Recherche Voyage

Les Noirs seraient victimes de discriminations sur Airbnb

Pour mener à bien leur étude, les chercheurs... (PHOTO ANDREW HARRER, ARCHIVES BLOOMBERG)

Agrandir

Pour mener à bien leur étude, les chercheurs de Harvard Business School ont envoyé en juillet quelque 6400 messages à des personnes proposant un hébergement Airbnb dans les villes américaines de Washington, Baltimore, St. Louis, Los Angeles et Dallas.

PHOTO ANDREW HARRER, ARCHIVES BLOOMBERG

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
SAN FRANCISCO

Les personnes dont les noms et prénoms laissent entendre qu'elles sont noires subissent des discriminations lorsqu'elles cherchent à réserver une chambre sur la plateforme en ligne d'hébergement Airbnb, relève une étude de l'université Harvard.

« Les préjugés et discriminations sont des problèmes importants » pour Airbnb, a affirmé à l'AFP samedi l'entreprise californienne fondée en 2008.

Pour mener à bien leur étude, les chercheurs de Harvard Business School ont envoyé en juillet quelque 6400 messages à des personnes proposant un hébergement Airbnb dans les villes américaines de Washington, Baltimore, St. Louis, Los Angeles et Dallas.

Ils avaient créé de faux comptes avec des patronymes répandus aux États-Unis et laissant entendre soit que la personne était blanche, soit qu'elle était noire.

« Nous avons découvert que les comptes avec un nom laissant entendre que la personne était noire avaient environ 16 % de chances supplémentaires d'essuyer un refus [lors d'une demande d'hébergement] que les comptes aux patronymes laissant penser que la personne était blanche », rapportent les auteurs.

« La différence demeure quand bien même l'hôte est noir, blanc, est une femme ou est un homme », ajoutent-ils.

L'étude conclut ainsi que « les informations facilitent les transactions, mais aussi les discriminations ».

« Alors que clairement un gérant d'hôtel ne peut examiner les noms de clients potentiels et les rejeter sur des critères raciaux, cela est devenu un lieu commun sur Airbnb », expliquent encore les auteurs suggérant que les demandes soient anonymes sur la plateforme Airbnb.

La plateforme collaborative, qui concurrence le marché de l'hôtellerie traditionnelle, affirme pour sa part vouloir « faire d'Airbnb l'une des communautés les plus ouvertes, fiables, diverses et transparentes dans le monde ».

Airbnb est prêt « à travailler avec quiconque capable d'aider à réduire les discriminations potentielles dans cette communauté. Nous sommes en contact avec les auteurs de cette étude et souhaitons poursuivre le dialogue avec eux », affirme le communiqué.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Voyage

Tous les plus populaires de la section Voyage
sur Lapresse.ca
»

publicité

Destinations

Asie Europe Afrique Amérique latine Océanie États-unis Canada Québec

publicité

Autres contenus populaires

image title
Fermer