• Accueil > 
  • XTRA > 
  • Finance 
  • > Des perspectives sur la croissance internationale du point de vue de la gestion de trésorerie 
Finance

Des perspectives sur la croissance internationale du point de vue de la gestion de trésorerie

Le succès d'une entreprise se mesure souvent par ses revenus et ses profits. Toutefois, même les ventes les plus solides et les marges nettes les plus importantes peuvent s'éroder lorsque les comptes clients ne sont pas encaissés rapidement et que les flux de trésorerie ne sont pas traités de manière efficace, deux défis qui peuvent devenir majeurs pour les entreprises qui font des affaires à l'étranger.

Voilà pourquoi il est important de tirer parti de la valeur des comptes clients et des stocks d'une entreprise ainsi que d'obtenir un meilleur contrôle des liquidités et des paiements.

Jessica Russell, vice-présidente adjointe du service de commerce international et financement des comptes clients à la HSBC, est d'avis que la priorité, pour une entreprise, est d'abord et avant tout de s'assurer d'être payée. Aujourd'hui, plusieurs entreprises doivent faire affaire avec des clients qui exigent des modalités de paiement allant souvent de 45 à 60 jours, et parfois, sur une période encore plus longue. Dans certains cas, il n'existe aucune garantie de paiement - un risque qui tend à augmenter pour les entreprises faisant affaire à l'échelle mondiale. Les fournisseurs, quant à eux, souhaitent être payés à l'avance : voilà qui vient ajouter plus de pression sur la trésorerie de l'entreprise.

Un autre problème courant qui touche plus particulièrement les entreprises faisant affaire à l'international est le fait qu'elles n'ont pas d'idée précise de leur encaisse. Rahul Sharma, responsable en chef de l'équipe des ventes du service de gestion des fonds à la HSBC, en Ontario, déclare qu'il n'est pas inhabituel pour des entreprises axées sur le commerce international d'avoir des liquidités inutilisées dans plusieurs comptes, dans plusieurs pays.

«Alors, lorsque des paiements doivent être effectués, il est difficile de décider à partir de quel compte vous devez le faire, note M. Sharma. Le fait de ne pas utiliser vos liquidités efficacement peut entraîner un risque opérationnel, par exemple, lorsque vous décidez d'effectuer un paiement en dollars américains à partir de votre compte canadien au lieu de le faire à partir du compte que vous détenez en dollars américains.

Le fait de ne pas avoir un aperçu clair de l'encaisse peut aussi exposer l'entreprise à un risque de fraude, d'ajouter M. Sharma. Ce problème est particulièrement réel pour les entreprises qui ont donné à des employés ou à des représentants travaillant dans d'autres parties du monde des droits d'accès à des comptes bancaires, sans avoir d'abord mis en place des mécanismes de contrôle adéquats.

Ces entreprises peuvent, à un moment donné, avoir l'impression que l'argent se volatilise, d'expliquer M. Sharma.»

Les entreprises peuvent aussi craindre des pertes potentielles causées par des erreurs manuelles. M. Sharma, à titre d'exemple, nous parlait d'un client qui utilisait les services d'une banque canadienne pour envoyer de l'argent en Indonésie. En raison d'une erreur d'entrée de données, ce client a failli perdre près de 27 000 $.

«Heureusement pour ce client, un membre du personnel de la HSBC en Indonésie a pu intervenir à temps et récupérer le montant. Mais dans la plupart des cas, il est très difficile de recouvrer une somme d'argent dans le cadre d'une opération internationale, de conclure M. Sharma.»

Afin de relever ces défis, les entreprises doivent trouver les bonnes solutions : elles leur permettront de protéger leurs marges bénéficiaires et d'assurer leur croissance. Plusieurs entreprises profitent déjà d'un financement des comptes clients par l'entremise de leur banque, mais probablement en contrepartie d'un escompte important. Mme Russell note que les banques donnent habituellement 75 % de la valeur des comptes clients. La HSBC, à titre de comparaison, peut donner jusqu'à 90 % de cette valeur.

Le financement contre bons de commande et le financement des importations sont d'autres solutions possibles pouvant donner à des entreprises un accès rapide à des liquidités provenant du revenu des ventes. Le financement contre bons de commande peut s'avérer tout particulièrement utile pour les entreprises qui ont conclu un gros contrat et qui ont besoin immédiatement de fonds pour payer les dépenses associées à la commande.

