Finance

Coup de coeur voyage - Robert Héroux

Robert Héroux voyage différemment. Il est un globe-trotteur en quête de liberté... (Crédit photo: Marie-France Givern)

Agrandir

Crédit photo: Marie-France Givern

Robert Héroux voyage différemment. Il est un globe-trotteur en quête de liberté et de découvertes culturelles : « J'aime les lieux qui ont une histoire; les villes à échelle humaine, où l'on a une belle qualité de vie. J'ai un petit côté aventurier aussi. Quand j'arrive quelque part, j'aime marcher pour découvrir les quartiers moins touristiques. »

Après avoir fait carrière en marketing pendant 31 ans chez IBM, Robert Héroux a fondé sa propre boîte de consultation, Expansio. S'il a été appelé à se déplacer aux quatre coins du monde dans le cadre de son travail, Robert a aussi une feuille de route impressionnante en matière de voyages d'agrément et d'aventure.

LE « SLOW TRAVEL » : RALENTIR POUR ADOPTER LE MODE DE VIE LOCAL

« Plus ça va, plus je suis en mode ''slow travel'': tu en vois moins, mais tu le vis plus intensément.» Prendre le temps d'adopter la cadence des lieux, d'y vivre comme les locaux, c'est ce que Robert recherche.

Lors d'un voyage en Bretagne, il a procédé à un échange de maison avec une famille de là-bas, passant de la métropole à un petit village d'à peine quatre maisons! « Pendant trois semaines, on a changé de vie. Le matin, on allait visiter ou faire du chariot à voile sur la plage avec les enfants. C'était fantastique! »

Pour Robert, il s'agit d'une façon de voyager très enrichissante sur le plan humain : « Ils sont devenus des amis. Cinq ans après, on s'envoie encore des cadeaux de Noël! »

Ses destinations préférées :

-    Barcelone : « Pour la beauté de la ville. J'adore ce genre de lieu situé en bord de mer. »

-    Rome : Souvenir d'une soirée avec des amis à Trastevere : « Manger un gelato un soir de pleine lune, en regardant un spectacle amateur au coin d'une rue... Si c'est pas ça le bonheur! J'aime les lieux qui ont une histoire. Quand on se promène à Rome, on sent que la ville a une âme. Et la vie y est belle! »

-    Japon : « Un pays et une culture magnifiques. J'y retournerais n'importe quand. »

COMPOSTELLE : TRANSFORMER SA VIE UN PAS À LA FOIS

Le printemps dernier, Robert a parcouru les 800 km séparant Saint-Jean-Pied-de-Port de Saint-Jacques-de-Compostelle. Un périple de 30 jours au cours duquel il aura rencontré des gens issus d'une trentaine de pays différents.

« Là-bas, les classes sociales s'effacent. » En vêtements de marche, sac au dos et sans artifices, tout le monde est au même niveau. « J'ai marché avec un vice-président de Samsung pendant trois jours avant d'apprendre ce qu'il faisait dans la vie! »

À peine rentré, il songe déjà à y retourner avec sa conjointe. « Compostelle, ça ne finit jamais vraiment. Ton voyage commence quand tu penses à partir : l'anticipation, la préparation, l'entraînement... Puis, pendant que tu es là-bas, tu vis de grands moments d'exaltation, mais aussi de découragement. Ça t'amène à réfléchir énormément et à revoir tes valeurs. Et ton cheminement intérieur se poursuit une fois que tu es revenu. »

Top 5 de ses escales sur la route de Compostelle :

-    La traversée des Pyrénées :« Le matin, tu te lèves en France, et à midi, tu es en Espagne! Des paysages à couper le souffle, des chevaux sauvages : c'est absolument ma-gni-fique! »

-     La région de la Navarre :« On y parle l'espagnol et le basque - donc pour un Québécois, c'est assez dépaysant. J'ai dû me débrouiller avec le langage des signes! »

-    Puente la Reina : « Ce pont mythique a été construit pour empêcher les pèlerins de se noyer. Quand on pense que des millions de personnes sont passées là avant soi, ça donne des frissons.»

-    La Cruz de Ferro : Une croix de fer perchée au sommet d'un immense poteau. « La tradition veut qu'on y amène une roche « imprégnée » de quelque chose qu'on souhaite laisser derrière soi : regrets, erreurs, etc. C'était un moment fort et très touchant. »

-    Bercianos del Real Camino : Un petit village sans aucune commodités sauf une auberge... où on lui a demandé de préparer le repas pour les 40 pèlerins qui viendraient y crécher ce soir-là. « Après 1h30 à cuisiner et à boire du vin avec deux autres bénévoles... disons qu'il était temps qu'on serve le repas! »

UNE PASSION HÉRÉDITAIRE

Selon Robert, les voyages ont le pouvoir d'enrichir notre ouverture d'esprit; ils sont une « clé sur le monde » dont il ne saurait se passer. « Et c'est un peu ce que j'ai voulu transmettre à mes filles», conclut-il. Pari réussi, puisque comme leur papa, celles-ci ont déjà un passeport bien rempli!

Cet article et votre passion du voyage sont propulsés par la carte World EliteMD MasterCardMD,1 de la Banque Nationale.

Découvrir les avantages :

•    Offre de 30 000 points en prime (valeur de 300 $)

•    Chaque année : jusqu'à 250 $ en remboursements de frais de voyages

•    Aucuns frais annuels la première année (une valeur de 150 $)2

Rehaussez votre expérience voyage en profitant des maintenant de cette offre!

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

  • Coups de coeur voyage: Milos Raonic

    Finance

    Coups de coeur voyage: Milos Raonic

    Milos Raonic est le joueur de tennis canadien le mieux classé sur les circuits internationaux. Ses tournois l'amènent à parcourir le monde, ce qui... »

  • Coup de coeur voyage: Jessica Harnois

    Finance

    Coup de coeur voyage: Jessica Harnois

    Sommelière émérite, Jessica Harnois a perfectionné son art dans les plus grands établissements au monde avant de lancer Vins au féminin, une agence... »

la boite:2320429:box

publicité

la boite:2333426:box
la boite:2320468:box
la boite:2334608:box

publicité

publicité

image title
Fermer