Recherche Voyage

Les pilotes de Lufthansa toujours en grève

Les pilotes de Lufthansa s'opposent à de nouvelles... (Photo DANIEL ROLAND, AFP)

Agrandir

Les pilotes de Lufthansa s'opposent à de nouvelles conditions de fin de carrière.

Photo DANIEL ROLAND, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Agence France-Presse
BERLIN

Les pilotes de la compagnie aérienne Lufthansa poursuivaient mardi une grève entamée lundi, et étendue désormais aux liaisons long-courriers, presque toutes annulées au départ et à l'arrivée de Francfort.

La grève, la neuvième depuis avril au sein du groupe Lufthansa, a commencé lundi en milieu de journée et touché d'abord les vols court et moyen-courrier. Elle est étendue depuis mardi 06h00 locales aux vols long-courriers, et ce jusqu'à minuit.

Le mouvement devait conduire à l'annulation de 1511 vols sur ces deux jours, dont mardi «la quasi-totalité» des vols long-courrier à Francfort, le hub de la compagnie, et la moitié à Munich, a indiqué à l'AFP un porte-parole.

En tout, 166 000 passagers sont concernés, a-t-il précisé, mais la situation dans les aéroports était calme, les voyageurs ayant été informés en amont par courrier électronique ou sms.

Lufthansa réussissait à maintenir un certain nombre de vols domestiques et moyen-courriers en ayant notamment recours à des pilotes qui occupent d'autres fonctions au sein du groupe.

Dans une décision prise lundi soir, mais rendue publique mardi, le tribunal régional du travail de Hesse (État de Francfort), saisi en référé par la direction de la compagnie aérienne, a réfuté «l'illégalité de la grève», selon un communiqué.

Les pilotes de Lufthansa s'opposent à de nouvelles conditions de fin de carrière. Les négociations avec la direction sont au point mort et depuis fin août les grèves se multiplient, touchant tour à tour la compagnie Lufthansa, la compagnie à bas coûts Germanwings ou les activités de fret de Lufthansa Cargo. Les filiales Swiss et Austrian Airlines du premier groupe aérien européen ne sont pas concernées par le conflit.

En parallèle de ce mouvement, les conducteurs de train, en plein bras de fer avec la direction de la compagnie de chemin de fer Deutsche Bahn sur les salaires, le temps de travail et des questions de représentativité de leur syndicat, ont aussi mené ces dernières semaines plusieurs grèves, dont la dernière samedi et dimanche a profondément perturbé le trafic, au début des vacances d'automne dans une grande partie du pays.

Dans un entretien au tabloïd Bild mardi, le ministre fédéral des Transports Alexander Dobrindt estime que «l'économie pâtit» de ces grèves répétées. «Nos axes de transport sont le système nerveux de notre pays», a-t-il argué, «un blocage prolongé nuirait gravement à la conjoncture».

La fédération des voyagistes allemands (DRV) a jugé la situation «totalement inacceptable». «Une nation entière est prise en otage, on ne peut plus endurer ça plus longtemps», a déclaré Norbert Fiebig, son président, dans un communiqué.

«Le droit de grève est ainsi discrédité», a-t-il jugé, appelant «les partenaires sociaux à ne pas engager leurs affrontements sur le dos des clients et des centaines de milliers d'usagers non concernés, mais plutôt à reprendre le chemin menant à la table des négociations».

«La frontière du supportable est atteinte», a-t-il conclu.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Voyage

Tous les plus populaires de la section Voyage
sur Lapresse.ca
»

publicité

Destinations

Asie Europe Afrique Amérique latine Océanie États-unis Canada Québec

publicité

Autres contenus populaires

image title
Fermer