Recherche Voyage

Le Zika est toujours là

Les autorités cubaines ont chargé les militaires, en... (Photo Yamil Lage, Agence France-Presse)

Agrandir

Les autorités cubaines ont chargé les militaires, en février 2016, d'exterminer les moustiques qui transmettent le virus Zika.

Photo Yamil Lage, Agence France-Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Avis aux voyageurs qui ont l'intention de s'envoler vers le Sud cet hiver : bien que le sujet ne fasse plus les premières pages des journaux, la menace représentée par le virus Zika est toujours bien réelle.

« Oui, il y a encore un risque de contracter le Zika, confirme Francesca Petit, infirmière clinicienne à La Clinique du voyageur du Grand Montréal. C'est toujours en développement. »

Si le virus est beaucoup moins présent dans l'espace médiatique, les cliniques de santé voyage invitent toujours leurs patients à la plus grande vigilance. « Chaque fois qu'on a une consultation, on aborde le sujet », assure Nellie Gauthier, aide-infirmière au Complexe santé de la Capitale, à Québec.

Les Bahamas, le Costa Rica, la Colombie, la Jamaïque, le Mexique, la République dominicaine et Cuba figurent sur la liste des destinations à risque répertoriées par le gouvernement canadien. Les consignes peuvent changer à tout moment.

« Il faut vraiment regarder pays par pays pour savoir où il y a eu des transmissions actives. »

- Judy Richard, infirmière à La Clinique du voyageur

Transmise par un moustique, l'infection peut notamment causer de la fièvre, des maux de tête, des éruptions cutanées ainsi que des douleurs articulaires et musculaires. On recommande aux gens qui se rendent tout de même dans les zones à risque de porter des vêtements longs et de faire usage de chasse-moustiques.

Les experts s'entendent tous en outre pour dire que les femmes enceintes devraient éviter tout voyage dans ces pays. Si elles sont infectées, leur bébé pourrait être atteint d'une microcéphalie, malformation de la boîte crânienne.

Les couples qui souhaitent concevoir un enfant doivent aussi être vigilants. Pour éviter tout problème, les spécialistes rappellent que dans le cas des femmes, mieux vaut attendre de deux à trois mois après le retour d'un voyage dans une destination à risque avant de tenter de concevoir un enfant. Pour un homme, on parle plutôt d'une période de six mois.

Rappelons que certaines compagnies aériennes, comme Air Canada, ont mis en place des politiques de modification ou d'annulation de réservation sur présentation d'un avis médical.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Voyage

Tous les plus populaires de la section Voyage
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Destinations

Asie Europe Afrique Amérique latine Océanie États-unis Canada Québec

publicité

Autres contenus populaires

image title
Fermer