Finance

Un mauvais placement, c'est quoi?

Épargner n'est pas toujours facile. Les Canadiens ont réussi de peine et de... (Crédit photo: Offset)

Agrandir

Crédit photo: Offset

Épargner n'est pas toujours facile. Les Canadiens ont réussi de peine et de misère à mettre de côté 4,9 % de leur revenu en 2014. On devine que «bien épargner» n'est pas plus simple...

Natalia Sandjian, planificatrice financière à la Banque Nationale* , nous aide à départager les bonnes stratégies de placement des mauvaises.

Mieux que rien?

Beaucoup de gens considèrent qu'ils n'ont pas assez d'argent pour qu'il vaille la peine de faire de placements, mais on peut commencer à investir dès qu'on parvient à libérer aussi peu que 25 dollars de son budget mensuel.

À chaque investisseur son placement

Un mauvais placement est un placement qui ne respecte pas son profil d'investisseur, en particulier sa tolérance au risque. Les fluctuations potentielles d'un placement trop risqué engendrent du stress et une volatilité qui peuvent nuire aux objectifs à court terme d'un investisseur. Quant aux conséquences d'un placement trop conservateur, elles se résument en deux notions : un coût d'opportunité élevé et l'érosion accélérée de son pouvoir d'achat en raison de l'inflation. S'accommoder d'un mince 2 % de rendement sans considérer l'horizon de temps d'un placement, par exemple, est une erreur. De plus, si le rendement sur les investissements ne réussit pas à compenser l'augmentation du coût de la vie, c'est la pérennité du capital dans le temps qui devient à risque... et survivre à son capital est certainement la dernière chose que tout investisseur souhaite vivre.

La fameuse « diversification »

La plus grande - et coûteuse - erreur en matière de placement est sans contredit une mauvaise compréhension du concept de diversification, que plusieurs confondent avec «dispersion».

On a tous entendu l'expression « il ne faut pas mettre tous ses oeufs dans le même panier ».  Une bonne diversification ne veut toutefois pas dire éparpiller ses investissements auprès de plusieurs institutions financières, mais plutôt d'investir ses actifs dans diverses sortes de produits de placement! Ce que tout investisseur devrait rechercher est une diversification des types d'investissement, tels que les titres à revenu fixe (CPG) et les actions, dans des marchés tant canadiens qu'internationaux.

Un portefeuille diversifié variera la nature des placements afin que toute variation individuelle de chaque placement n'entraîne pas une conséquence disproportionnée. En somme, on est «couvert» quoi qu'il arrive, et cela peut bien se faire grâce au portfolio de placements d'une seule institution financière. Autrement, la vue d'ensemble essentielle à la bonne prise de décision est même impossible.

D'autres gestes financiers sont à prescrire et à proscrire pour vos placements. Apprenez-en plus en consultant la version longue de cet article qui comprend notamment les 3 erreurs classiques que les gens font avec leurs placements.

*Les planificateurs financiers exercent leurs activités pour le compte de Banque Nationale Investissements inc. ,filiale à part entière de la Banque Nationale du Canada.

Pour tout conseil concernant vos finances et celles de votre entreprise, veuillez consulter votre conseiller de la Banque Nationale, votre planificateur financier ou, le cas échéant, tout professionnel (comptable, fiscaliste, avocat, etc.).

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

  • Comment payer moins d'impôt?

    Finance

    Comment payer moins d'impôt?

    Les Québécois ont la facture fiscale la plus salée en Amérique du Nord. Or, personne n'aime payer de l'impôt. Bien qu'il n'existe pas de secret pour... »

  • Le défi des finances personnelles

    Finance

    Le défi des finances personnelles

    La règle du gros bon sens veut qu'il faille dépenser moins que ce que l'on gagne. Or, au Canada, pour chaque dollar de revenu disponible en 2014, on... »

  • Planifier sa retraite dès aujourd'hui

    Finance

    Planifier sa retraite dès aujourd'hui

    Planifier sa retraite est une préoccupation pour près de deux tiers des Canadiens. Les autres s'en préoccuperont-ils aussi plus tard... trop tard ? »

la boite:2320429:box

publicité

la boite:2333426:box
la boite:2320468:box
la boite:2334608:box

publicité

publicité

image title
Fermer