Comme prévu, le gardien de but des Remparts de Québec, Jonathan Roy, était absent, hier, lors de sa mise en accusation au Palais de justice de Chicoutimi.

Serge Lemelin

Son avocat, Me Jean-Louis Lemay, le représentait pour répondre de l'accusation de voies de fait portée contre le jeune hockeyeur de 19 ans pour les événements du 22 mars au Centre Georges-Vézina au cours desquels le gardien de but de l'équipe des Saguenéens, Bobby Nadeau, a été attaqué et battu sur la patinoire.

Me Lemay a pris connaissance de la preuve accumulée entre les mains du représentant de la direction des poursuites pénales et criminelles, Me Denis Dionne, et a demandé à ce que la prochaine étape soit reportée au 10 novembre. Me Lemay a aussi demandé un complément de preuve à son confrère de la Couronne, sans plus préciser.

À la sortie du tribunal, les deux avocats se sont faits discrets et ont refusé de formuler quelque commentaire que ce soit en réponse aux questions des journalistes, nombreux pour la circonstance.

Le soir des événements, le gardien de but remplaçants des Remparts a traversé la patinoire et assailli son vis-à-vis qui est resté sans bouger, le bras accoté sur le filet.

Les images de la télévision ont montré un Jonathan qui a arraché le masque de la victime et frappé à de nombreuses reprises celle-ci au visage et au tronc sans que celle-ci ne réagisse.

La diffusion en boucle des images pendant toute la fin de semaine de Pâques a amené la Direction des poursuites criminelles et pénales à demander une enquête de police à la Sécurité publique de Saguenay quelques jours plus tard.