Recherche Voyage

La plus grande bataille de tomates fête ses 70 ans

Classée comme fête d'intérêt touristique national, après avoir... (Photo Heino Kalis, Reuters)

Agrandir

Classée comme fête d'intérêt touristique national, après avoir été interdite sous la dictature de Franco, la Tomatina a limité cette année le nombre de ses participants à 22 000, alors que la fête en avait attiré jusqu'à 45 000 en 2012.

Photo Heino Kalis, Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Buñol

La plus grande bataille de tomates de la planète, la Tomatina, a fêté mercredi ses 70 ans en Espagne dans les ruelles de Buñol (sud-est) où 22 000 touristes et résidents se sont allègrement vautrés dans le coulis.

La plus grande bataille de tomates de la... (Photo Heino Kalis, Reuters) - image 1.0

Agrandir

Photo Heino Kalis, Reuters

La plus grande bataille de tomates de la... (Photo BIEL ALINO, AFP) - image 1.1

Agrandir

Photo BIEL ALINO, AFP

Des milliers de fêtards du monde entier - britanniques, japonais, indiens, australiens, koweitiens, libanais - avaient convergé vers cette localité de 9000 habitants, à 40 km de Valence, bien décidés à ne rien manquer de cette tradition, qui serait née en 1945 d'une rixe entre jeunes sur un marché.

Dès 11h00, sept camions ont commencé à balancer les tomates sur la foule. En moins d'une heure, «plus de 170 tonnes» de fruits, selon un tweet des organisateurs, ont servi de munitions aux fêtards.

Immergés dans la marée humaine, garçons et filles - parfois munis de lunettes de plongée et de bonnets de bain - se prenaient pour cible devant des murs maculés de rouge ou s'allongeaient ensemble dans la pulpe écrasée. «Je vais passer trois mois sans manger de tomates, j'en suis dégoûtée, mais c'est pas grave», lançait une participante d'une vingtaine d'années devant les caméras de télévision.

Le maire de la ville, Rafael Pérez, a estimé au micro d'une radio que le succès «unique» de cette fête tenait au fait que chacun pouvait s'y défouler. «Il y a des pays où, peut-être, on a plus de mal à exprimer les sentiments. Les Japonais par exemple sont des gens très froids, hiératiques, et qui changent du tout au tout quand ils arrivent ici».

Classée comme fête d'intérêt touristique national, après avoir été interdite sous la dictature de Franco, la Tomatina a limité cette année le nombre de ses participants à 22 000, alors que la fête en avait attiré jusqu'à 45 000 en 2012.

La mairie a également lancé une campagne baptisée «baisers pour l'égalité», pour dénoncer l'homophobie et la violence contre les femmes: tous les couples, quels qu'ils soient, étaient invités à s'embrasser goulument devant les médias.

«Sangria à gogo»

Les jeunes touristes arrivaient en bus de Barcelone, Benidorm ou Malaga, brique de boisson alcoolisée à la main... Certains s'étaient offert le «pack» à 185 euros incluant le voyage, deux nuits en camping, une fête du vin pour «se chauffer» la veille, barbecue et «sangria à gogo» pour faire passer la tomate...

Sur l'internet, une agence de voyages avait recommandé, en anglais, aux «girls» de venir avec «soutien-gorge de sport ajusté» ou bien en «maillot et short». Et d'ajouter: «Prévoyez de jeter tout ce que vous portez». À la télévision, un homme d'une quarantaine d'années assurait d'ailleurs avoir «de la tomate jusque sur sa carte d'identité».

Il s'agissait de la seconde Tomatina payante, la mairie de gauche ayant mis en vente 17 000 tickets à 10 euros, en laissant 5000 autres aux habitants.

Cette commercialisation doit permettre de renflouer les caisses de Buñol, qui croule sous les dettes comme beaucoup de villes espagnoles depuis la crise de 2008. Les organisateurs assuraient par ailleurs qu'une partie des bénéfices irait à une ONG indienne.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Voyage

Tous les plus populaires de la section Voyage
sur Lapresse.ca
»

publicité

Destinations

Asie Europe Afrique Amérique latine Océanie États-unis Canada Québec

publicité

Autres contenus populaires

image title
Fermer