La région de Val-des-Bois, dans l'Outaouais, a continué de trembler hier, mais de façon à peine perceptible. Ressources naturelles Canada a enregistré pas moins d'une vingtaine de répliques au tremblement de terre de mercredi, mais la plus forte a à peine dépassé 3 à l'échelle de Richter.

Mis à jour le 25 juin 2010
Louise Leduc LA PRESSE

«La plupart des répliques étaient d'une magnitude d'environ 2, a indiqué Sylvie Hayek, sismologue à Ressources naturelles Canada. Même à 3, les gens ne ressentent normalement quelque chose que s'ils se trouvent sur un sol moins ferme.»

Telles sont les suites du tremblement de terre d'une magnitude de 5 qui a frappé mercredi l'ouest du Québec et l'est de l'Ontario pendant une quarantaine de secondes. Les secousses ont aussi été ressenties à Montréal, à Toronto et même en Ohio et au Michigan, aux États-Unis.

Si l'épicentre se situait dans la petite localité de Val-des-Bois, c'est plutôt à Gracefield (à une centaine de kilomètres au nord de Gatineau) que les dommages sont les plus considérables. L'église et plusieurs résidences ont été touchées, et le maire, Réal Rochon, a indiqué hier qu'un programme d'aide aux sinistrés, dont les détails restent à préciser, sera mis en place. L'état d'urgence dans cette municipalité a été levé dans la journée d'hier.

La route 307, qui s'est affaissée sur une quarantaine de mètres, demeure fermée à la hauteur de Bowman.

À Buckingham, tout près de l'épicentre, les vibrations ont provoqué une petite vague de panique, mercredi. «Ça a duré au moins 40 secondes - c'est très long. Les balles me tombaient sur la tête. Je vous dis que ça brassait pas à peu près! Tout le monde a eu très peur», a dit Danielle Drapeau, responsable des achats du club de golf de Buckingham.

Non loin de là, à Val-des-Bois, on a aussi vécu quelques sensations fortes. «Dans mon restaurant, tous les verres et les tables ont tremblé. On s'est dit: "Qu'est-ce qui se passe?" On a eu la frousse un petit brin, alors on est tous sortis», raconte Denise Pilon, employée du Resto du Lac Vert.

De nombreuses pannes de téléphone et d'électricité ont été signalées dans l'Outaouais rural, notamment dans les villages de Val-des-Bois, Bowman et Gracefield.

Dans la capitale fédérale, de nombreux édifices gouvernementaux, y compris ceux du parlement, ont été évacués pour l'après-midi, mercredi, par mesure de sécurité.

Phénomène rare

Les séismes d'une magnitude de plus de 5 à l'échelle de Richter restent assez rares dans l'est du Canada. Selon le géologue Michel Bouchard, de l'École polytechnique de Montréal, le dernier séisme de cette ampleur dans la région de Montréal daterait de près de 300 ans.

Le sismologue Reynald Du Berger n'était pas surpris que le tremblement de terre ait été ressenti aussi loin de l'épicentre. «Les tremblements de terre dans l'est du Canada sont généralement ressentis sur une grande distance. Cela s'explique par la nature des roches qui composent le Bouclier canadien. Ce sont des roches très cristallines, très dures, qui transportent très bien les vibrations. En Californie, où l'on trouve davantage de roches sédimentaires, les vibrations voyagent bien moins.»

En novembre 1988, au Saguenay, un tremblement de terre d'une magnitude de 6 avait lézardé des murs de brique et endommagé des cheminées. «Ce sont rarement des dommages structurels, bien que, à l'époque, des transformateurs et des pièces de porcelaine d'Hydro-Québec aient subi des dommages», précise M. Du Berger.

Surprise

À Val-des-Bois, le préposé à l'accueil au camping du Lac-Écho, Pierre-Luc Letiecq, a eu l'air surpris quand on lui a dit que les dernières nouvelles plaçaient l'épicentre du tremblement de terre à peu près là où il se tenait.

«On est dans l'épicentre?» a-t-il demandé, les yeux écarquillés.

«C'est ce qu'ils ont dit tantôt à Radio-Canada», a répondu son collègue, André Chamberland. Ce serait le lac Écho.»

À Notre-Dame-de-la-Sallette, dans les heures qui ont suivi la secousse principale, chacun, au dépanneur Margot, avait son histoire à raconter - y compris Margot, la propriétaire. «Toutes les bouteilles sont tombées! a-t-elle dit. Vous voyez, là, dans le frigidaire, à travers la vitre! Le vin, la bière... Tout par terre!»

Même chose à l'épicerie Richelieu de Val-des-Bois, où le caissier, Philippe Ménard, avoue avoir eu un peu peur: «On est à Val-des-Bois... Il ne se passe rien, ici! Alors quand ça s'est passé, j'ai dit: Oh! Yeah!»

«En tout cas, ça va nous mettre sur la map, hein?»

 

- Avec la collaboration de Tristan Péloquin, Katia Gagnon, Anabelle Nicoud, Daphné Cameron, Hugo de Grandpré, Le Droit et La Presse Canadienne