La fête au village: prendre Racine

La fromagère Marie-Chantal Houde est membre-fondatrice du marché... (Photo Robert Skinner, La Presse)

Agrandir

La fromagère Marie-Chantal Houde est membre-fondatrice du marché Locavore. Elle y est très souvent les samedis matin. Marie-Chantal travaille avec Jean Morin, à la fromagerie du Presbytère de Sainte-Élizabeth-de-Warwick, mais ses fromages sont faits avec du lait de brebis. Son Zacharie-Cloutier a remporté le titre de meilleur fromage du Québec en 2014. Elle fait aussi un délicieux yogourt.

Photo Robert Skinner, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(RACINE) Si le vendredi, c'est à Sainte-Élizabeth qu'il faut être, le lendemain, c'est à 60 km de là que ça se passe. À Racine, village d'un millier d'habitants dont certains fort dynamiques ont créé le marché Locavore - certainement l'un des plus beaux marchés publics de la province, où les gens du coin s'appellent par leur prénom, prennent un café ou une boisson d'argousier. Tout pour étirer ce moment de bonheur collectif.

On ne tombe pas sur Racine par hasard.

Le village est bien caché dans la campagne des Cantons-de-l'Est, là où les routes 222 et 243 se rencontrent. «C'est au milieu de nulle part», concède Gaston Michaud, qui est l'un des initiateurs du marché Locavore de l'endroit, un marché dynamique qui attire les gens des villes et villages voisins le samedi matin.

Comme parfois le hasard fait bien les choses, Gaston Michaud, ancien curé communiste montréalais, a atterri à Racine en 1978 afin de faire un camp pour les gens démunis. «Je n'avais jamais entendu parler de Racine», se rappelle-t-il. Mais il y avait une ferme à vendre et le prix était bon.

Les racines ont pris, il n'est jamais parti et a toujours été impliqué dans la communauté et dans le développement coopératif. 

Ainsi, il y a une dizaine d'années, lorsqu'un agriculteur de la région a lancé l'idée de faire un marché à Racine, Gaston Michaud a été interpellé.

Les producteurs présents au marché viennent de la... (Photo Robert Skinner, La Presse) - image 2.0

Agrandir

Les producteurs présents au marché viennent de la région. Au départ, il y avait une quinzaine de producteurs, tous de la relève, précise le père-fondateur du marché, Gaston Michaud. Il y en a une vingtaine maintenant, en plus des producteurs qui ont des aliments dans la boutique.

Photo Robert Skinner, La Presse

Le marché a été construit en un mois, avec des corvées publiques. Il y avait parfois une cinquantaine de villageois qui y travaillaient en même temps, des gens de tous les âges, incluant des enfants.

La corvée est une vieille tradition québécoise, explique Gaston Michaud: «Quand une maison brûlait, les gens du village se mettaient ensemble pour la reconstruire.»

Le principe est simple, poursuit l'ancien curé rouge: «Nous voulions travailler avec le savoir-faire des gens de Racine. Il y a toute une philosophie derrière ça. Notre société est basée sur les déficiences des gens [...]. C'est une catastrophe. Nous avons plutôt travaillé avec leurs compétences. C'est comme ça qu'on forme des communautés. C'est révolutionnaire.»

Le marché Locavore de Racine a ouvert ses portes il y a huit ans. Il se tient tous les samedis matin, de 9 h à 13 h, jusqu'au début d'octobre, quelques fois par la suite.

En 2015, lors de ses meilleurs matins, le marché a accueilli 1000 visiteurs. Le quart vient de Racine, les autres des environs, dont une petite partie qui fait pas mal de route pour se rendre, preuve que le milieu de nulle part est parfois le coeur de quelque chose.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Voyage

Tous les plus populaires de la section Voyage
sur Lapresse.ca
»

publicité

Destinations

Asie Europe Afrique Amérique latine Océanie États-unis Canada Québec

publicité

Autres contenus populaires

image title
Fermer