Visite guidée sur le Titanic... à Montréal

Le Titanic quitte le port de Southampton, le... (PHOTO FOURNIE PAR LE CONSEIL MUNICIPAL DE SOUTHAMPTON, ARCHIVES AGENCE FRANCE-PRESSE)

Agrandir

Le Titanic quitte le port de Southampton, le 10 avril 1912.

PHOTO FOURNIE PAR LE CONSEIL MUNICIPAL DE SOUTHAMPTON, ARCHIVES AGENCE FRANCE-PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Samuel Larochelle

Collaboration spéciale

La Presse

Il y a 105 ans, dans la nuit du 14 au 15 avril 1912, le Titanic sombrait dans les eaux froides de l'océan Atlantique, au large de Terre-Neuve. Afin de souligner le triste anniversaire de cette catastrophe maritime, une visite guidée, incluse dans l'application mobile Montreal Map and Walks, vous invite à déambuler dans les rues de la métropole pour découvrir des liens peu connus entre le paquebot et plusieurs bâtiments montréalais.

Long d'environ 8 km, le circuit débute sur le site de l'Union française, angle Berri et Viger, où l'on peut admirer la statue de bronze de Marianne, une oeuvre du sculpteur Paul Romain Chevré, l'un des passagers ayant survécu à la tragédie. 

On se rend ensuite dans un édifice où les billets du Titanic étaient vendus, dans les bureaux montréalais de l'entreprise White Star Line, situés de 1909 à 1939 dans la Banque canadienne impériale de commerce, rue Saint-Jacques Ouest. 

Grâce au circuit, on apprend que la frise extérieure du Musée des beaux-arts de Montréal est l'oeuvre de Leopold Weisz, un sculpteur hongrois ayant obtenu le contrat en 1911. Engagé par la suite pour façonner les boucliers en pierre du bâtiment de la Dominion Express dans le Vieux-Montréal, il était retourné en Angleterre pour aller chercher sa femme. Le couple a péri à bord du Titanic

Les curieux feront un arrêt au magnifique bâtiment de la Banque Molson, qui était la propriété d'Harry Markland Molson. Ayant lui aussi péri durant le naufrage, il était le Canadien le plus riche sur le bateau. 

Un détour est également prévu rue de la Commune, afin d'admirer le bâtiment de la société de transport maritime Allan, qui possédait le navire à vapeur ayant reçu le premier signal de détresse du Titanic. À l'époque, son équipage a contacté le siège social montréalais pour obtenir la permission de modifier son trajet et d'aller porter secours au Titanic

Le parcours déambulatoire se conclut au cimetière Mont-Royal, là où se trouvent les tombes et les pierres commémoratives de six passagers morts durant le naufrage. Avec les cinq autres passagers enterrés dans le cimetière Notre-Dame-des-Neiges et celui qui se trouve au cimetière Baron de Hirsh, Montréal est au deuxième rang des villes comptant le plus de sépultures en lien avec le Titanic, après Halifax. 

Il faut environ trois heures pour accomplir le trajet. Bien qu'instructif, le guide permet surtout de mieux connaître des lieux évoquant plus ou moins directement la tragédie et ses victimes. 

Ceux qui restent sur leur faim seront certainement heureux d'apprendre qu'un projet est à l'étude pour ouvrir une exposition interactive et sensorielle sur la catastrophe du Titanic à Niagara Falls, au printemps 2018. Les visiteurs pourraient alors visiter les cabines du paquebot, se promener sur le quai et même ressentir l'impact de la collision avec l'iceberg.




publicité

publicité

Les plus populaires : Voyage

Tous les plus populaires de la section Voyage
sur Lapresse.ca
»

publicité

Destinations

Asie Europe Afrique Amérique latine Océanie États-unis Canada Québec

publicité

Autres contenus populaires

image title
Fermer