Recherche Voyage

Du surf extrême au-dessus du cercle polaire arctique

La plage d'Unstad, sur l'archipel norvégien des Lofoten,... (PHOTO OLIVIER MORIN, AFP)

Agrandir

La plage d'Unstad, sur l'archipel norvégien des Lofoten, est un endroit de prédilection pour les surfeurs fuyant les destinations bondées.

PHOTO OLIVIER MORIN, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Olivier MORIN
Agence France-Presse
BøSTAD

L'eau fait seulement quelques degrés, il bruine, il vente, mais le petit groupe s'enfonce dans la Grande Bleue. Loin des plages ensoleillées de Californie, des inconditionnels pratiquent le surf au-dessus du cercle polaire arctique, été comme hiver.

Malgré sa latitude improbable qui la met au même niveau que le Nord de la Sibérie et de l'Alaska, la plage d'Unstad, sur l'idyllique archipel norvégien des Lofoten, est un endroit de prédilection pour les surfeurs fuyant les destinations bondées.

Dans un décor époustouflant fait de cimes enneigées et de montagnes qui plongent dans la mer, on y vient 365 jours par an de tous les coins du monde, parfois dans de bons vieux vans aux accents hippies, pour se mesurer à des vagues de classe mondiale presque toujours fidèles au rendez-vous.

«Ici, il y a de la houle la plupart du temps, le cadre est intimiste et le paysage à couper le souffle avec les aurores boréales, le soleil de minuit, la neige...», explique Tommy Olsen, un Viking de 45 ans, dont une vingtaine sur les planches.

«En 24 heures, on peut vivre toute une série d'expériences formidables : faire du snowboard dans la journée, surfer le soir, puis admirer les aurores boréales la nuit», souligne-t-il.

Propriétaire d'un camping, village de cabanons en bois rouge, tout proche de la plage, il est aussi moniteur de surf : «toute l'année, je ne fais rien d'autre que surfer, que ce soit au travail ou sur mon temps libre», confie-t-il.

Ration double l'été quand le soleil de minuit baigne les lieux d'une lumière permanente, permettant aux aficionados de pratiquer de jour comme de nuit.

Haut lieu du tourisme en pleine nature et de la pêche, les Lofoten sont traditionnellement tournées vers la mer. À un jet de galet de la plage, des milliers de têtes de cabillaud sèchent sur de gigantesques tréteaux en bois, attendant probablement d'être exportées vers l'Afrique, où elles seront pilées pour être transformées en complément nutritionnel.

C'est le beau-père de Tommy Olsen qui, le premier, a eu l'idée d'introduire le surf dans l'archipel au début des années 1960 : de retour d'un séjour à l'étranger, Thor Frantzen et un camarade avaient construit leurs planches avec du polystyrène, du papier journal mouillé et de la colle.

«Nous n'avions pas d'argent à cette époque», explique ce pionnier de 67 ans.

«Pas de requins»

Un demi-siècle plus tard, la plage d'Unstad est un rendez-vous prisé des surfeurs venus pour certains des antipodes pour jouer les équilibristes sur les lames de l'Arctique.

Dans une ambiance décontractée et conviviale, un pro australien en tournage d'un film promotionnel côtoie des locaux aux barbes «roots» - retour aux sources - et sept étudiants suédois qui, la tente sauvage à peine plantée après un périple de six heures, se jettent à l'eau, la planche sous le bras.

Ne manquent plus que les ballades des Beach Boys et... quelques degrés supplémentaires.

Si les plus téméraires peuvent faire trempette dans cette région de l'Arctique, c'est grâce au Gulf Stream, ce courant océanique chaud qui traverse l'océan Atlantique pour lécher le littoral norvégien. Du coup, la température de l'eau tombe rarement en-dessous de 5°C. Loin tout de même de celle enregistrée dans les contrées tropicales.

«Pour surfer ici, il faut une combi de 6 mm d'épaisseur, des chaussures et des gants. On a un peu l'impression d'être un lutteur de sumo», confie Kristian Breivik. «Le pire, c'est de sortir de l'eau et de se changer à l'arrière de la voiture».

Ce «shaper» de 44 ans, aux cheveux poivre et sel mi-longs, conçoit des planches sur ordinateur, les fait fabriquer en Afrique du Sud, puis les vend de son garage.

Après en avoir écoulé environ 150 l'an dernier, il s'apprête maintenant à ouvrir la boutique de surf la plus septentrionale au monde, par 68° Nord.

Une latitude qui a aussi ses avantages : «Ici, il n'y a pas de requins», lâche en souriant Kristian Breivik.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Voyage

Tous les plus populaires de la section Voyage
sur Lapresse.ca
»

publicité

Destinations

Asie Europe Afrique Amérique latine Océanie États-unis Canada Québec

publicité

Autres contenus populaires

image title
Fermer