Recherche Voyage

Un musée de Londres glisse un faux parmi ses toiles de maîtres

Doug Fishbone cherche à démonter la certitude qu'une... (PHOTO BEN STANSALL, AFP)

Agrandir

Doug Fishbone cherche à démonter la certitude qu'une oeuvre vaut la peine d'être vue sous prétexte qu'elle est exposée dans une galerie d'art dans un beau cadre.

PHOTO BEN STANSALL, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Agence France-Presse
LONDRES

Les visiteurs de la Dulwich Picture Gallery sont invités à observer attentivement depuis mardi à Londres les tableaux de maîtres au mur, à l'affût de la copie chinoise glissée au milieu des Rembrandt, Rubens et autre Gainsborough.

La galerie londonienne a remplacé l'un des 270 tableaux de sa collection permanente par une copie réalisée à partir d'une photo de l'original en quelques semaines dans le village de Dafen, dans le sud de la Chine, pour 126 dollars, port inclus.

Leur but: amener les visiteurs à réexaminer chacun de ses chefs d'oeuvres parmi lesquels figurent également des Van Dyck, des Constable ou des Canaletto.

«Je pense que c'est celle-ci. Elle a juste l'air trop parfaite», avance Ian Mortimer, un Britannique de 60 ans, pointant du doigt un portrait de 1820 du peintre anglais James Lonsdale.

Ian Mortimer enregistre son choix sur la tablette du musée avant de laisser la place à sa femme qui a choisi le portrait d'une femme, de l'autre côté de la pièce, principalement «parce qu'elle le déteste».

«Soudain, le doute est partout, ils doivent observer chacun des tableaux avec attention», a expliqué Xavier Bray, le conservateur de la galerie.

«Quand vous regardez les tableaux de vieux maîtres, vous avez les vernis, le coup de pinceau, le type de toile et la peinture qui craque», a-t-il détaillé.

«La réplique chinoise a été faite en 2014, elle est donc évidente quand vous la trouvez. Ce qui est fascinant c'est de la voir dans le contexte du musée», a-t-il ajouté.

«Dès que vous accrochez quelque chose dans un musée, vous supposez que c'est de qualité. Si personne ne trouve l'intrus, qu'est-ce que cela signifie pour toutes les oeuvres que nous observons», dit-elle à l'AFP, enchantée par le défi lancé par la galerie.

Doug Fishbone, l'artiste américain qui a eu l'idée de la supercherie, cherche à démonter la certitude qu'une oeuvre vaut la peine d'être vue sous prétexte qu'elle est exposée dans une galerie d'art dans un beau cadre.

Notant que l'art de la copie n'a rien de nouveau, Xavier Bray affirme juste vouloir «montrer que cette pratique s'est désormais déplacée en Chine» où des millions de copies sont réalisées chaque année pour le marché mondial et domestique.

La copie, accrochée mardi dans un cadre identique à l'originale, sera exposée jusqu'au 28 avril, date où réplique et oeuvre originale seront présentées côte à côte.

«Vous pourrez alors comparer la qualité de la réplique et apprécier la beauté de l'original», a conclu Xavier Bray.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Voyage

Tous les plus populaires de la section Voyage
sur Lapresse.ca
»

publicité

Destinations

Asie Europe Afrique Amérique latine Océanie États-unis Canada Québec

publicité

Autres contenus populaires

image title
Fermer