• Accueil > 
  • Voyage > 
  • Nouvelles 
  • > Bataille du tourisme en Europe: le shopping dominical est un argument 
Recherche Voyage

Bataille du tourisme en Europe: le shopping dominical est un argument

Dans le monde, le tourisme ne cesse de... (Photo Digital/Thinkstock)

Agrandir

Dans le monde, le tourisme ne cesse de croître. L'année 2013 s'est close sur un record de 1,087 milliard de touristes internationaux dont toutes les régions profitent.

Photo Digital/Thinkstock

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Audrey KAUFFMANN
Agence France-Presse
PARIS

L'Europe est le plus visité des continents, mais la concurrence s'accroît entre ses pays phares pour attirer les touristes. Dans ce combat, l'ouverture des commerces le dimanche et le soir dans les artères touristiques les plus courues est mise en avant pour stimuler le shopping pourvoyeur de devises.

Le projet de loi Macron présenté mercredi prévoit la création de zones touristiques internationales dans lesquelles «le travail le dimanche et en soirée sera possible toute l'année», au nom de la «compétitivité» du tourisme français et de «l'attractivité» de la France.

«C'est un formidable signal qui est envoyé: la France veut être plus attractive et accepte de s'ouvrir au monde et au temps des touristes qu'elle accueille», a déclaré à l'AFP Frédéric Pierret, le directeur général de l'Alliance 46.2 qui réunit de grands groupes français du tourisme soucieux d'attirer davantage dans l'Hexagone, dont Accor ou Aéroports de Paris.

Plusieurs rapports récents, dont l'un du Forum économique mondial (WEF) début 2013, pointent la perte de compétitivité touristique en France.

«Depuis une vingtaine d'années, le shopping est devenu le but de voyage d'une certaine clientèle, comme à Dubaï dans les malls ou lors des soldes à Londres, ou pour faire les boutiques de luxe à Paris...», relève Frédéric Pierret, qui est aussi ex-directeur exécutif de l'Organisation mondiale du tourisme (OMT).

«D'un point de vue mondial, le tourisme de shopping existe depuis 20-25 ans. C'est devenu une activité touristique en soi et c'est un élément extrêmement important d'une destination», dit-il.

Pour John Kester, le directeur des études de marché de l'OMT interrogé par l'AFP, «personne ne peut éviter ce sujet». «Dans beaucoup de grandes métropoles d'Europe, le tourisme pèse aujourd'hui pour 10% ou plus de l'économie locale», dit-il.

Dans le monde, le tourisme ne cesse de croître. L'année 2013 s'est close sur un record de 1,087 milliard de touristes internationaux dont toutes les régions profitent. Mais l'Europe reste bien la plus visitée (563 millions) et ses grands pays sont en concurrence pour capter notamment les nouvelles clientèles émergentes dépensières d'Asie ou d'Amérique latine.

À côté de la France et de l'Italie, l'Espagne et la Grande-Bretagne bataillent ferme sur ce terrain depuis le début des années 2000, rejointes par l'Allemagne depuis le milieu des années 2000.

La concurrence joue entre les métropoles comme Londres, Paris, Berlin, Madrid, Rome, Florence, Barcelone... «Entre 1993 et 2013, le nombre de visiteurs a triplé à Barcelone», souligne John Kester.

Aujourd'hui, de nombreux touristes préfèrent passer le week-end à Londres où les boutiques sont largement ouvertes le dimanche, plutôt qu'à Paris, argumente le projet de loi Macron.

Le gouvernement veut s'attaquer à ce problème, alors que le président François Hollande a érigé depuis l'été 2013 le tourisme en «cause nationale».

Secteur-clé de l'économie française, il pesait 7,4% du PIB français en 2013 et représentait un solde excédentaire de 10,3 milliards d'euros dans la balance des paiements.

Mais la France affiche au compteur 42,2 milliards d'euros de recettes touristiques, ce qui ne la place qu'au 3e rang mondial derrière les États-Unis et l'Espagne, alors qu'elle est numéro un en nombre de touristes internationaux accueillis (84,7 millions en 2013).

Le ministre des Affaires étrangères et du Développement international, Laurent Fabius, qui a fermement endossé le rôle de promoteur du tourisme, cible pour la France 100 millions de touristes d'ici 2020.

L'octroi des visas a notamment été facilité depuis début 2014 pour les Chinois qui, de plus en plus nombreux à voyager, détiennent le record de dépenses touristiques dans le monde (plus de 100 milliards d'euros à eux seuls) et en matière de tourisme de shopping notamment.

L'enjeu est d'être la première destination d'arrivée de ces touristes, et non le deuxième ou troisième pays visité dans le cadre d'un périple européen, car c'est dans le premier visité qu'on dépense le plus...

La maire PS de Lille, Martine Aubry, qui dénonce l'élargissement des ouvertures de commerces le dimanche, concède toutefois que «les zones de tourisme international font seules exceptions et méritent une approche particulière, car elles peuvent apporter du pouvoir d'achat supplémentaire et donc créer des emplois».

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Voyage

Tous les plus populaires de la section Voyage
sur Lapresse.ca
»

publicité

Destinations

Asie Europe Afrique Amérique latine Océanie États-unis Canada Québec

publicité

Autres contenus populaires

image title
Fermer