Trois périodes, des joueurs, des règlements, des pénalités. Malgré les apparences, le match qui était présenté au Café-Théâtre Côté-Cour de Jonquière hier soir n'avait rien à voir avec une partie de hockey. Même qu'avec les différentes contraintes imposées aux joueurs de la Ligue d'Improvisation Musicale du Saguenay, la partie s'apparentait plutôt au sport extrême.

Anne-Marie Gravel LE QUOTIDIEN

Après une année d'absence, la Ligue d'Improvisation Musicale du Saguenay (LIMS) effectuait un retour hier soir dans le cadre du Festival des musiques de création, avec un spécial musique actuelle.

Deux équipes se sont affrontées dans un duel musical amical au cours d'une soirée animée de façon humoristique par Joël Martel, secondé par Frédéric, un drôle de personnage interprété par le comédien Patrice Leblanc.

L'équipe du Transit/Bunker, dirigée par le batteur Pascal Beaulieu, pouvait compter sur la présence de Charity Chan, une accordéoniste qui participait pour une première fois à l'impro musicale. Le saxophoniste Guillaume Tremblay, le bassiste Alain Larouche et la guitariste Ovide Coudé complétaient le groupe.

Du côté de la Voix Maltée, Robert Pelletier à la batterie était entouré de Christian Schroeder au clavier, de Stéphane Beaulieu à la basse, de Bruno Chabot au violon et de Michel Leblanc au saxophone. Le défi imposé aux musiciens était considérable.

Les 10 artistes sont montés sur scènes afin de répondre aux exigences imposées par des grands de la musique actuelle québécoise qui avaient préalablement proposé des thèmes.

Et les joueurs avaient intérêt à se conformer aux règles. L'arbitre, Sébastien Maltais, n'avait pas l'intention de laisser passer une seule fausse note. La soirée a débuté avec une improvisation comparée intitulée Petit hommage à Pierre Dumont, fondateur du Festival des musiques de création.

Mais les choses se sont rapidement corsées.

Le public a notamment pu découvrir deux résultats différents obtenus lorsqu'on demande à trois musiciens de jouer des points et à deux autres de jouer des lignes, sans aucune mélodie.

Les quelques dizaines de personnes rassemblées au Côté-Cour ont aussi eu droit à une réinterprétation d'un classique à la sauce actuelle. L'équipe de la Voix Maltée a proposé sa version country-actuelle d'une pièce de Strauss, alors que celle du Transit/Bunker a offert la pièce Smoke On The Water de Deep Purple en version musique actuelle.

Les saxophonistes de chacune des équipes ont offert des performances remarquables dans l'improvisation intitulée J'voudrais faire un beau solo, mais l'équipe change tout le temps de beat, qui devait se dérouler à la manière d'un zapping.

L'accordéoniste Charity Chan a aussi brillé dans Vocabulaire réduit, une improvisation qui demandait aux joueurs de se servir de trois notes seulement.

Heure de tombée oblige, Le Quotidien a dû quitter les lieux juste après le début de la seconde période, alors que le pointage affichait un léger avantage pour l'équipe de la Voix Maltée.

Mais ce n'est que partie remise puisque la LIMS sera de retour en septembre prochain.