Cancer : plus d'options pour les patients

On connaît à peu près tous une personne ayant reçu un diagnostic de cancer. Environ 200 000 personnes au pays découvriront qu'elles en sont atteintes cette année seulement, et on s'attend à ce qu'un Canadien sur deux en développe un au cours de sa vie. Si ces chiffres sont imposants, une série de traitements inédits donnent toutefois de nouvelles raisons d'espérer. Les chercheurs mettent au point des moyens plus poussés pour lutter contre le cancer, offrant de nouvelles options - et de meilleures perspectives d'avenir - aux patients.

« L'innovation et la recherche font une différence majeure dans la façon dont les gens vivent avec le cancer et luttent contre cette maladie. Nous détenons le potentiel d'avoir un impact plus important que jamais », affirme d'ailleurs Winselow Tucker, directeur général en oncologie dans une compagnie de recherche pharmaceutique canadienne.

Thérapies ciblées

Dans les années 1950, lorsque la chimiothérapie a été introduite, elle était révolutionnaire et sauvait des vies. Pendant de nombreuses décennies, la chimiothérapie, la radiothérapie et la chirurgie ont été les trois traitements de base contre le cancer. Puis, il y a une quinzaine d'années, les thérapies ciblées ont changé le portrait. Contrairement à la chimiothérapie, qui affecte toutes les cellules du corps, les thérapies ciblées recherchent des gènes ou des protéines spécifiques.

Elles ont d'ailleurs changé la vie de la journaliste torontoise Lisa Machado après un diagnostic de leucémie myéloïde chronique (LMC). Dans la trentaine, mère de deux jeunes enfants, elle croyait alors que ce cancer du sang rare lui dérobait toute chance de survie.

Lisa se souvient du jour où elle a reçu son diagnostic. « C'était vraiment le pire moment de ma vie. Je me souviens juste d'avoir pensé que j'allais mourir. Et que je n'allais pas voir mes enfants grandir. C'était terrible. »

Son oncologue, spécialiste de la LMC, lui a fait débuter des traitements avec un médicament ciblé. Aujourd'hui, Lisa va bien, et sa santé est stable. Elle est toujours en traitement et, bien que son état la rende anxieuse, ce médicament s'est avéré une bouée de sauvetage.

« Je me sens bien, résume-t-elle. Je suis optimiste parce qu'il y a beaucoup de médicaments maintenant, parmi lesquels plusieurs sont prometteurs. J'ai donc espoir. »

De la science-fiction devenue réalité

Parmi la dernière génération de traitements contre le cancer, dont beaucoup sont encore à l'essai en laboratoire et dans le cadre d'essais cliniques, on trouve les thérapies immuno-oncologiques. On veut déterminer comment celles-ci peuvent activer le système immunitaire de l'organisme afin qu'il reconnaisse et détruise lui-même les cellules cancéreuses et les tumeurs.

Prenons par exemple les thérapies par lymphocytes T à récepteur antigénique chimérique    (CAR-T), où l'ADN d'une cellule immunitaire spécifique (appelée lymphocyte T) est reprogrammé en laboratoire pour attaquer les cellules cancéreuses. Une fois qu'on a obtenu un grand nombre de ces nouvelles cellules « survoltées », on les réinjecte dans le corps du patient. Les chercheurs estiment que ces traitements sont extrêmement prometteurs.

« On dirait de la science-fiction, mais c'est en fait ce qui se passe aujourd'hui », illustre Winselow Tucker.

Encourager l'innovation

Les nouvelles thérapies sont le résultat d'années de recherche et d'investissement. La mise au point d'un nouveau médicament peut prendre 10 ans ou plus, le coût total moyen étant fixé à 2,5 milliards de dollars.

L'industrie et les groupes de patients travaillent avec Santé Canada sur la politique en matière de médicaments, encourageant la collaboration entre toutes les parties pour aller de l'avant. Grâce à cette entraide, le Canada est souvent l'un des premiers pays au monde à lancer de nouveaux médicaments, offrant aux patients un accès plus rapide aux traitements les plus récents.

Depuis les premières chimiothérapies jusqu'aux médicaments ciblés, les deux dernières décennies ont connu des progrès remarquables dans le traitement des cancers. Selon les chefs de file de l'industrie, il est essentiel que le Canada demeure un milieu accueillant pour la recherche et l'innovation. En effet, le travail qui se fait aujourd'hui dans les centres universitaires, les laboratoires et lors des essais cliniques prépare déjà le terrain pour la prochaine découverte importante qui pourrait aider les patients comme Lisa Machado à voir grandir leurs enfants.

Pour plus d'information

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

la boite:2320429:box
la boite:2333426:box
la boite:2320468:box
la boite:2334608:box
image title
Fermer