Recherche Voyage

Montréal-New York en train: la voie contemplative

Le train Adirondack d'Amtrak rejoint New York en... (PHOTO ARCHIVES AP)

Agrandir

Le train Adirondack d'Amtrak rejoint New York en 11 heures de Montréal.

PHOTO ARCHIVES AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Pourquoi mettre 11 heures pour se rendre à New York en train quand on peut le faire en une petite heure et demie en avion? Parce que c'est agréable, pardi! Et économique. Et, en fin de compte, si on y regarde de plus près, pas tellement plus long qu'en avion, tout en étant bien moins fatigant.

Faites le calcul: une bonne demi-heure pour se rendre à l'aéroport (quand ça va bien). Deux heures d'attente avant le décollage (quand ce dernier n'est pas retardé) avec en prime le contrôle quasi carcéral de la douane américaine. Une heure et demie de vol (à condition qu'il soit direct). Au moins trois quarts d'heure pour sortir de l'avion, récupérer son bagage et quitter l'aérogare de La Guardia. Une bonne demi-heure de taxi jusqu'à Manhattan (s'il n'y a pas d'embouteillage - il y a toujours des embouteillages), ou au moins une heure par les transports en commun (bus, puis métro - pas le choix). Nous en sommes à au moins six heures, de porte-à-porte. Avec le transbahutage d'un mode de transport à l'autre, les files d'attente et tout le toutim.

Le train? Une demi-heure en taxi jusqu'à la Gare centrale. Disons 15 minutes d'attente avant le départ. Dix heures et demie de train en tout confort (plein de place pour les jambes, des sièges inclinables jusqu'à n'y pas croire), dont une heure d'arrêt à Rouses Point pour le contrôle douanier (les agents montent dans le train, vous restez bien assis à rêvasser, vous montrez votre passeport, merci, bonsoir). Quinze minutes de taxi de Penn Station à un hôtel au centre de Manhattan. Ça nous fait 11 heures et demie, à lire, manger, dormir et regarder le paysage.

Surtout regarder le paysage! Entre Montréal et New York, le train Adirondack d'Amtrak traverse de doux champs de maïs où les silos montent la garde près des maisons endormies. 

Puis il longe une bonne partie du lac Champlain jusqu'au début de son commencement, la rivière Poultney. Au détour d'une baie apparaît un petit port de plaisance où se balancent des forêts de mâts argentés, un héron s'envole au-dessus d'un marécage, on aperçoit au loin le camaïeu gris-bleu des montagnes Blanches... que c'est beau!

Le train arrive à New York vers 21 h,... (PHOTO D'ARCHIVES) - image 2.0

Agrandir

Le train arrive à New York vers 21 h, un bon moment pour admirer la beauté de la ville la nuit.

PHOTO D'ARCHIVES

Dans les virages ou à l'approche des villes, le train siffle comme dans les romans. Il s'arrête à Port Kent, au bord d'une baie qui berce quelques voiliers à l'ancre; à Westport, où l'on a vue sur un hippodrome très british; à Port Henry, devant une vieille petite gare en pierre de taille... En tout, 18 arrêts ponctuent cette longue balade contemplative - des lieux qu'on ne verrait pas en voiture, où l'on n'aurait même pas songé à s'arrêter, et qu'on garde en mémoire pour une prochaine escapade. 

À Fort Ticonderoga, le lac Champlain n'est plus qu'un marais où les aigrettes guettent leur dîner parmi les herbes molles. Parlant de dîner, s'il fait un peu faim et qu'on n'a pas eu la présence d'esprit d'emporter son repas, on peut toujours tâter de la gastronomie ferroviaire américaine. Contre tout espoir, la salade César se révèle honnêtement comestible: romaine bien croquante, vinaigrette relevée aux anchois, poulet en abondance. Même le café est buvable!

Pendant ce temps, les larges fenêtres panoramiques laissent voir des bois peuplés de vieux pins, de chênes et de thuyas, des fermettes isolées, quelques vaches en pacage. De temps en temps émerge le ruban argenté de la rivière Poultney, que l'on quittera bientôt pour longer les eaux vertes et opaques du canal Champlain, puis celles de la rivière Hudson jusqu'à la Grosse Pomme, qui scintille dans la nuit.

On prend pied à Penn Station vers 21 h, un peu étourdi, content d'arriver, les yeux remplis de beauté, même pas fatigué.

______________________________________________________________________________

Visitez le site du train Adirondak d'Amtrak: https://francais.amtrak.com/adirondack-train

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Voyage

Tous les plus populaires de la section Voyage
sur Lapresse.ca
»

publicité

Destinations

Asie Europe Afrique Amérique latine Océanie États-unis Canada Québec

publicité

Autres contenus populaires

image title
Fermer