Recherche Voyage

Savoir faire le vide autour de son siège en avion

Pour beaucoup, voyager sans voisin est un rêve... (PHOTO THINKSTOCK)

Agrandir

Pour beaucoup, voyager sans voisin est un rêve presque inaccessible. Pour accroître ses chances de coudoyer un siège libre, il existe quelques techniques.

PHOTO THINKSTOCK

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Pour bien des voyageurs, il y a toujours ce moment d'angoisse en entrant dans l'avion : quelqu'un va-t-il s'asseoir à côté de moi ? Ou aurai-je le (rare) privilège de coudoyer un siège libre ?

L'été dernier, Adrienne Carter, une journaliste du New York Times, a osé écrire un article dans lequel elle donnait ses trucs pour augmenter ses chances de voler en gardant ses distances avec les autres passagers.

Des lecteurs ont mal réagi, l'accusant d'être une « égocentrique égoïste » au comportement « obsessif ». « Qu'est-ce qui ne va pas pour que nous soyons si préoccupés d'éviter le contact avec d'autres membres de notre espèce ? », a demandé l'un d'entre eux. Un autre a raconté la fois où il s'était assuré d'avoir un siège dans une rangée déserte. Mais au dernier moment se sont assis à côté de lui un père et son fils qui a crié pendant tout le vol. « Ç'a été le vol le plus lamentable de ma vie », a-t-il écrit.

Ne reculant devant rien, nous reprenons ici les astuces de Mme Carter et nous en ajoutons certaines de notre cru. À vous de décider si le jeu en vaut la chandelle.

CHOISIR UN VOL PROPICE

Pour accroître ses chances, il vaut mieux opter pour des vols moins populaires. Mais ce n'est pas si simple : le coefficient d'occupation des avions est à la hausse depuis des années. L'an dernier, il a atteint près de 80 % en moyenne au sein des compagnies membres de l'Association internationale du transport aérien (IATA). Tentez votre chance avec les vols qui décollent en milieu de journée, les nouvelles liaisons (comme le Toronto-Rio de Janeiro d'Air Canada) et les routes desservies par plusieurs transporteurs (comme Montréal-Paris).

PRÉFÉRER L'ARRIÈRE DE L'AVION

Comme beaucoup de voyageurs aiment mieux s'asseoir à l'avant de l'avion pour pouvoir sortir rapidement à l'arrivée, c'est souvent à l'arrière de l'appareil que se concentrent les sièges libres. Il vaut donc la peine de réserver un siège dans cette section, quitte à le changer plus tard.

SCRUTER LE PLAN DE CABINE

Sur l'internet, le plan de cabine qui sert à choisir son siège donne une bonne idée de l'état des lieux. Dans un vol qui ne semble pas rempli au maximum, choisir un siège du milieu dans une rangée centrale de trois ou quatre places pourrait vous donner l'usage exclusif de cette rangée. En effet, les autres passagers choisiront probablement une autre rangée dans l'espoir, eux aussi, de ne pas avoir de voisin. Plan B : choisir une rangée de trois ou quatre places où un siège allée ou hublot est déjà occupé. Peu de voyageurs choisiront instinctivement un siège coincé entre deux passagers si d'autres possibilités existent.

CRÉER UNE ALERTE

Le site ExpertFlyer permet de recevoir un courriel quand un siège allée ou hublot se libère. La première alerte est gratuite ; il faut débourser 99 cents US pour chaque alerte additionnelle. Ce service est particulièrement pratique lorsque les transporteurs libèrent subitement des sièges jusque-là bloqués. Pour les grands voyageurs, des abonnements mensuels à 5 et 10 $US sont offerts. Une application mobile, Seat Alerts, est également offerte pour iOS et Android.

S'ENREGISTRER À RÉPÉTITION

Dans les 24 h précédant le décollage, il est possible de s'enregistrer autant de fois qu'on le souhaite sur le site d'une compagnie aérienne ou par l'entremise de son application mobile. Chaque fois, on obtient le plan de cabine en temps réel montrant les places libres et occupées. On peut donc voir si le siège qu'on a choisi est toujours désirable ou non - et le changer, le cas échéant. Il est généralement possible de jouer à ce petit jeu jusqu'à 30 ou 45 minutes avant l'embarquement. Des changements de dernière minute peuvent donc causer des surprises une fois dans l'avion.

FAIRE LES YEUX DOUX AU PERSONNEL

Les plus déterminés tenteront d'amadouer les agents à la porte d'embarquement. Ils leur demanderont si l'avion est plein et si des places de choix sont toujours disponibles. Dans les pires cas, ils prétendront souffrir de claustrophobie ou d'autres affections débilitantes. Il s'agit d'une tactique qui peut être efficace, mais à utiliser avec discernement.

PAYER POUR DEUX SIÈGES

Pour ceux qui en ont les moyens, c'est l'une des solutions les plus sûres : acheter le siège à côté de soi. Pour ce faire, il vaut mieux téléphoner directement à la compagnie aérienne, surtout si c'est votre première expérience. Ceci dit, sachez que même si vous avez acheté un siège additionnel, il est toujours possible qu'un agent de bord permette à quelqu'un de s'y asseoir dans certaines circonstances.

JOUER À LA CHAISE MUSICALE

Avec un peu de chance, c'est la façon la plus facile d'améliorer son sort. Bon nombre de compagnies aériennes permettent aux passagers de changer de siège dès que la porte de l'avion est fermée. Quand un agent de bord en fait l'annonce, c'est le moment de se précipiter sur la place libre près du hublot ou dans une rangée déserte. Ce stratagème s'exécute plus facilement si vous êtes à l'arrière de l'avion, puisqu'on y a une meilleure vue d'ensemble des sièges inoccupés.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Voyage

Tous les plus populaires de la section Voyage
sur Lapresse.ca
»

publicité

Destinations

Asie Europe Afrique Amérique latine Océanie États-unis Canada Québec

publicité

Autres contenus populaires

image title
Fermer