Recherche Voyage

Kadisha: balade dans la «vallée des saints»

Le couvent Mar Lichaa est l'un des plus... (Photo Thomas Abgrall, collaboration spéciale)

Agrandir

Le couvent Mar Lichaa est l'un des plus accessibles de la région, niché au-dessus de champs d'oliviers.

Photo Thomas Abgrall, collaboration spéciale

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Thomas Abgrall
La Presse

(Bcharré, Liban) La vallée de la Kadisha, classée en 1997 au patrimoine mondial de l'UNESCO, fourmille de chemins de randonnée qui permettent de partir à la découverte de monastères remontant aux origines du christianisme.

C'est du village de Bcharré, d'où est originaire le poète Khalil Gibran - célèbre pour son essai Le Prophète -, que démarre notre voyage dans la Kadisha, la «vallée des saints» libanaise. Bcharré, avec ses toits en tuile rouge et son double clocher, se trouve perché sur un plateau, qui surplombe la «cuvette» de la Kadisha: une faille rocheuse au milieu de laquelle passe une vallée, dont le fragile fil directeur est une rivière qui serpente entre les arbres.

De Bcharré, à flanc de falaise, une route en lacets descend dans la plaine. Les points de vue sont à couper le souffle, quelques grappes de végétation s'accrochent à la roche abrupte - ocre et grise - qui laisse transparaître des cascades. Des dizaines de grottes naturelles se sont formées au fil des millénaires, parfois très difficiles d'accès (à plus de 1000 m d'altitude), ce qui a fait de la vallée un lieu de refuge naturel pour les communautés de la région. En particulier les premières communautés chrétiennes - les maronites - qui représentent encore aujourd'hui environ de 20 à 25% de la population libanaise.

Refuge des chrétiens

À certaines époques, la vallée aurait accueilli près de 200 ermites, et des centaines de moines, qui se sont plusieurs fois retrouvés persécutés, notamment à la fin de la période des croisades, par les sultans mamelouks, au XIIIe siècle.

On y trouve aujourd'hui la plus forte concentration de monastères et d'ermitages rupestres remontant aux origines du christianisme.

Les Libanais, quelle que soit leur religion, aiment venir randonner dans la Kadisha et visiter ces monastères.

En contrebas de Bcharré, Mar Lichaa - du nom d'un prophète de l'Ancien Testament - est l'un des couvents les plus accessibles, niché au-dessus de champs d'oliviers. Se fondant avec la roche, il daterait de 1315, et les patriarches de Bcharré auraient été ses premiers habitants. Il abrite une petite église et quelques cellules de moines, mais n'est plus fonctionnel depuis plusieurs années. Du couvent, un large chemin terreux au milieu des arbres parsemé de croix conduit dans le fond de la vallée.

Tout autour, sont encore visibles de nombreuses cultures en terrasses, où les moines et les habitants de la région font pousser la vigne et les céréales. Si la plupart ont été abandonnées, quelques-unes subsistent toujours.

Avant de parvenir au pittoresque couvent de Qannoubine, le plus ancien de la région, le restaurant d'Abou Joseph - le seul planté au milieu de la vallée - arrive à point nommé pour déguster quelques mezzés libanais au frais. Les infrastructures touristiques se sont peu développées dans la vallée, ce qui lui a permis de préserver toute son authenticité.

On accède à Deir Qannoubine par un petit chemin pentu et rocailleux. Plus intime et calme que Mar Lichaa, avec sa terrasse ombragée, sa grande cloche, sa chapelle blanche avec des fresques murales colorées remontant au XVIIIe siècle.

Les derniers ermites du Liban

Encore plus haut dans la montagne se trouvent quelques restes du couvent Notre-Dame de Haouqa.

C'est là que vit depuis une dizaine d'années l'un des trois derniers ermites de la vallée de la Qadisha, l'étonnant père Dario Escobar. Le couvent le plus proche lui apporte deux fois par semaine sa nourriture, un seul repas végétarien par jour, à 2h du matin.

En redescendant dans la vallée, le chemin de randonnée se poursuit avant de s'effacer progressivement. Il faut continuer par des sentiers non balisés pendant plusieurs heures, avant d'atteindre la dernière étape, le couvent le plus imposant de la vallée: Saint-Antoine de Kozhaya. Au coucher du soleil, sa majestueuse façade prend de belles teintes orangées. Le portail d'entrée, de style arabe, s'ouvre sur une grande cour dotée d'une fontaine et offrant de superbes vues sur la vallée. Une petite église avec trois clochers est adossée à la paroi rocheuse.

Pour profiter pleinement du lieu, il est possible d'y passer la nuit. Il peut accueillir jusqu'à 60 visiteurs. Avec en prime un lever de soleil sur la vallée... en attendant de se perdre de nouveau dans les multiples sentiers de la Kadisha.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Voyage

Tous les plus populaires de la section Voyage
sur Lapresse.ca
»

publicité

Destinations

Asie Europe Afrique Amérique latine Océanie États-unis Canada Québec

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer