Recherche Voyage

Les Îles-de-la-Madeleine à vélo

L'île du Havre-aux-Maisons a un relief en douceur... (Photo: Sylvie Ruel, collaboration spéciale)

Agrandir

L'île du Havre-aux-Maisons a un relief en douceur mais tourmenté, avec ses grosses falaises.

Photo: Sylvie Ruel, collaboration spéciale

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Sylvie Ruel
Le Soleil

«Les Îles-de-la-Madeleine à vélo? T'es folle, avec tout ce vent! C'est de la voile que tu devrais faire, pas du vélo...» m'ont lancé quelques incrédules sur le quai.

Après deux jours de navigation sur le CTMA Vacancier, j'allais en effet découvrir une façon géniale de visiter et d'apprécier les Îles-de-la-Madeleine. Bien sûr qu'il vente fort aux Îles! Mais le secret est de simplement s'informer de la direction des vents avant de prendre la route.

 

Le navire CTMA Vacancier quitte le port de Montréal le vendredi après-midi, mais il est possible aussi de monter à bord (avec son vélo) le jeudi soir à partir de Québec. La croisière d'une semaine inclut trois jours aux Îles. Juste ce qu'il faut pour découvrir ce bout de pays en plein coeur du golfe du Saint-Laurent.

Descendre et remonter le fleuve à bord du CTMA Vacancier constitue un voyage agréable. Même si le navire peut accueillir plus de 400 passagers, il y a assez d'espace pour s'y sentir seul, si on veut. Le personnel, composé uniquement de Madelinots, est courtois et attentionné (on craque pour leur accent acadien et leur sens de l'hospitalité). Les repas sont copieux et la journée est émaillée de conférences et d'ateliers sur diverses thématiques...

Mais les meilleurs moments de la croisière, à mon sens, sont ceux que l'on passe sur les ponts du navire à lire un bon livre ou à regarder défiler le paysage en profitant de l'air du fleuve.

Voir Québec et son imprenable Château Frontenac sur l'heure de minuit constitue l'un des moments forts de la traversée. Mais il y a aussi d'autres lieux et sites qui captivent notre attention tout au long du voyage : Tadoussac, sur la rive sud du fleuve, avec son gros hôtel au toit rouge, les éoliennes aux ailes blanches de Matane et de Cap-Chat, les monts Chic-Chocs qui se profilent derrière la municipalité de Sainte-Anne-des-Monts, le beau phare rouge de Pointe-à-la-Renommée, le parc Forillon et la baie de Gaspé, le rocher Percé et l'île Bonaventure, pour ne nommer que ceux-là... Le navire s'arrête à Chandler en fin de soirée pour prendre quelques passagers. Et le lendemain matin, il vient s'amarrer pour la semaine à Cap-aux-Meules, la porte d'entrée des Îles-de-la-Madeleine.

Un représentant de l'entreprise Vert et Mer viendra rencontrer chaque matin la quinzaine de cyclistes montés à bord pour leur parler des trajets et des points d'intérêt à voir. Après un déjeuner copieux, nous partirons pour la journée avec retour en soirée sur le navire.

Un sentiment de liberté

L'été aux Îles est sans canicule, donc l'air est pur et frais. Des conditions idéales pour le vélo, quoi! Et on roule presque toujours sur le plat.

L'archipel des Îles-de-la-Made-leine regroupe une douzaine d'îles, qui forment un croissant dans le golfe. Six d'entre elles sont reliées par d'étroites dunes de sable que parcourt d'une extrémité à l'autre la route 199, laquelle totalise une centaine de kilomètres. Imaginez le sentiment de liberté à pédaler dans ces vastes espaces remplis de ciel et de mer... à rouler devant des kilomètres de plages de sable blond qui alternent avec des caps et falaises rouges... et les vertes collines noyées dans les bleus du ciel et de la mer...

Le premier matin, comme les vents n'étaient pas favorables, une navette nous a conduits directement à la Grave, dans l'île du Havre-Aubert, afin que nous puissions pédaler en sens inverse, le vent dans le dos.

L'île du Havre-Aubert, avec ses buttes arrondies nommées Les Demoiselles, est reliée à l'île du Cap-aux-Meules par une longue plage sablonneuse (13 kilomètres), protégée des vents par une baie. À l'extrémité ouest, l'île s'étire sur la dune de Sandy Hook (12 kilomètres), qui se termine en queue de poisson dans la mer. C'est là que se tient chaque année le fameux concours de châteaux de sable. Le site de la Grave était l'ancien port d'entrée des Îles, où avait lieu toute l'activité commerciale. Plusieurs bâtiments anciens ont été joliment restaurés et transformés en cafés, galeries d'art et boutiques que l'on prendra le temps de visiter.