Pour ce qui est du financement des importations, les entreprises qui achètent et vendent à l'étranger des biens qui n'ont pas besoin de passer par le Canada (elles peuvent acheter un bien en Chine, par exemple, et faire en sorte qu'il soit directement expédié à l'acheteur, dans un autre pays), peuvent tirer profit de la valeur de leurs biens en transit, et ce, sans avoir à attendre que ces biens soient arrivés à destination.

«Ces types de financement vous permettent d'acheter et de vendre, tout en restant concurrentiel, de déclarer Mme Russell. Ils vous donnent accès aux liquidités dont vous avez besoin pour décrocher de plus gros contrats et pour assurer votre croissance.»

La possibilité de gérer le flux de trésorerie à partir d'une plateforme centralisée offrant une grande visibilité est également essentielle pour assurer un meilleur aperçu des comptes ainsi qu'un contrôle plus serré. M. Sharma dit que cette plateforme devrait, idéalement, permettre de consulter tous les comptes et tous les placements.

Cette plateforme doit être soutenue par un système solide de vérifications et d'approbations effectuées par des employés ayant les niveaux appropriés d'autorisation pour l'accès aux comptes. Par exemple, un représentant ou un employé d'un autre pays peut être autorisé à préparer les paiements, mais ces opérations doivent quand même être approuvées par une personne autorisée au Canada.

Les entreprises, grâce à un aperçu plus clair et à un contrôle plus serré de leurs comptes, peuvent prendre des décisions plus éclairées quant à leur argent. Les opérations de change sont aussi un facteur important à prendre en considération dans ce contexte et les entreprises doivent envisager des solutions telles que la couverture de change ou des contrats de change à terme. M. Sharma est d'ailleurs d'avis qu'il est essentiel de faire appel aux services d'experts dans ce domaine.

Ken Albright, président de SEVEN CONTINENTS CORPORATION, une entreprise de Toronto lancée en 1977, qui fabrique des mannequins d'étalage pour les magasins de détail, déclarait que le fait d'avoir eu accès à des solutions adéquates en matière de financement et de gestion des fonds a fait toute la différence pour son entreprise. Au fil des années, SEVEN CONTINENTS s'est tournée vers la HSBC pour obtenir diverses solutions, qu'il s'agisse de financement des comptes clients, de financement contre bons de commande ou de couverture de change.

L'entreprise utilise aussi la solution en ligne de la HSBC pour la gestion des paiements et des fonds, soit les services HSBCnet. M. Albright parle de ces services comme de «l'outil le plus pratique» qu'utilise quotidiennement SEVEN CONTINENTS.

«Nous pouvons surveiller tout ce que nous faisons, et ce, directement de nos ordinateurs de bureau, déclare-t-il. Nous n'avons pas à passer par une multitude d'approbations officielles, de signatures et d'un tas d'autres trucs du genre - tout est déjà établi. La HSBC nous offre là de gros avantages, qui nous permettent de faire beaucoup mieux qu'auparavant.»

Qu'une entreprise exerce ses activités à l'échelle mondiale ou seulement au Canada, elle doit s'assurer d'optimiser ses flux de trésorerie (à partir des comptes clients, des contrats conclus et du stock) et de gérer ses comptes de liquidités et ses paiements d'une manière efficace et sécuritaire. Pour en savoir plus sur les solutions qu'offre la HSBC afin de répondre aux besoins essentiels d'une entreprise, cliquez ici.  

Avis :

Les renseignements fournis ne sont pas nécessairement exhaustifs et ne sauraient être interprétés comme des conseils professionnels de nature financière, juridique, fiscale ou autre. Vous ne devriez pas agir sur la foi de cette information sans avoir obtenu les conseils d'un professionnel. Le présent document a été préparé avec soin, mais la HSBC ne peut garantir, ni s'engager à déclarer (explicitement ou implicitement) que ces renseignements sont exacts et complets. Les renseignements présentés dans ce document peuvent être modifiés sans préavis. Certains des produits et services proposés par la Banque HSBC Canada, ses filiales et ses sociétés affiliées sont offerts sous réserve d'une approbation de crédit. Ce document ne saurait constituer une offre de fournir les services et les produits qui y sont décrits et la prestation de ces services et produits demeure assujettie au contrat. 

Les services HSBCnet sont fournis au Canada par la Banque HSBC Canada. Les caractéristiques et les fonctions de HSBCnet varient d'un pays à l'autre. Ces services sont assujettis à la réglementation canadienne en matière de sanctions. 

Publié par la Banque HSBC Canada (la «HSBC»)

© Banque HSBC Canada 2016-2017. TOUS DROITS RÉSERVÉS.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

la boite:2320429:box

publicité

la boite:2333426:box
la boite:2320468:box
la boite:2334608:box

publicité

publicité

image title
Fermer