Recherche Voyage

Rencontre en altitude: Natalie et l'amour au Panamá

Natalie a grandi à Malmö, en Suède, élevée... (Photo Sophie Fouron, collaboration spéciale)

Agrandir

Natalie a grandi à Malmö, en Suède, élevée par sa mère polonaise. Elle vit maintenant à Barcelone et vient de rencontrer l'amour à Bocas del Toro, au Panamá.

Photo Sophie Fouron, collaboration spéciale

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Sophie Fouron

Collaboration spéciale

La Presse

Malgré des heures passées à leurs côtés lors d'un vol, nos voisins de siège demeurent souvent anonymes. Notre collaboratrice a voulu briser cette bulle invisible, faisant des découvertes aussi étonnantes qu'enrichissantes.

«Est-ce que ça va?»

J'ai tout de suite remarqué que ma voisine pleurait. J'ai cherché un mouchoir dans mon sac.

«Oui, oui. Ça va aller. C'est ridicule. Je ne pensais jamais que ça m'arriverait... J'avais prévu deux semaines de vacances à lire sur la plage.»

Natalie m'explique candidement avec ses grands yeux humides qu'elle vient de laisser son coeur à Bocas del Toro, archipel grouillant du Panamá.

«Au départ, George m'a accostée de façon très peu subtile. Je ne me suis même pas présentée à notre premier rendez-vous. Je l'ai recroisé le lendemain et me suis excusée de lui avoir posé un lapin. Il s'est révélé être un gentleman et un guide hors pair.»

Comment ne pas être interpellée par une histoire d'amour? Je l'écoute avec attention.

«Il m'a conquise en allant cueillir des fruits dans les arbres et des poissons dans la mer. C'est George de la jungle! Je suis tombée en amour avec son rire contagieux et son énergie débordante. Ça ne m'était jamais arrivé avant.»

L'éternelle romantique en moi veut la croire.

«Tu sais, je ne suis pas naïve. Je n'ai pas 18 ans. Je ne fais généralement pas confiance aux hommes et je me méfie du baratin des Latin lovers. Mais là, j'ai enfin l'impression d'avoir rencontré un homme. Il me fait rire, m'apaise et me fait sentir belle.»

La base. Probablement que Cléopâtre parlait ainsi d'Antoine il y a plus de 2000 ans.

Natalie me raconte qu'elle a grandi à Malmö, en Suède, élevée par sa mère polonaise. Elle parle le polonais, le suédois, l'anglais et l'espagnol. Elle vit et travaille maintenant à Barcelone.

«Enfant, ma mère me demandait si je voulais un jouet ou un voyage. J'ai toujours choisi les voyages. Tu te souviens de tes cadeaux à 13 ans ? Moi, je me souviens de tous les voyages avec ma mère: Israël, Grèce, Gambie, Égypte, Venezuela. Et maintenant, je travaille comme agente de bord.»

Et pourtant, me confie-t-elle, c'est à Bocas qu'elle vient de faire son premier voyage en solo.

«Je le recommande à toutes. Mon Mange, prie, aime à moi! C'est un voyage qui a transformé ma vie et pas seulement en raison de George.

- D'ailleurs, il partage le même élan amoureux, ton Tarzan panaméen?

- On est officiellement en couple. Il devrait venir me voir dans quelques mois à Barcelone. Quand je suis en amour, je suis fidèle. Même à distance. Tu penses que ça va marcher?»

Je lui avoue que là, mon scepticisme l'emporte sur mon romantisme, mais sait-on jamais?

Elle me remercie de l'avoir écoutée, encore émotive. «Être en amour et ne pas pouvoir le vivre au quotidien, c'est d'une tristesse!» et elle me salue, les yeux rivés sur son téléphone, déjà à l'affût d'un texto ou d'un appel.

___________________________________________________________________________

Natalie, 34 ans, agent de bord 

Habite Barcelone 

Rencontrée lors d'un vol Bocas del Toro-Panama City

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Voyage

Tous les plus populaires de la section Voyage
sur Lapresse.ca
»

publicité

Destinations

Asie Europe Afrique Amérique latine Océanie États-unis Canada Québec

publicité

Autres contenus populaires

image title
Fermer