On peut se rendre ensuite chez les Artisans du sable pour voir les merveilles qu'ils fabriquent avec le sable des Îles et visiter également le Musée de la mer. Pour déguster une fine cuisine, on fait un arrêt au Bistro du Bout du Monde, situé à l'endroit même où était exploité le premier restaurant des Îles. Le jeune propriétaire est sympathique. Et le poisson frais comme ce n'est pas possible!

En roulant, nous verrons se profiler à l'horizon l'île d'Entrée, la plus solitaire des îles, qui est habitée par une population de pêcheurs anglophones, pour la plupart descendants d'Écossais et d'Irlandais. Cette île chauve surmontée d'une grosse montagne, le Big Hill, offre un point de vue magnifique sur tout l'archipel. On s'y rend avec un petit traversier à partir de Cap-aux-Meules.

Puis nous quitterons la route principale et ajouterons une boucle de 20 kilomètres additionnels autour de l'île du Havre-Aubert, dans un décor enchanteur mais un peu plus vallonné. Sur notre route, nous trouverons une boulangerie artisanale et plusieurs petits commerces pour nous approvisionner.

Arrêt au fumoir et à la fromagerie

Une bonne nuit de sommeil et nous reprendrons le pavé le lendemain matin pour découvrir la partie est des Îles. Nous traverserons l'île du Havre-aux-Maisons, qui offre un relief en douceur mais tourmenté avec ses grosses falaises. Le Canton de Pointe-Basse est bucolique avec ses caps dressés devant la mer et ses plateaux vallonnés parsemés de petites maisons de couleurs diverses où domine un vieux phare. Nous ferons un arrêt au Fumoir d'antan, que dirige la famille Arseneau, des pêcheurs de hareng depuis plusieurs générations. Puis nous irons chercher quelques bons fromages à la fromagerie des Îles, le Pied-de-Vent.

L'île du Havre-aux-Maisons est réputée pour sa fameuse dune du Sud, une magnifique plage bordée de falaises rouges et de grottes, qui s'étire sur 22 kilomètres de longueur. Une petite marche sur la plage et, de là, nous reprendrons la route en direction de l'île de Pointe-aux-Loups, la plus petite île de l'archipel, qui émerge au milieu d'un long ruban de sable. La longue plage de la dune du Nord qui épouse la route est parmi les plus belles plages des Îles. Cette fois, le vent soufflera si fort dans notre dos que nous aurons à peine besoin de pédaler. Des plages, nous en verrons à perte de vue. Quel bonheur! Les Îles offrent plus de 300 kilomètres de belles plages.

Puis nous passerons par Grosse Île, qu'habite une population de pêcheurs anglophones, et Old Harry, reconnue pour sa plage de la Grande Échouerie. Cette plage de 20 kilomètres est la plus sauvage des Îles et on dit qu'elle est la plus belle. C'est là qu'autrefois venaient s'échouer les morses, une espèce disparue à cause de la pêche intensive. Là aussi qu'ont fait naufrage de nombreux navires.

Pour nous restaurer, nous ferons un arrêt au Café de l'Est. De l'extérieur, l'endroit ne paie pas de mine, mais son propriétaire est un original fort sympathique. Et on y mange correctement.

Nous atteindrons enfin l'île de la Grande-Entrée, qui est l'un des plus importants ports de pêche au homard du Québec. En 1994, on a en effet désigné la Grande-Entrée capitale québécoise du homard. Après avoir roulé une soixantaine de kilomètres, nous prendrons la navette en fin de journée pour revenir au navire.

Le troisième jour, nous prendrons le chemin de l'île du Cap-aux-Meules pour aller voir les falaises de la Belle-Anse à Fatima. Quel beau spectacle! Et nous ferons ici et là quelques arrêts pour admirer les paysages et nous en mettre plein la vue avant de remonter avec notre vélo sur le navire qui quittera Cap-aux-Meules devant un mémorable coucher de soleil.

Oui, le vélo est une belle façon de découvrir et d'apprécier les Îles...

L'île du Havre-aux-Maisons a un relief en douceur mais tourmenté, avec ses grosses falaises. - photos collaboration spéciale sylvie ruel

Trop de vent aux Îles? Le secret : s'informer de la direction des vents avant d'enfourcher son vélo

Repères

CTMA

Information et réservation : 1 888 986-3278

www.ctma.ca

Tourisme Îles-de-la-Madeleine : 1 877 624-4437

www.tourismeilesdelamadeleine.com

 

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Voyage

Tous les plus populaires de la section Voyage
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Destinations

Asie Europe Afrique Amérique latine Océanie États-unis Canada Québec

publicité

Autres contenus populaires

image title
Fermer