Recherche Voyage

Pas de hausses à l'horizon dans les tout-inclus

La plage de Varadero à Cuba.... (Photo Martin Chamberland, La Presse)

Agrandir

La plage de Varadero à Cuba.

Photo Martin Chamberland, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

De plus en plus de compagnies aériennes américaines effectuent des vols entre les États-Unis et Cuba, et les liaisons incluent des villes bien connues des Québécois comme Holguin, Varadero, Cienfuegos et Santa Clara. Les tarifs des forfaits tout-inclus proposés dans l'île, réputés les moins chers, risquent-ils de s'envoler dans la foulée de l'assouplissement de l'embargo cubain?

Selon le directeur exécutif de Sunwing au Québec, les choses ont déjà changé. «Depuis le 1er octobre 2015, les prix négociés avec les hôteliers cubains ne sont plus en dollars canadiens, comme depuis 30 ou 40 ans. Ils sont maintenant en dollars américains. C'est la seule île des Caraïbes où on négociait en dollars canadiens», explique Sam Char. Une «légère augmentation» des prix s'est alors fait sentir.

Les assouplissements apportés par le gouvernement américain pour les voyageurs qui se rendent à Cuba et les vols ajoutés par les JetBlue, United et autres American Airlines changeront-ils le paysage des tout-inclus?

«Il ne faut pas penser que tout le monde va se garrocher dans les avions!»

Le grand débarquement américain, Sam Char n'y croit pas trop. «C'est mathématique: il y a 335 millions d'Américains. Même si un faible pourcentage va à Cuba, c'est plus que tous les touristes canadiens. Cela dit, il faut mettre un bémol. Je ne pense pas que tous les Américains vont se précipiter à Cuba. Ils vont continuer à privilégier le Mexique, les îles anglophones comme Saint-Martin, la Jamaïque.»

N'empêche que l'ouverture des États-Unis à l'égard de Cuba a eu des répercussions sur les clients canadiens. «Il y a eu un boom des réservations, constate Debbie Cabana, porte-parole d'Air Transat. Cuba a toujours été très populaire, mais c'était une destination de dernière minute. Maintenant, les réservations se font plus à l'avance.»

Quant aux prix payés par les Canadiens pour une semaine sous le soleil, elle a espoir qu'ils ne grimperont pas.

«Quand la demande augmente, les prix ont tendance à augmenter, poursuit-elle. Mais il y a aussi de plus en plus d'offre à Cuba, chez nous comme chez la compétition, donc ça a tendance à s'équilibrer. On sait que le marché va s'adapter, si les prix augmentent à Cuba, les destinations autour vont vouloir attirer les touristes elles aussi», dit-elle.

Chez Sunwing, on note d'ailleurs que l'augmentation de la demande pour Cuba est aussi venue ces dernières années des Européens, devenus frileux à la suite des attentats survenus dans certains pays qu'ils fréquentaient pour leurs plages, comme la Tunisie, l'Égypte et la Turquie. «Le tourisme de masse américain, il n'est pas encore là», conclut M. Char.

Quoi de neuf dans les tout-inclus?

Que peuvent espérer les vacanciers qui se rendent dans les tout-inclus cubains cette année?

Du côté de Sunwing, on note l'ouverture de deux hôtels à Cayo Santa Maria, soit le Grand Memories Santa Maria et le Sanctuary at Grand Memories, ce dernier étant réservé aux adultes. Dans l'un comme dans l'autre, les premiers clients seront accueillis au tournant de la nouvelle année. De son côté, Vacances Transat, qui offre depuis un an des vols directs Montréal-La Havane, permettra aux voyageurs qui le désirent de séjourner dans des casas particulares, des hébergements tenus par des Cubains.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Voyage

Tous les plus populaires de la section Voyage
sur Lapresse.ca
»

publicité

Destinations

Asie Europe Afrique Amérique latine Océanie États-unis Canada Québec

publicité

Autres contenus populaires

image title
Fermer