Fort d'un premier appui obtenu d'une municipalité, en l'occurrence Saguenay, l'Association canadienne des dépanneurs en alimentation (ACDA) lance un appel aux députés fédéraux de la région afin d'inciter le gouvernement fédéral à créer une commission mixte sur la contrebande de tabac.

Denis Villeneuve LE QUOTIDIEN

Réunis devant le Dépanneur Bambino, de la rue Joliet à Chicoutimi, Guy Leroux et Michel Gadbois, respectivement directeur et vice-président principal de l'ACDA ont rappelé que la contrebande de cigarettes au Saguenay constitue toujours un problème d'importance pour les dépanneurs même si le phénomène a diminué d'intensité depuis le sommet atteint en 2008 à la suite des hausses de taxes. Il en veut pour preuve la compilation des saisies de tabac et condamnations effectuées en 2011 relevées dans Le Quotidien qui totalisent 1,3 million de cigarettes de contrebande.

Selon M. Gadbois, l'une des sources principales du problème concerne la production sur les réserves autochtones d'Akwasasne et de Kanesatake où le crime organisé s'est emparé de l'industrie. Il se trouve que ces réserves autochtones sont à cheval entre le Canada et les États-Unis, ce qui rend difficile un contrôle.

L'ACDA rappelle qu'en février dernier elle a obtenu un gain important lorsque la Commission des finances publiques de l'Assemblée nationale a publié des recommandations unanimes endossées par tous les partis politiques visant à créer une commission mixte incluant les gouvernements cités plus haut et les Premières Nations. «Nous souhaitons trouver une solution gagnant-gagnant pour que cesse le marché de la contre-bande sur les réserves autochtones», affirme M. Gadbois. Selon lui, le défi est possible puisque d'autres gouvernements se sont entendus avec les autochtones pour qu'ils déclarent les revenus tirés de la vente de cigarettes et que ces revenus leur soient remis pour leur développement. «Ce n'est pas vrai de penser que parce que ça se passe sur une réserve autochtone qu'on ne peut régler le problème», affirme-t-il.

Les représentants de l'ACDA ont mentionné que la contrebande de cigarettes cause des dommages très importants aux dépanneurs qui voient leur établissement subir une baisse de fréquentation de l'ordre de 20%. «Ça fait sept ans qu'on se bat. Entre 2005 et 2012, un total de 3000 dépanneurs ont fermé leurs portes au Canada. Il a fallu trois ou quatre ans pour que les gouvernements bougent».

C'est pourquoi l'ACDA a entrepris une campagne destinée à obtenir l'appui des élus fédéraux.