Recherche Voyage

Liverpool à pied

Après quelques minutes à déambuler sur les quais... (Photo Samuel Larochelle, collaboration spéciale)

Agrandir

Après quelques minutes à déambuler sur les quais de Liverpool, vous rêverez de vivre dans l'un des flats construits dans les anciennes installations portuaires.

Photo Samuel Larochelle, collaboration spéciale

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Samuel Larochelle

Collaboration spéciale

La Presse

(LIVERPOOL) Oui, Liverpool est la ville qui a vu naître les Beatles, mais elle ne se résume pas au Fab Four. Après avoir bien fait vibrer votre fibre nostalgique en suivant le parcours proposé par notre collègue Jean-Christophe Laurence, partez à la découverte des autres charmes de la ville lors d'une balade à pied. Itinéraire...

Afin de comprendre pourquoi Liverpool fut l'un des plus grands centres de commerce mondial au cours des XVIIIe et XIXe siècles, un détour par l'Albert Dock s'impose. Lové entre les gratte-ciels du centre-ville et la voie maritime, le secteur inauguré par le prince Albert en 1846 a été témoin du commerce de produits exotiques (coton, thé, tabac, soie, brandy) et du passage de milliers d'esclaves et d'émigrants.

Naguère décrépis, les quais ont bénéficié d'une cure de rajeunissement majeure à partir de 1988, et plus particulièrement au cours de la dernière décennie. Aujourd'hui, l'Albert Dock est l'attraction gratuite la plus visitée hors de Londres au Royaume-Uni, avec 5 millions de visiteurs par année. Malgré la popularité des lieux, les quais offrent un sentiment d'apaisement immédiat à quiconque aime la proximité des cours d'eau et les grands vents du nord.

Un secteur qui décoiffe

Après quelques minutes à déambuler sur les quais, vous rêverez de vivre dans l'un des flats construits dans les anciennes installations portuaires. À condition d'avoir quelques millions à dépenser.

Vos yeux seront inévitablement happés par un bateau multicolore immobilisé dans une vieille écluse ou par la présence d'un « Bananalamb », l'un des moutons avec un postérieur en forme de banane que l'on retrouve un peu partout dans la ville. Imaginées par l'artiste japonais Taro Chiezo, les sculptures représentent à la fois les dangers des modifications génétiques et un hommage aux cargaisons de moutons et de bananes qui ont transité ici.

Le Musée maritime de Merseyside.... (Photo fournie par Visit Liverpool) - image 2.0

Agrandir

Le Musée maritime de Merseyside.

Photo fournie par Visit Liverpool

Ville muséale

Si les magnifiques édifices de brique rouge, les trottoirs de pierre et les vieilles arches ne vous plongent pas instantanément dans le passé, les nombreux musées des docks s'en chargeront.

Outre le Beatles Museum, qui retrace le parcours du Fab Four, les environs accueillent le Musée international de l'esclavage, le Tate de Liverpool (le plus grand musée d'art moderne du Royaume-Uni, après celui de Londres) et le Musée maritime de Merseyside. Un arrêt dans ce dernier vous apprendra que le tristement célèbre Titanic a été construit à Liverpool, par l'entreprise White Star Line. L'édifice abritant son ancien siège social existe encore.

Même si Liverpool n'a pas la réputation de Londres côté mode, vous devriez prendre un moment pour flâner dans les boutiques à proximité. Dix minutes à pied suffisent à regagner le centre-ville, avec ses rues commerciales (Liverpool One, Bold Street, St John's) et ses nombreux magasins.

Durant votre séance de magasinage, choisissez où vous ferez une pause : un pub pour savourer une pinte de Guinness, un café pour boire un thé, un restaurant pour déguster un fish & chips, une réconfortante meat pie, etc.

Fin de parcours religieuse 

Une fois rassasiés et ragaillardis, reprenez la route en direction de l'une des deux cathédrales de Liverpool, qui se visitent gratuitement. Commencez par la traditionnelle cathédrale anglicane, la plus grande du pays et la sixième au monde pour sa taille, avec une superficie de 9687 m2.

Elle possède des vitraux couvrant 1700 m2, les cloches les plus pesantes (31 tonnes) et les plus hautes du monde (elles sont perchées à 66,7 mètres du sol). Elle abrite aussi un orgue datant de 1926, qui compte 10 267 tuyaux !

Une vingtaine de minutes plus loin, après avoir croisé des étudiants du département d'art et design John Lennon, de l'Université John Moores, vous verrez apparaître l'étonnante cathédrale métropolitaine du Christ-Roi. Il s'agit de l'une des plus modernes au pays, avec sa structure rappelant un tipi géant surmonté de piques inquiétantes. Imaginé dans les années 1850, le projet de style gothique a été revu à cause de la guerre et de l'inflation. Après la construction de la chapelle, les travaux ont été interrompus pendant 60 ans, faute de moyens. Obligés de repenser les plans, les responsables du projet ont lancé un concours mondial remporté par Frederick Gibberd. La cathédrale a été inaugurée en 1967.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Voyage

Tous les plus populaires de la section Voyage
sur Lapresse.ca
»

publicité

Destinations

Asie Europe Afrique Amérique latine Océanie États-unis Canada Québec

publicité

Autres contenus populaires

image title
Fermer