement à ce qu'espère le chef Simon, les quatre femmes, elles, ne font pas leurs cartons et n'entendent absolument pas partir. «Aux élections régulières, environ 600 personnes votent. Là, il n'y en a eu que 200. Tous ceux qui nous appuient ne se sont pas présentés parce qu'ils ne voulaient d'aucune façon légitimer cette opération», explique la chef Sheila Bonspiel.

«Encore une fois, ce vote a été le fait d'un geste unilatéral du grand chef qui n'accepte pas d'être mis en minorité», se plaint la chef Sonia Gagnier.

Les femmes-chefs ne parlent plus aux chefs masculins depuis des mois déjà et la dispute s'est transportée au Centre de santé de Kanesatake, où les quatre femmes-chefs ont congédié la directrice générale.

Que fera le chef Simon si les femmes du conseil de bande décident de rester en place? À cette question, le grand chef a répondu qu'il reviendrait alors à son peuple de trancher.

Retour au calme demandé

Au Secrétariat aux affaires autochtones, à Québec, l'attachée de presse Antonine Yaccarini a dit espérer que l'on retrouve une certaine stabilité politique à Kanesatake, d'autant plus que les disputes risquent maintenant d'affecter les services dispensés au Centre de santé.

À Québec, on pense qu'Ottawa a le pouvoir de trancher en réclamant la tenue de nouvelles élections pour tout le conseil de bande.

De son côté, Ellen Gabriel, militante de longue date et résidante de Kanesatake, appelle les deux parties à régler leurs différends. «L'ennemi ne se trouve pas au sein du conseil de bande. L'ennemi est ailleurs, dans la construction de tous ces condos de l'autre côté du parc d'Oka, notamment. Il faut se concentrer sur les vraies affaires.»




la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer