La Jacques-Cartier: une rivière bordée de géants verts

Les amateurs de plein air peuvent s'adonner à... (PHOTO FOURNIE PAR LA SEPAQ)

Agrandir

Les amateurs de plein air peuvent s'adonner à diverses activités au parc national de la Jacques-Cartier.

PHOTO FOURNIE PAR LA SEPAQ

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Ce n'est qu'une fois au coeur de la vallée de la Jacques-Cartier que l'on comprend mieux la ferveur des opposants au projet de centrale hydroélectrique qui s'était dessiné au début des années 70. L'issue de la «bataille de la Jacques-Cartier» nous permet aujourd'hui de bénéficier d'un cadre spectaculaire intact, à 30 minutes de Québec, où des montagnes touffues tombent à pic dans la rivière.

Sans l'abandon du projet Champigny en 1975, qui prévoyait des installations hydroélectriques au sein de la vallée, cette dernière aurait été submergée, noyant tout espoir de l'arpenter dans son état naturel.

Aujourd'hui, ces desseins industriels ont bel et bien coulé, et les lieux ont obtenu le statut de parc national, garant de leur protection à long terme.

C'est donc l'esprit en paix que l'on peut profiter de la tranquillité de cette vallée tout à fait unique, au sein de laquelle chante doucement la rivière Jacques-Cartier. Et ce ne sont pas les moyens de l'explorer qui manquent! Sentiers de randonnée et de vélo de montagne, activités nautiques en tous genres... autant de possibilités offertes aux amateurs de plein air.

Cependant, jouer de la pagaie dans les eaux de la Jacques-Cartier permet de prendre la pleine mesure du splendide couloir montagneux qui s'est formé le long des rives.

Au centre de location nautique (au kilomètre 10, jouxtant le centre de découverte), on vous offre le choix des armes: se tournera-t-on vers le kayak classique, le canot, la chambre à air ou le miniraft, qui peut accueillir entre cinq et sept personnes? À chacun sa préférence; les parcours restent identiques, quelle que soit l'embarcation choisie, sauf celui de la chambre à air, plus court et moins mouvementé.

Grâce à un système de navettes (plusieurs départs par jour, réservation recommandée), on vous conduit, avec votre destrier nautique, au départ de l'un des quatre parcours proposés - notez qu'il est également possible de transporter l'embarcation louée avec son propre véhicule.

Géants verdoyants

Les mousses en quête de grande découverte partiront de la Jetée, pour un trajet de 19 km (compter quatre ou cinq heures), mêlant sections panoramiques et une dizaine de rapides. Moins long, le parcours au départ du Pont-Banc est agrémenté de quatre rapides et totalise 8 km. Dans tous les cas, on épouse les humeurs du cours d'eau, depuis les sections paisibles permettant d'admirer les impressionnantes cimes alentour jusqu'aux rapides bouillonnants qui ajoutent un peu de piment à l'aventure (des sentiers aménagés sur la rive permettent de les éviter par portage, pour ceux qui ne portent pas les vaguelettes dans leur coeur). Même si l'aventure s'adresse à tous, y compris aux navigateurs néophytes, mieux vaut toutefois «lire la rivière» au préalable pour esquiver les nombreux rochers émaillant les eaux.

En dérivant au gré du courant, on se sent soudain minuscule, cerné par ces géants aux flancs abrupts, formant un corridor verdoyant; véritable régal pour les yeux. À mesure que l'on pagaie, les monts se succèdent, pour se transformer en vagues silhouettes lointaines. Ici règne une ambiance mystique, aux accents presque asiatiques; exacerbée lors des journées brumeuses, drapant le tout d'un châle translucide. On se sent transporté ailleurs, et pourtant, nous sommes bien au Québec!

Embrasser la vallée

Après s'être laissé avaler par la vallée et avoir ressenti la domination des cimes, pourquoi ne pas prendre de la hauteur afin d'embrasser du regard la beauté de la faille naturelle?

Une quinzaine de sentiers de randonnée, répartis sur plus de 100 km, offrent des possibilités accessibles à tous les niveaux.

L'un des meilleurs choix pour jouir de points de vue plongeants demeure le sentier des Loups, qui offre des points de vue surplombant les vallées de la Jacques-Cartier et de la Sautauriski. Onze kilomètres de marche, assortis d'un dénivelé pas piqué des ver(t)s, vous conduisent à deux splendides belvédères.

De là, nous songeons brièvement à ces vieux projets hydroélectriques, avant de respirer un bon coup et de chasser ces mauvais nuages, maintenant derrière nous. Car l'essentiel est là, devant, étalé sous vos yeux.

Bercé par la Jacques-Cartier

De l'emplacement de camping au chalet tout équipé, un vaste choix d'hébergements géré par la SEPAQ est proposé aux visiteurs. Cherchez les abords de la rivière: quel bonheur que de se laisser immerger dans le sommeil avec, en toile de fond, la mélodie de la Jacques-Cartier.

Voici l'éventail des possibilités: camping (à partir de 23$), tente Huttopia (à partir de 100$), yourte (à partir de 108$), camp rustique (à partir de 87$), chalet (à partir de 122$) et chalet EXP (larges fenestrations, à partir de 133$).

Attention aux maringouins en fin de journée, parfois voraces.

Accès au parc

8,50$ par jour (adulte)

Locations

Canot, kayak solo ou duo, minirafts. Entre 50$ et 137$ environ, selon l'embarcation et le parcours choisis. Balade en chambre à air (17,90$). Location à l'heure possible pour des balades familiales en eaux calmes.

Pêche possible sur un secteur de 30 km

Activités: visites guidées, découverte de la faune, balades nocturnes et observation astronomique, causeries et animations théâtrales.

sepaq.com/pq/jac

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Voyage

Tous les plus populaires de la section Voyage
sur Lapresse.ca
»

publicité

Destinations

Asie Europe Afrique Amérique latine Océanie États-unis Canada Québec

publicité

Autres contenus populaires

image title
Fermer