Un week-end à Sherbrooke

Le café Pierre Jean Jase offre une vaste... (PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE)

Agrandir

Le café Pierre Jean Jase offre une vaste sélection d'omelettes.

PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Une ville universitaire avec de jolies maisons victoriennes, un lac aux abords animés, de bons restaurants et de chouettes microbrasseries, à deux heures de Montréal... ça vous fait penser à quoi? Burlington? Certes. Mais Sherbrooke préférerait que vous pensiez à elle et, selon Alain Larouche, directeur général de Tourisme Cantons-de-l'Est, la capitale régionale a tout ce qu'il faut pour devenir aussi populaire que Burlington. On l'a testé: il reste du travail à faire, mais force est d'avouer que l'offre touristique y a beaucoup changé depuis 10 ans. Feuille de route pour profiter de la ville pendant un week-end en amoureux.

SAMEDI

11 h BRUNCHER

Sherbrooke n'a pas une très longue histoire, mais son architecture n'en est pas moins intéressante: les rues du centre-ville et de la vieille portion du quartier nord sont, encore aujourd'hui, bordées d'imposantes maisons de bois de style victorien, construites au XIXe siècle par les loyalistes américains. On prend plaisir à les découvrir à pied pour s'ouvrir l'appétit avant d'aller bruncher dans l'un des plus sympathiques cafés du secteur, Pierre Jean Jase. À défaut d'offrir une cuisine mémorable, le café propose un service et un cadre particulièrement chaleureux. Vaste choix d'omelettes.

550, rue de Montréal

cafepierrejeanjase.com

Sherbrooke étant une ville d'eau, pourquoi ne pas... (PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE) - image 2.0

Agrandir

Sherbrooke étant une ville d'eau, pourquoi ne pas s'essayer à des activités nautiques?

PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

Le bouchon propose une intéressante carte des vins.... (PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE) - image 2.1

Agrandir

Le bouchon propose une intéressante carte des vins.

PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

13 h PAGAYER

On oublie souvent, au vu et au su des montagnes qui l'entourent et de son dénivelé en montagnes russes, que Sherbrooke est aussi une ville d'eau, traversée par deux rivières - Magog et Saint-François -, et dont le coeur s'articule autour d'un petit lac, le lac des Nations. Depuis deux ans, on peut découvrir la ville et ses environs en kayak, sur deux circuits du corridor bleu de 7 ou 14 km. La location des kayaks (simples et doubles) est assurée par la boutique Atmosphère, qui s'occupe du transport au point de départ et d'arrivée: prévoyez entre deux et quatre heures, selon le parcours choisi, les conditions météorologiques et le volume de vos biceps.

Boutique Atmosphère: 2325, rue King Ouest

18 h SE PAYER LA TRAITE

Sherbrooke a longtemps pu compter sur l'un des restaurateurs les plus connus et médiatisés de la province pour faire valoir la vigueur de sa scène culinaire: Danny St Pierre. Mais on fera erreur de penser que Chez Auguste est la seule table qui mérite un arrêt, alors qu'au cours des dernières années, la concurrence s'est joliment développée. Retenons l'Antidote, dont la jeune équipe a élaboré un menu à la fois inventif et réconfortant (un pâté chinois à la sauce moléculaire, très bon) dans les locaux de l'ancienne usine de textiles Paton, et Le bouchon, pour sa cuisine soignée, son intéressante carte des vins et son agréable (et rare!) terrasse jouxtant la rivière Magog.

Antidote: 35, rue Belvédère Nord, suite 10, antidotefoodlab.com 

Le bouchon: 107, rue Frontenac, lebouchon.ca

20 h SORTIR

Certes, la salle de spectacles la plus importante de Sherbrooke est celle de son université, mais celle du Granada est autrement plus intéressante. D'abord pour son histoire et son architecture, puisque le riche décor de la salle construite en 1929, signé Emmanuel Biffa, est très bien préservé - si bien qu'elle est inscrite au registre des lieux historiques patrimoniaux du Canada -, mais surtout pour le plaisir d'y voir se produire des artistes dans une salle intime. Surveillez la programmation: on y attrape parfois des places pour des spectacles qui, à Montréal, affichent complet trop vite.

53, rue Wellington Nord 

theatregranada.com

22 h LE DERNIER VERRE

La première succursale de la microbrasserie Siboire, dans l'ancienne gare abandonnée du centre-ville, a connu un tel succès depuis son ouverture que les propriétaires lui ont fait cette année une petite soeur, à deux pas du parc Jacques-Cartier. On y va essentiellement pour goûter les bières brassées sur place, mais cette adresse affiche aussi au menu un peu plus élaboré (pizzas, salades, burgers, etc.). 40, boulevard Jacques-Cartier et 80, rue du Dépôt siboire.ca

Le charme ancestral de L'Île de Garde a... (PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE) - image 3.0

Agrandir

Le charme ancestral de L'Île de Garde a été préservé.

PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

La a Fromagerie de la Gare offre plusieurs produits... (PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE) - image 3.1

Agrandir

La a Fromagerie de la Gare offre plusieurs produits de la région.

PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

DORMIR

Quitte à dormir à Sherbrooke, autant le faire dans l'un de ses plus beaux quartiers, le Vieux-Nord, tournant le dos à ces hôtels aux chambres banales, semblables d'un bout à l'autre de la province. L'Île de Garde permet d'assouvir la curiosité qui aura eu tôt fait de naître en parcourant les rues du quartier, en permettant aux touristes de pénétrer, enfin, dans une imposante demeure victorienne. Le couple de Français qui l'a reprise récemment a su en préserver le charme ancestral (boiseries, foyers, argenterie au petit déjeuner, etc.) tout en lui insufflant une belle dose de modernité, notamment dans les chambres, lumineuses et confortables. Un coup de coeur à Sherbrooke.

576, rue Prospect 

iledegarde.com

DIMANCHE 

11 h MARCHER

Sherbrooke peut se targuer d'avoir l'une des populations les plus actives de la province, et l'aménagement de la piste multifonctions entourant le lac des Nations n'y est certainement pas pour rien. Il y a foule, le dimanche matin, à pied ou en patins à roulettes, pour profiter de cet espace vert en plein coeur de la ville et faire ses courses dans la gare abandonnée, retapée puis transformée en marché public, dont la Fromagerie de la Gare est l'un des arrêts les plus intéressants pour découvrir les produits de la région.

13 h LE DERNIER ARRÊT

Kàapeh? Non, il ne s'agit pas d'une énième graphie inventée par un commerçant pour surfer sur une quelconque tendance: si Alberto Navarro a choisi ce mot d'origine maya signifiant «café» pour désigner son échoppe, c'est d'abord et avant tout pour faire un clin d'oeil à ses racines mexicaines. On y sert donc, en plus des excellents cafés dans la lignée de la troisième vague, quelques spécialités sud-américaines. Un bon dernier arrêt avant de reprendre la route. À moins qu'on ne se laisse tenter par l'exposition de l'été consacrée à Andy Warhol au Musée des beaux-arts de Sherbrooke, situé à deux pas de là.

Kàapeh: 137, rue Frontenac

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Voyage

Tous les plus populaires de la section Voyage
sur Lapresse.ca
»

publicité

Destinations

Asie Europe Afrique Amérique latine Océanie États-unis Canada Québec

publicité

Autres contenus populaires

image title
Fermer