Le Québec : terreau fertile pour les "startups"

Le Québec est reconnu pour sa créativité et son esprit innovateur - notamment par le succès de ses startups. Grâce à l'étroite collaboration des universités avec les industries, la profusion de ressources disponibles et l'implication de partenaires financiers, la province présente un écosystème hautement favorable à la croissance entrepreneuriale.

Une terre de création

Si la province est reconnue comme « terre de création », c'est qu'elle réunit de nombreux facteurs favorisant la réussite des startups - ou jeunes pousses -, à commencer par des universités très actives. « Partout dans la province, l'environnement universitaire est propice à développer de nouvelles idées, particulièrement en technologie », souligne Mario Desautels, premier vice-président, stratégie, solutions et processus, Services aux entreprises pour Banque Nationale.

Les startups québécoises profitent également du soutien d'un grand nombre d'organismes pour accélérer leur démarrage. « On trouve une forte concentration d'incubateurs qui peuvent offrir l'accompagnement et faciliter l'obtention de prêts ou de subventions au démarrage », ajoute M. Desautels. « Par la suite, des organismes comme Investissement Québec ou EDC (Exportation et Développement Canada) peuvent prendre le relais lorsque l'on vise la croissance et l'exportation. »

Un petit marché : un levier de croissance

Par sa petite taille, le Québec est un marché modeste qui amène justement les jeunes entreprises à regarder très rapidement au-delà des frontières et à développer d'emblée un modèle d'affaires pouvant prendre de l'expansion. « Si l'on vend seulement au Québec, on se limite à 8 millions de clients potentiels », observe Manaf Bouchentouf, directeur de l'Accélérateur Banque Nationale-HEC Montréal. « La petite taille du marché devient donc une excellente raison pour les startups d'explorer et d'identifier des occasions d'affaires ailleurs dans le monde. »

Des domaines en demande

Bien qu'on traduise parfois startup par entreprise en démarrage, l'expression ne s'applique pas à toute nouvelle entreprise. « Il doit y avoir un volet technologie ou innovation, sans nécessairement que ce soit le produit en soi. Par exemple, une startup peut utiliser la technologie dans ses processus, ses activités ou ses infrastructures », affirme M. Bouchentouf.

Les jeunes pousses du Québec connaissent du succès dans une grande variété d'industries : technologies de l'information, culture, biomédical, services professionnels, scientifiques et techniques, divertissement, technologies propres, réalité augmentée...

Les entreprises faisant preuve d'innovation sont souvent celles qui s'entourent d'experts de domaines transversaux ou qui s'inspirent d'autres industries. « En sortant du même carré de sable que tout le monde, on profite d'un souffle nouveau, d'une vision nouvelle », poursuit M. Bouchentouf.

Savoir bien s'entourer

Au-delà du financement, la banque joue un rôle de véritable partenaire d'affaires en exposant une startup à un écosystème qui favorisera sa croissance. « Nos directeurs de comptes aident à développer le réseau en présentant des fournisseurs, des mentors, des sources de financement, des ressources et même des partenaires potentiels à l'extérieur du Québec », ajoute M. Desautels.

Les entreprises bien accompagnées augmentent nettement leurs chances. « Le taux de réussite est multiplié par 2 à 3 », affirme M. Bouchentouf. « À l'Accélérateur Banque Nationale-HEC Montréal, près de 90 % des entrepreneurs sont toujours actifs après 4 ans. »

**********

Startupfest : plus de 750 000 $ en prix et investissements

Du 10 au 14 juillet, le Startupfest de Montréal, en partenariat avec la Banque Nationale, présentera de nombreuses occasions de pitch et un prix d'investissement de 100 000 $.

Découvrez une foule de conseils utiles sur l'entrepreneuriat

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

la boite:2320429:box
la boite:2333426:box
la boite:2320468:box
la boite:2334608:box
image title
Fermer