Entreprises

Quand l'exécution fait l'acquisition

Angelo Noce, associé chez Blakes, et Geneviève Richard,...

Agrandir

Angelo Noce, associé chez Blakes, et Geneviève Richard, avocate principale chez Belron Canada, ont mené de front l'acquisition de près de 70 franchisés au Canada.

Derrière chaque fusion ou acquisition se cache une stratégie longuement réfléchie, ponctuée de projections financières et de retours sur investissements. Mais si tout tient parfaitement sur papier, il ne faut pas perdre de vue la partie immergée de l'iceberg : l'exécution.

La théorie et la pratique sont deux choses bien différentes, et Geneviève Richard, avocate principale chez Belron Canada (Lebeau Vitres d'auto, Speedy Glass), et Angelo Noce, spécialiste des F&A au cabinet Blakes, sont à même d'en témoigner. « Dans une acquisition, la réalité du terrain exige une grande capacité d'adaptation », explique Mme Richard. « Ça prend des partenaires qui comprennent nos valeurs et nos objectifs, des gens qui comprennent la stratégie d'affaires au-delà de la transaction », ajoute-t-elle.

Et pour cause, en moins de trois ans, Mme Richard et M. Noce ont mené de front l'acquisition de près de 70 franchisés à travers le pays pour ce leader de la vitre automobile. Aujourd'hui, son réseau compte 350 centres de services et 1 600 employés.

Pour Angelo Noce, qui accompagne régulièrement des entreprises dans ce genre de projets d'acquisition, tout passe par la planification et la communication. « Dans des projets d'une telle envergure, il ne faut pas sous-estimer l'importance de la coordination entre les conseillers internes et externes », dit-il. « C'est un aspect-clé de ce genre de projet où il a fallu gérer de multiples équipes à travers le pays et coordonner les expertises nécessaires dans chaque juridiction pour répondre aux questions qui surviennent, notamment en matière de propriété intellectuelle, d'emploi, d'immobilier, de fiscalité et d'environnement », explique M. Noce.

Le duo s'entend pour dire que la confiance établie entre leurs deux équipes a grandement contribué au succès de ces acquisitions. « Lorsqu'on collabore à un projet qui comporte autant de facettes, une communication régulière et une bonne chimie font des miracles », dit Mme Richard. « Après tout, ajoute M. Noce, c'est en posant les bonnes questions qu'on maximise nos chances de transformer l'imprévisible en prévisible », conclut M. Noce.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

  • Tirer son épingle du boom

    Entreprises

    Tirer son épingle du boom

    Des projets d'énergies renouvelables et d'infrastructure qui font le bonheur des investisseurs institutionnels à l'effervescence du secteur... »

la boite:2320429:box

publicité

la boite:2333426:box
la boite:2320468:box
la boite:2334608:box

publicité

publicité

image title
Fermer