Recherche Voyage

Islande: le projet chinois de complexe touristique relancé

Un investisseur chinois qui souhaite construire un immense complexe touristique... (Photo Paisley Dodds, AFP)

Agrandir

Photo Paisley Dodds, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
REYKJAVIK

Un investisseur chinois qui souhaite construire un immense complexe touristique dans une région reculée de l'Islande a relancé son projet après deux échecs auprès du gouvernement, a-t-on appris vendredi auprès de son représentant dans le pays.

Huang Nubo, magnat de la promotion immobilière, négocie avec des communes de la région de Grimsstadir (nord-est) pour qu'elles achètent le terrain dont il a besoin et le lui louent, a indiqué à l'AFP cet intermédiaire, Halldor Johannsson.

«Nous avons une très bonne coopération avec les municipalités», a-t-il déclaré.

Le projet prévoit cette fois qu'une entreprise ad hoc islandaise, Zhongkun Grimsstadir, loue 1% du territoire de Grimsstadir pour des installations d'hébergement touristique, ainsi que 20 km2 pour les loisirs en plein air.

En 2011, Reykjavik avait rejeté au nom des lois sur la propriété foncière la demande de M. Huang, candidat à l'achat de 300 km2 d'étendues sauvages. Prêt à investir 150 millions d'euros, il voulait y bâtir un complexe touristique de luxe avec un golf et la plus vaste réserve naturelle d'Europe.

En 2012, il avait présenté un projet plus modeste où, pour éviter les complications juridiques, il convoitait une superficie beaucoup moins grande et ne faisait que louer. Mais le gouvernement de gauche, battu aux élections législatives d'avril 2013, n'avait pas eu le temps de l'examiner.

M. Huang négocie maintenant une exception à une loi qui interdit aux étrangers détenant plus de 20% d'une entreprise islandaise de louer un terrain plus de trois ans, sauf si le contrat peut être rompu avec un préavis d'un an.

Jeudi, la ministre de l'Intérieur, Hanna Birna Kristjansdottir, a indiqué à la radio publique RUV que le gouvernement de centre droit ne prévoyait pas de se prononcer dans un avenir proche sur le projet.

«Je suis résolument (...) plus favorable à l'investissement étranger que ne l'était le gouvernement précédent», a-t-elle cependant déclaré.

En avril, l'Islande a été le premier pays européen à signer un accord de libre-échange avec la Chine, puissance qui cherche à s'implanter autant que possible dans l'Arctique.

Les ambitions de M. Huang dans une région qui accueille peu de touristes ont laissé sceptiques les Islandais, qui se sont demandé dans quelle mesure elles servaient les intérêts de son pays.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Voyage

Tous les plus populaires de la section Voyage
sur Lapresse.ca
»

publicité

Destinations

Asie Europe Afrique Amérique latine Océanie États-unis Canada Québec

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer