Recherche Voyage

À boire, aubergiste!

Dormir à la microbrasserie? C'est le rêve de tout passionné de bière. Alors que... (PHOTO IVANOH DEMERS, LA PRESSE)

Agrandir

PHOTO IVANOH DEMERS, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dormir à la microbrasserie? C'est le rêve de tout passionné de bière. Alors que l'Allemagne, l'Angleterre et les États-Unis disposent de nombreux établissements du genre, le Québec vient tout juste de leur emboîter le pas. Trois établissements à Sutton, Saint-Raymond et Val-David proposent plaisirs brassicoles, culinaires et hôteliers sous un même toit. Nous les avons visités.

Sutton: Le rêve de grandeur de quatre passionnés

Depuis son ouverture officielle le 30 mai 2015, l'Auberge Sutton Brouërie attire les foules. Tant la clientèle locale que les touristes du reste du Québec et du Vermont ont rapidement adopté cette jolie auberge située dans le charmant village de Sutton.

Impossible de ne pas être séduit par la terrasse sise en bordure de rivière, les chambres confortables avec mezzanine prisées des familles et groupes d'amis, les pompes aux formes originales d'où coulent de délicieuses bières, l'ambiance chaleureuse aux accents industriels et rustiques et la cuisine aux influences du terroir.

Sutton Brouërie, c'est d'abord et avant tout le rêve de quatre passionnés fort dynamiques : Patrick Roy (maître brasseur), sa conjointe Amielle Doyon-Gilbert et leur couple d'amis Élise Bourduas et Martin Surprenant. C'est le père d'Élise qui a racheté cette auberge construite en 2011 et loue les locaux au quatuor.

Un quatuor soudé

Difficile de concilier le travail d'aubergiste et de microbrasseur? «C'est pour ça qu'on est quatre! On est un team assez soudé. Tout le monde a sa tâche. Je ne m'occupe pas de l'auberge, juste de la brasserie», explique Patrick Roy, qui a fait ses classes chez Brasserie Dunham.

Sa conjointe Amielle, artiste de la soudure, a fait des miracles en décoration avec ses luminaires et son foyer. Lors de notre visite, elle construisait un support à vélos. Élise et Martin veillent quant à eux au bon fonctionnement de l'auberge de huit chambres confortables et modernes. N'ayant pas encore subi de modifications, elles seront davantage personnalisées sous peu.

Amielle Doyon-Gilbert, Patrick Roy, Élise Bourduas et Martin Surprenant ont... (PHOTO IVANOH DEMERS, LA PRESSE) - image 2.0

Agrandir

Amielle Doyon-Gilbert, Patrick Roy, Élise Bourduas et Martin Surprenant ont ouvert l’Auberge Sutton Brouërie il y a un peu plus d’un an.

PHOTO IVANOH DEMERS, LA PRESSE

Ingrédients locaux et bières aux brett

Soucieuse de proposer des plats cuisinés avec des ingrédients locaux, la Brouërie fait affaire avec différents producteurs du coin comme Canards du Lac Brome, la Ferme piscicole des bobines et la Fromagerie des Cantons.

Cela donne des plats gourmands tels gravlax de truite, burger de boeuf Angus, saucisses de gibier et pâtes aux endives, pois et fleur d'ail. Et depuis la fête des Mères, le brunch du dimanche attire son lot de gourmets avec des propositions tout aussi délicieuses.

Côté microbrasserie, la bière est tout sauf banale. Fabriquée entièrement avec des levures sauvages acidifiantes brettanomyces, elle se veut accessible à tous. 

«Je ne voulais pas faire une blonde, une rousse et toute la gamme de couleurs. Je souhaitais avoir toute la liberté pour m'exprimer et prouver que 100 % brett, ça peut être accessible», croit Patrick Roy.

Pari réussi puisque les Saison bee-bop, Bobonom (pale ale américaine), Brune alpine (brune américaine) et les autres créations houblonnées ravissent les papilles des geeks de la bière comme des dégustateurs débutants. Vous raffolez des brassins ? Il est possible de repartir avec des bouteilles vendues sur place. Ou tâcher de les trouver avant qu'elles ne s'envolent dans de rares points de vente.

_________________________________________________________________________________

Auberge Sutton Brouërie, 27, rue Principale Sud, Sutton.

Chambres à compter de 149 $ plus taxes en occupation double, déjeuner compris.

Jean Labranche et Pascal Cothet, copropriétaires du Roquemont... (PHOTO FOURNIE PAR L'HÔTEL ROQUEMONT) - image 3.0

Agrandir

Jean Labranche et Pascal Cothet, copropriétaires du Roquemont entourent leur brasseur Carl Morasse.

PHOTO FOURNIE PAR L'HÔTEL ROQUEMONT

Saint-Raymond: Le camp de base des sportifs

Un camp de base. C'est ce que souhaite être l'hôtel Roquemont pour les nombreux motoneigistes et amateurs de vélo de montagne fréquentant la vallée Bras-du-Nord tout près.

Cet hôtel, racheté par les propriétaires actuels en 2003, passé de 24 à 41 chambres et suites et offrant une cuisine renouvelée aux couleurs du terroir (boudin, tartares, foie gras), est le produit d'une réflexion menée en 2013 pour déterminer ce que veut la clientèle.

«Le produit microbrasserie ressortait fortement», indique Jean Labranche, copropriétaire. Depuis un peu plus d'un an, l'hôtel s'est donc doté d'un volet microbrasserie. Le brasseur Carl Morasse tient le fourquet et concocte cinq bières habituelles (comme la Singletrack, une IPA bien houblonnée) et quelques saisonnières.

En raison de l'énorme engouement de la clientèle pour ses brassins, le Roquemont deviendra sous peu brasseur industriel et pourra commercialiser ses bières pour vente à l'extérieur.

_____________________________________________________________________________

Hôtel Roquemont, 105, rue Grande-Ligne, Saint-Raymond.

Chambres à compter de 89 $ plus taxes, en occupation double. Forfaits combinés offerts.

Patrick Watson, brasseur et copropriétaire du Baril roulant... (PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE) - image 4.0

Agrandir

Patrick Watson, brasseur et copropriétaire du Baril roulant à Val-David.

PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE

Val-David: Un Baril roulant festif et gourmand

Après avoir fondé le pub festif Le baril roulant, à Val-David en juin 2012, le brasseur Patrick Watson et sa conjointe avaient envie d'étendre leurs activités à l'hébergement.

Ayant toujours rêvé d'une auberge de jeunesse, ils ont racheté un établissement situé tout près de la piste Le p'tit train du Nord et d'une jolie rivière.

Depuis septembre 2015, 7 chambres attendent les visiteurs, ainsi qu'un dortoir mixte de 12 lits. Bénéficiant d'une cuisine plus vaste qu'au pub, l'auberge offre un menu plus recherché comprenant des plats comme des moules au fromage bleu, un thali indien et un tartare de cerf rouge. Plats que l'on peut savourer sur l'une des plus belles terrasses des Laurentides, en accord avec l'une des 24 bières offertes dans les pompes.

De plus, le couple détient un troisième commerce depuis l'été dernier: la brasserie industrielle où sont fabriqués les brassins. «On vend des bouteilles et j'aurai peut-être des growlers [cruchons] cet été. On n'a pas encore des heures d'ouverture fixes, mais ça s'en vient», explique Patrick Watson.

________________________________________________________________________________

Le baril roulant, 1430, rue de l'Académie, Val-David.

Chambres à compter de 109 $ plus taxes, en occupation double, déjeuner et une bière à l'arrivée compris. Dortoirs: 26 $ par personne.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Voyage

Tous les plus populaires de la section Voyage
sur Lapresse.ca
»

publicité

Destinations

Asie Europe Afrique Amérique latine Océanie États-unis Canada Québec

publicité

Autres contenus populaires

image title
Fermer