Québec vu par... Jean-Sébastien Ouellette

Jean-Sébastien Ouellette habite dans le Faubourg Saint-Jean.... (PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, LA PRESSE)

Agrandir

Jean-Sébastien Ouellette habite dans le Faubourg Saint-Jean.

PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Jean-Sébastien Ouellette a défendu sur les planches de La Bordée ou du Grand Théâtre certains des plus grands rôles classiques, dont celui d'OEdipe, dans la pièce Jocaste reine, aussi présentée en 2013 au TNM. Il incarne à compter du 21 avril le rôle-titre dans Macbeth, de Shakespeare, présenté par Le Trident. Le comédien de 44 ans prête aussi sa voix à César, l'homme qui parle aux chiens, dans la version doublée au Québec.

Dans quel quartier habitez-vous?

J'habite dans le Faubourg Saint-Jean. J'aime pouvoir profiter à la fois de la vie de quartier et de la proximité de la ville. Mon dépanneur, c'est l'épicerie Moisan, la plus vieille épicerie fine d'Amérique! Le quartier n'est peut-être pas visuellement aussi propre que le Vieux-Québec, mais j'aime les maisons collées, collées, les petites rues étroites. Les maisons sont un peu croches, mais je trouve ça beau.

Pourquoi avoir choisi de vivre à Québec?

C'est la vie qui a choisi pour moi. Et je suis très content! Je suis chanceux de pouvoir vivre de mon métier ici. Je viens d'un village et je n'ai jamais eu l'appel de la grande ville. La vie à Québec va bien avec mon rythme intérieur. En plus, il y a une effervescence dans le monde du théâtre à Québec. La création occupe une place importante. Il y a beaucoup de petites compagnies théâtrales, de créations collectives. Et comme c'est un petit milieu, on est obligé de toucher à tout. Comme artiste, c'est super agréable.

Avez-vous un endroit de prédilection pour réviser vos textes?

J'apprends mes textes à la maison, mais je les révise en marchant. Comme la ville est pleine de côtes, ça me garde en forme! Je fais souvent le même circuit. Le parc de la Francophonie, la promenade des Premiers-Ministres. Je fais le tour devant le parlement et je reviens par la Grande Allée avant de descendre la rue De La Chevrotière. Sinon, lorsque je veux faire le vide, je vais sur la terrasse Dufferin, le jour, quand il n'y a personne. De là, on voit jusqu'à l'île d'Orléans. C'est un endroit magique.

Où allez-vous pour passer du temps en famille?

On met les vélos sur le toit de l'auto et on descend jusqu'au fleuve pour rouler le long du boulevard Champlain. Ça nous fait un beau 10 km, aller-retour. L'hiver, on va glisser au parc Berthelot. Sinon, on aime bien aller patiner place D'Youville. En semaine, vers l'heure du souper, il y a moins de touristes.

Et pour pique-niquer?

J'aime beaucoup aller au parc Cartier-Brébeuf, dans Limoilou. Les berges de la rivière Saint-Charles ont été entièrement revalorisées. On peut maintenant y faire du vélo, du patin à roues alignées. Ou s'asseoir dans l'herbe pour pique-niquer. On ne peut pas vraiment dire qu'il y a moins de monde que sur les plaines d'Abraham, mais ça fait changement.

Finalement, quel endroit recommanderiez-vous pour un souper romantique?

La dernière fois que j'ai participé à un souper romantique, c'était au Pied bleu. Ç'a été une expérience extraordinaire, mais pas vraiment romantique! Les clients sont tous assis autour d'une grande table. Au début, tout le monde était un peu gêné, mais le party a vite levé. C'est un endroit très convivial. Pour ceux qui veulent plus d'intimité, je recommanderais Le Moine Échanson. On peut y déguster plusieurs bons vins et on y mange très bien.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Voyage

Tous les plus populaires de la section Voyage
sur Lapresse.ca
»

publicité

Destinations

Asie Europe Afrique Amérique latine Océanie États-unis Canada Québec

publicité

Autres contenus populaires

image title
Fermer