Recherche Voyage

Grèce: s'inquiéter ou non?

Malgré la crise, la Grèce n'a été le... (PHOTO AP)

Agrandir

Malgré la crise, la Grèce n'a été le théâtre d'aucune violence et les manifestations se sont concentrées dans un secteur d'Athènes facile à éviter. De plus, les Grecs sont plus accueillants que jamais avec les visiteurs, reconnaissants envers les touristes qui visitent leur pays en ces temps difficiles, selon plusieurs observateurs.

PHOTO AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Q : Nous avons prévu un voyage en famille en Grèce du 19 juillet au 10 août. Nous suivons le dossier économique de ce pays, mais j'aimerais connaître votre position. Pensez-vous que nous serons en sécurité et que tout continuera à fonctionner (transports de tout genre, musées, attraits touristiques, etc.) malgré le défaut de paiement?

Pensez-vous qu'ils seront sortis de l'Union européenne en si peu de temps? Merci de m'éclairer. Ce n'est pas la guerre, mais nous partons avec nos enfants et nous souhaitons avoir le moins de problèmes possible! - Dominique Julien

DESTINATION: La Grèce

DURÉE DU VOYAGE: 3 semaines

VOYAGEURS: En famille

R : À l'heure où vous lirez ces lignes, vous aurez quitté. Je suppose donc que vous aurez trouvé réponse à vos questions, d'autant plus que le risque de voir la Grèce quitter la zone euro semble écarté dans l'immédiat. Voici tout de même quelques précisions qui pourraient s'avérer utiles pour vous comme pour les autres voyageurs inquiets.

D'abord, la question de la sécurité. Notons d'emblée que la Grèce est généralement considérée comme un pays sûr - à peu près autant que le Canada et plus que la Belgique, selon un sondage réalisé en 2015 par le site participatif Numbeo.

De plus, dans un billet publié sur le site du journal britannique The Guardian, l'auteur et comédien grec Alex Andreou, qui couvre la crise depuis plusieurs mois, relève qu'il n'y a eu aucune violence au pays et que les manifestations se sont concentrées dans un secteur d'Athènes facile à éviter. Il ajoute que les Grecs sont plus accueillants, plus hospitaliers et plus reconnaissants que jamais à l'égard des visiteurs qui choisissent de passer leurs vacances dans leur pays malgré la crise.

C'est aussi ce que signale Martine Schenker, de l'Agence grecque Byzantino Travel, jointe à Athènes: «Les conséquences [de l'entente intervenue entre la Grèce et ses créanciers] seront certainement dures pour nous, mais le tourisme n'en sera pas affecté. Au contraire, ceux qui décideront de visiter la Grèce seront "chouchoutés" par leurs hôtes.»

Toutefois, les nouvelles mesures qui seront imposées, plus dures encore que celles que les Grecs avaient rejetées par référendum, pourraient créer des réactions importantes et donc des grèves. «Mais cela affectera surtout les centres urbains et peu les îles», soutient Mme Schenker, qui n'écarte pourtant pas le risque que les transports publics ou maritimes soient touchés. Cela signifie, par exemple, que vous pourriez être dans l'impossibilité de vous rendre à l'aéroport en train - auquel cas vous pourrez toujours prendre un taxi - ou que le traversier qui devait vous mener à telle île reste à quai, ce qui vous obligera à modifier vos réservations d'hôtel, le cas échéant.

Pour ce qui est des autres précautions à prendre, elles sont surtout d'ordre financier. En effet, bien que les étrangers ne soient pas assujettis à la limitation des retraits bancaires à 60 par personne par jour imposée aux Grecs, ils sont toujours à la merci, comme tout le monde, des longues files d'attente et des possibles pénuries de liquidités aux guichets automatiques. Pour se prémunir contre ces désagréments, il suffit d'emporter avec soi suffisamment d'argent comptant - tout en prenant les précautions d'usage contre le vol: ne garder sur soi que de petites sommes et ranger le reste dans un endroit sûr. Combien emporter? «Une famille de quatre personnes peut largement voyager en Grèce avec de 100 à 150 par jour», selon Kostas Bourdos, de l'agence de voyages Grèce sur mesure, cité par leNouvel Observateur.

Notons que les cartes de crédit Visa et MasterCard sont toujours acceptées dans les commerces de moyenne importance.

Par ailleurs, comme aucun paiement ne peut être fait à l'étranger à partir de la Grèce, il pourrait y avoir des pénuries de biens importés, notamment de médicaments. Mieux vaut donc emporter tout ce dont vous pourriez avoir besoin.

Enfin, quant à une éventuelle sortie de la zone euro, même si elle devait survenir à terme, elle ne se fera certainement pas du jour au lendemain: c'est un processus long et complexe, et les touristes n'ont rien à craindre dans l'immédiat.

Partez donc l'esprit tranquille, et profitez bien de vos vacances!

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Voyage

Tous les plus populaires de la section Voyage
sur Lapresse.ca
»

publicité

Destinations

Asie Europe Afrique Amérique latine Océanie États-unis Canada Québec

publicité

Autres contenus populaires

image title
Fermer