Pédaler à la cime des arbres

Bien installés dans un vélocar suspendu à un... (Photo Sylvie Ruel, collaboration spéciale)

Agrandir

Bien installés dans un vélocar suspendu à un câble et retenus à un siège par une ceinture de sécurité, les visiteurs pédalent sur un parcours de 1 km à la cime des arbres.

Photo Sylvie Ruel, collaboration spéciale

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Sylvie Ruel
La Presse

(GLEN SUTTON) L'Estrie est une région privilégiée pour la pratique du vélo; on pédale sur d'anciennes voies ferrées, on roule sur des dizaines de petites routes de campagne, sillonnant des paysages plats et vallonneux... Et depuis le printemps dernier, on pédale à la cime des arbres. Une première au Canada.

C'est au retour d'un voyage au Mexique où ils ont découvert le vélo aérien que Jeremy Fontana et Julie Zeitlinger, propriétaires de la station de montagne Au diable vert, à Glen Sutton, ont décidé d'implanter cette activité sur leur domaine. Il s'agit du premier vélo sur câble aérien au Canada... et disent-ils, du plus haut au monde.

Bien installés dans un vélocar suspendu à un câble, et retenus à un siège par une ceinture de sécurité, les visiteurs pédalent sur un parcours de 1 km à la cime des arbres. Le câble, rassure-t-on, peut supporter le poids de cinq voitures, soit l'équivalent de 10 tonnes. «Le vélo volant est des plus sécuritaires et même les enfants (de plus de 12 ans) peuvent s'y adonner», affirme Jérémy Fontana.

Premier vélo sur câble aérien au Canada, les... (Photo Sylvie Ruel, collaboration spéciale) - image 2.0

Agrandir

Premier vélo sur câble aérien au Canada, les propriétaires de Vélo Volant ont eu l'idée lors d'un voyage au Mexique.

Photo Sylvie Ruel, collaboration spéciale

À 1000 pieds d'altitude

Donc, dans le vélocar, on ne ressent que du bonheur: celui de se sentir comme un oiseau au-dessus de la forêt. Comme la station Au diable vert se trouve à 1000 pieds d'altitude, entre les sommets du mont Sutton et de Jay Peak, les vues panoramiques sont à couper le souffle! On pédale à son rythme, tout en contemplant la forêt qui se déploie autour. On observe ruisseaux, petites chutes et sous-bois... Et on écoute le chant des oiseaux. Si, parfois, quelques papillons se manifestent dans l'estomac, c'est qu'on se trouve à 100 pieds du sol. Donc, le vélo volant est contre-indiqué pour ceux qui souffrent de vertige chronique. Et ne vous étonnez pas si vous vous essoufflez un peu le long du parcours, c'est qu'il faut parfois un bon mollet pour faire avancer l'engin. Un regret à la fin du trajet? Peut-être celui de ne pas avoir pris davantage le temps de s'arrêter pour contempler l'environnement. Le parcours à la cime des arbres demande en temps normal 45 minutes. Pensez à prendre vos jumelles pour observer les nombreuses espèces d'oiseaux qui habitent la forêt.

Info: www.velovolant.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Voyage

Tous les plus populaires de la section Voyage
sur Lapresse.ca
»

publicité

Destinations

Asie Europe Afrique Amérique latine Océanie États-unis Canada Québec

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer