Les Québécois éliront un nouveau gouvernement le 1er octobre prochain. D'ici là, La Presse a voulu sonder l'état d'esprit des électeurs. Nos journalistes et nos photographes ont été à leur rencontre dans 100 villes différentes dans toutes les régions du Québec. Découvrez ce que les électeurs ont à dire.

Gabriel Béland LA PRESSE

QU'EST-CE QUI VOUS PRÉOCCUPE EN CE MOMENT ?

Étant en région, c'est clair que c'est l'avenir des régions, la dévitalisation des villages, l'exode des jeunes. Saint-Casimir est quand même un peu dévitalisé. Des fois, on se sent coupés des grands centres parce que le financement dans ces petits milieux est plus rare. Par exemple, on a une salle de spectacle et parfois, c'est plus difficile de faire cheminer le dossier parce qu'on est vus comme en marge.

QUELLE EST LA DERNIÈRE CHOSE QUI VOUS A MIS DE BONNE HUMEUR ?

Dernièrement, on a reçu de belles subventions pour un festival qu'on organise chaque année, et ça, j'avoue que ça m'a mis de bonne humeur.

QUELLE EST LA DERNIÈRE CHOSE QUI VOUS A MIS EN COLÈRE ?

Ce matin, ils faisaient de l'élagage à côté de chez nous et c'était fait vraiment en jambon. J'ai l'impression qu'ils font ça un peu n'importe comment en campagne, sans trop se soucier de la santé des arbres. Ils ont coupé à moitié un vieux noyer et ça m'a fendu le coeur.

QUELLE EST LA DERNIÈRE PERSONNALITÉ PUBLIQUE DONT LA MORT VOUS A ÉMU ?

Je ne sais pas. Je n'ai pas de télé, je n'ai pas trop le temps de lire les journaux. La mort de gens que je ne connais pas m'atteint difficilement.

SI VOUS POUVIEZ ET VOULIEZ VIVRE DANS UNE AUTRE VILLE DU QUÉBEC, LAQUELLE SERAIT-CE, ET POURQUOI ?

La Gaspésie. J'ai pris des vacances à Murdochville cet hiver pour faire du snowboard et j'ai beaucoup aimé l'énergie des gens. J'ai trippé, et j'imagine même pas l'été comment c'est. Mais je suis originaire de Portneuf et j'ai décidé d'y revenir, alors je ne partirai pas de sitôt.

SI VOUS POUVIEZ CHANGER UNE SEULE CHOSE DANS VOTRE CIRCONSCRIPTION, QU'EST-CE QUE CE SERAIT ?

J'aimerais qu'on mette l'environnement au coeur du débat politique. On a gagné plusieurs combats dans les dernières années, dont les pipelines. Mais j'aimerais qu'on ne s'arrête pas là.

SI VOUS POUVIEZ CHANGER UNE SEULE CHOSE AU QUÉBEC, QU'EST-CE QUE CE SERAIT ?

La tolérance vis-à-vis ceux qu'on ne connaît pas. Que les gens prennent le temps de connaître ceux qui sont différents, de leur parler. J'aimerais aussi que tout le monde ferme sa radio une fois de temps en temps.

QUEL EST LE DERNIER CONTENU QUE VOUS AVEZ PARTAGÉ SUR FACEBOOK ?

Eh boy, il faudrait que j'aille voir. Probablement après l'attentat à la mosquée de Québec, j'avais partagé un extrait d'un animateur de radio qui minimisait la tête de porc laissée devant une mosquée, qui disait que ce n'était pas raciste ou islamophobe. Je trouvais ça assez violent.

OÙ VOUS VOYEZ-VOUS DANS CINQ ANS ?

Je me vois à Saint-Casimir, avec une entreprise un peu plus grosse mais pas trop, qui va participer au dynamisme régional.

QU'EST-CE QUE C'EST, POUR VOUS, ÊTRE QUÉBÉCOIS ?

Être québécois... Eh boy. Je ne pense pas qu'il y ait de grandes différences entre être québécois ou ontarien. Il y a des différences culturelles, c'est sûr. Mais je pense que c'est d'être bien dans son milieu. Je pense que j'aurais la même réponse si j'étais allemand ou français.

FAITES UN VOEU...

Je souhaite que les gens s'entraident, s'épaulent, peu importe leurs différences. C'est beaucoup plus facile d'avancer collectivement tout le monde ensemble, d'essayer de se comprendre et de se respecter.

QUE FERIEZ-VOUS SI VOUS GAGNIEZ UNE SOMME IMPORTANTE ?

J'en garderais une partie pour voyager. Et je mettrais probablement sur pied des projets qui peuvent toucher ma communauté immédiate pour essayer de sortir les gens de leur isolement, parce qu'il y a quand même de l'isolement en région.

DANS VOTRE VIE, CES CINQ OBJETS SONT-ILS POSITIFS OU NÉGATIFS ?

Téléphone

Négatif.

Ordinateur

Positif.

Carte de crédit

Positif.

Télévision

Négatif.

Bouteille de bière ou de vin

Positif.

VOUS DEVENEZ PREMIER MINISTRE DEMAIN. QUELLE EST LA PREMIÈRE PHRASE DE VOTRE PREMIER DISCOURS ?

Bonjour, comment allez-vous ?

Photo David Boily, La Presse

Maxime Naud-Denis, 31 ans, Saint-Casimir

Si un chef de parti croisait votre chemin pendant la campagne électorale, de quelle préoccupation aimeriez-vous lui parler? Préserver votre emploi, acquérir une propriété, refaire une route dangereuse? Dites-nous ce qui vous préoccupe, et pourquoi, en 250 mots, en écrivant à centvilles@lapresse.ca en prenant soin de préciser votre nom, votre âge, ce que vous faites et la municipalité dans laquelle vous vivez. Nous publierons un certain nombre de messages pendant la campagne électorale, en septembre.