La révélation n'en est pas vraiment une, mais elle confirme ce que tout le monde savait déjà. Les citoyens du Saguenay-Lac-Saint-Jean vivent et travaillent dans le même secteur à plus de 90 pour cent des cas.

Mis à jour le 23 juill. 2008
Stéphane Bégin

L'Institut de la statistique du Québec (ISQ) a dévoilé, hier, les grandes lignes de sa dernière recherche sur les déplacements entre le domicile et le lieu de travail des personnes occupant un emploi.

Si les travailleurs de Montréal et de Québec, notamment, n'hésitent pas un instant à quitter la grande ville pour s'établir dans la banlieue, cette situation ne se vit pas au Saguenay-Lac-Saint-Jean. Il n'existe pas d'irréductibles, sauf pour les citoyens du secteur du Fjord-du-Saguenay.

Selon les chiffres dévoilés, seulement 33,8 pour cent des gens qui habitent le secteur du Fjord-du-Saguenay ont un emploi à proximité de leur résidence. Pour la balance des 57,5 pour cent, ils doivent se déplacer jusque dans le territoire de Saguenay pour y gagner leur vie.

"Cette statistique s'apparente à celle que l'on retrouve pour un secteur comme Laval. Les gens qui y vivent n'ont pas nécessairement trouver un emploi dans la municipalité ou préfère s'éloigner de leur lieu d'emploi", explique Stéphane Ladouceur, spécialiste en aménagement du territoire à l'ISQ.

"Pour les autres territoires, les gens demeurent et vivent au même endroit. Il faut dire qu'ils n'ont pas à vivre les contraintes de Montréal, où plusieurs personnes choisissent les couronnes sud et nord pour s'établir", explique-t-il.

D'ailleurs, pour le territoire de la ville de Saguenay, 57 525 des 61 195 travailleurs demeurent et oeuvrent dans les limites de la ville, soit un taux de 94 pour cent. Le reste du groupe gagne sa vie dans les secteurs du Lac-Saint-Jean Est (1075), de Maria-Chapdelaine (175), du Fjord-du-Saguenay (890) ou du Domaine-du-Roy (115).

Les citoyens du Domaine-du-Roy, à 91 pour cent, ont été en mesure de se dénicher un emploi non loin du domicile. Ainsi, 11 640 des 12 790 emplois se retrouvent dans le même secteur. Mais cela n'empêche pas 520 personnes d'oeuvrer à Maria-Chapdelaine.

Au Lac-Saint-Jean Est, 17 760 travailleurs sur 20 665, soit 85,9 pour cent, ont déniché leur emploi à proximité de la maison. Il y en a tout de même 1645 qui se rendent chaque matin du côté de Saguenay pour travailler. Quant au secteur Maria-Chapdelaine, 8115 des 9135 travailleurs vivent et travaillent au même endroit pour un pourcentage de 87,1 pour cent.

Une infime partie des travailleurs de la région, soit environ 0,5 pour cent de ceux-ci, demeurent sur l'un ou l'autre des territoires du Saguenay-Lac-Saint-Jean, mais travaillent à l'extérieur, soit en Jamésie (Baie-James), à 0,5 %, à Québec (0,4 %), à Montréal (0,3 %), à La Tuque (0,2 %) ou dans un autre endroit du globe à raison de un pour cent des travailleurs.