Ski de fond: six pistes, six styles

Le parc-nature du Cap-Saint-Jacques est celui qui propose,... (PHOTO FOURNIE PAR PARC-NATURE DU CAP SAINT-JACQUES)

Agrandir

Le parc-nature du Cap-Saint-Jacques est celui qui propose, dans les limites de l'île, le plus vaste réseau de sentiers (31,8 km au total). Il compte aussi un service de location de skis.

PHOTO FOURNIE PAR PARC-NATURE DU CAP SAINT-JACQUES

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Certains skieurs se fixent, chaque hiver, un nombre précis de kilomètres à parcourir. D'autres, de centres à visiter. Cet hiver, nous vous suggérons plutôt d'essayer six pistes du Québec aux caractéristiques hors du commun.

1. Une piste historique

Logique: le ski de fond, dont les origines remontent à plus de 4000 ans dans les pays scandinaves, doit en grande partie son essor, dans les Laurentides et au Québec, à un Norvégien: Herman Smith-Johannsen. Wapoos («gros lièvre»), pour les Amérindiens impressionnés de le voir aller si vite sur la neige; «Jack Rabbit» pour ses amis du Montreal Ski Club. Dans les années 30, c'est lui qui a développé un vaste sentier de 128 km reliant Prévost à Labelle, la piste «Maple Leaf», sectionnée malheureusement par les constructions résidentielles et d'autoroute. On peut néanmoins en parcourir un beau segment au Parc régional de Val-David-Val-Morin, secteur Dufresne, en suivant la piste 1, dont le niveau de difficulté évolue de facile à difficile à très difficile. On s'arrête selon ses limites!

parcregional.com

2. Une piste nocturne

C'est une rareté: le club de ski de fond Le Norvégien, près de Jonquière, est ouvert du lundi au jeudi jusqu'à 21 h, et ce n'est pas parce que l'on fournit les lampes frontales aux skieurs. Au contraire, une piste de près de 5 km est éclairée tous les soirs pour offrir aux fondeurs un plaisir auquel ils ont moins souvent droit que les skieurs alpins: le ski de soirée. «L'ambiance est totalement différente, c'est plus zen, plus tranquille», dit la responsable du club, Anne Fortin. Nichées dans les contreforts du parc des Laurentides, les pistes sont loin d'être plates, mais celle qu'on a réservée à l'activité est l'une des plus faciles, la «5 sapins familiale», qui présente peu de difficultés techniques. Mieux: puisque l'accès aux autres pistes est interdit, le prix du billet est réduit de 50 % après 16 h.

skidefondlenorvegien.com

3. Une piste panoramique

Le sentier des caps de Charlevoix n'est pas réservé aux grandes expéditions échelonnées sur plusieurs jours avec nuitées en refuge: l'on y fait aussi de belles randonnées d'une journée. La piste de L'abattis suit sur plusieurs kilomètres le plateau des sommets de Charlevoix, dans les hauteurs du centre de ski alpin du Massif, offrant ainsi des points de vue spectaculaires sur le fleuve et L'Isle-aux-Coudres en contrebas. Deux refuges chauffés permettent de se reposer sur le parcours, en profitant du panorama.

sentierdescaps.com

4. Une looongue piste

Immense: le centre de ski de fond du mont Sainte-Anne est le plus vaste au Canada avec ses quelque 200 km de sentiers. Ce n'est pas sans raison que le centre national d'entraînement Pierre Harvey s'y est établi pour former les meilleurs athlètes de l'est du pays. On y trouve l'une des plus longues pistes pour les adeptes du pas de patin, la 24, qui s'étire sur 21 km. «Dans la plupart des centres, il faut faire des boucles, repasser sur certains tronçons pour parcourir une telle distance, mais pas ici. C'est exceptionnel», dit Lucie Garneau, présidente du Regroupement des centres de ski de fond de Québec. Un défi pour les skieurs aguerris: le tracé grimpe en altitude jusqu'au refuge Saint-Anselme, 250 m au-dessus du chalet de départ... Prévoyez une bonne collation.

mont-sainte-anne.com

5. Une looongue descente

Quand on évoque le parc national du Mont-Mégantic, on pense bien sûr à son dénivelé et à ses bonnes montées. Mais voyons plutôt les choses d'un autre oeil: ceux qui s'aventureront dans la boucle Andromède auront droit à l'une des plus belles descentes de ski de fond du Québec. La piste bordée de sapins est large, sans virages secs ni portions trop à pic: on file à bonne vitesse sans se soucier de la technique, tout à son bonheur. Et parce que le parc est l'un des endroits les plus enneigés de la province (6 m de neige en moyenne bon an, mal an), la surface est rarement glacée. Un chalet au bas de la côte permet de se réchauffer un peu avant de repartir pour une dernière montée jusqu'à l'accueil.

sepaq.com/pq/mme

6. Une piste accessible en transport en commun

On l'oublie souvent, mais il n'y a pas que le mont Royal où l'on peut faire du ski de fond à Montréal, sans prendre sa voiture. Le parc-nature du Cap-Saint-Jacques est celui qui propose, dans les limites de l'île, le plus vaste réseau de sentiers (31,8 km au total) et compte un service de location de skis. Quitte à s'y rendre, on optera pour la plus longue boucle, la rouge, qui fait le tour en 10,9 km en longeant la rivière des Prairies, puis le lac des Deux-Montagnes. On s'y sent bien loin de la ville!

ville.montreal.qc.ca/grandsparcs

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Voyage

Tous les plus populaires de la section Voyage
sur Lapresse.ca
»

publicité

Destinations

Asie Europe Afrique Amérique latine Océanie États-unis Canada Québec

publicité

Autres contenus populaires

image title
Fermer