Recherche Voyage

Un hôtel propose de louer un poisson pour la nuit

Louer un poisson rouge pour la nuit. Le gérant d'un hôtel belge a eu l'idée de... (Photo tirée de Facebook)

Agrandir

Photo tirée de Facebook

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Bruxelles

Louer un poisson rouge pour la nuit. Le gérant d'un hôtel belge a eu l'idée de proposer ce service afin d'animer la file d'attente devant la réception de son établissement, un concept qui a rapidement suscité la curiosité des internautes.

Une touriste néerlandaise a posté début septembre une photo de bocal à poisson sur son compte Facebook. Une de ses amies, productrice radio en Nouvelle-Zélande, l'a reprise sur Twitter. Le tweet est devenu viral et a été aimé plus de 30 000 fois en moins de quatre jours.

Mais ce n'est pas la première fois que le concept «Rent a fish» de l'hôtel Van der Valk de Charleroi connaît ce succès, relayé mardi par plusieurs médias belges.

«Il y a deux-trois ans, un joueur australien de tennis en fauteuil roulant n'arrivait pas à dormir. Il a décidé de filmer les poissons et de partager la vidéo sur les réseaux sociaux», se souvient David Dillen, gérant de l'hôtel, joint par l'AFP.

Depuis, les trois poissons rouges Nemo, Heineken et Prince Charles, loués pour 3,50 euros (5,15 $) la nuit, sont les vedettes de l'hôtel.

C'est le gérant qui a eu cette idée en mars 2013. «Assis au bar de l'hôtel avec mon cousin, je voyais tous ces gens qui s'ennuyaient dans la file d'attente de la réception», se souvient-il, «je voulais rendre leur temps d'attente plus agréable, les faire sourire».

Le concept a tout de suite été plus loin avec le slogan: «Seul dans votre chambre, vous souhaitez de la compagnie?». Il permet de louer son poisson rouge à la nuit, bocal fourni.

«Aujourd'hui, nous avons trois types de clients: ceux qui postent des photos du poisson dans leur chambre sur les réseaux sociaux, les hommes d'affaires qui s'éclatent à envoyer leur note de frais rigolote à leur patron, et les familles à qui on prête gratuitement le poisson», raconte M. Dillen.

Mais gare aux enfants. «Une petite Néerlandaise de trois ans a kidnappé l'un de nos poissons. Son père, qui l'a découvert dans la voiture à la frontière belgo-hollandaise, nous a immédiatement appelé. L'hôtel le lui a offert», conclut-il.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Voyage

Tous les plus populaires de la section Voyage
sur Lapresse.ca
»

publicité

Destinations

Asie Europe Afrique Amérique latine Océanie États-unis Canada Québec

publicité

Autres contenus populaires

image title
Fermer