Recherche Voyage

New York: boire et manger avec les financiers

Mythique, le quartier financier de Manhattan - ou FiDi comme se plaisent à le... (PHOTO Martin Chamberland, LA PRESSE)

Agrandir

PHOTO Martin Chamberland, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Mythique, le quartier financier de Manhattan - ou FiDi comme se plaisent à le surnommer les New-Yorkais - fascine l'imaginaire depuis les tout premiers films sur Wall Street. Cafés branchés, restaurants huppés, pubs historiques... Laila Maalouf vous fait découvrir quelques repaires de négociateurs pour boire, manger et sortir comme ces professionnels qui font tourner la Bourse.

Au petit matin, des cafés branchés

Il n'y a pas que dans les Starbucks où l'on peut obtenir sa dose de caféine dans le FiDi. Voici quatre arrêts incontournables.

Bluestone Lane: un Aussie discret  

Ce café de style australien est l'un des secrets bien gardés du secteur. Il faut dire qu'on tombe difficilement sur cette adresse par hasard, puisqu'elle est discrètement nichée au rez-de-chaussée d'un gratte-ciel Art déco de 1932 - qui possède même un accès privé au New York Stock Exchange! Le Bluestone Lane est un havre de tranquillité à l'abri de l'agitation qui anime le quartier financier en semaine, où les cafés sont savamment préparés avec des accents de Melbourne. Quelques places assises, peu nombreuses, sont disponibles. Les habitués prennent plutôt leur boisson et leur croissant «to go».

30 Broad Street

https://www.bluestonelaneny.com/

Blue Spoon: hipster en plein FiDi 

En plus de servir du café et du thé équitables Intelligentsia, le Blue Spoon prépare des sandwichs et des paninis sur commande, des soupes et des salades idéales pour casser la croûte rapidement, assis le long des vitrines qui se prêtent à merveille à l'observation de la faune locale. Mais il faut arriver tôt le matin pour mettre la main sur les viennoiseries vendues sur place et préparées par la boulangerie Balthazar, considérée comme une institution par bien des New-Yorkais. À noter que ce local lumineux, dont l'ambiance décontractée attire des professionnels jeunes et branchés, est fermé le dimanche.

90 William Street 

http://www.bluespooncafe.com/home

Fika: une oasis scandinave 

Situé à la lisière sud du FiDi, le café FIKA est le genre d'endroit où l'on a envie de se poser quelque temps pour décompresser en sirotant son café, profiter du WiFi et des banquettes moelleuses, s'offrir un « chokladboll » ou toute autre pâtisserie suédoise au nom impossible à prononcer. Le fondateur et copropriétaire, Lars Åkerlund, Suédois d'origine, s'est assuré d'incorporer à la décoration d'inspiration scandinave tous les éléments propices à la détente lors d'une pause-café - « fika » en suédois. FIKA confectionne aussi ses propres chocolats, à consommer sur place ou pour emporter.

66 Pearl Street (autres adresses dans Manhattan) 

http://www.fikanyc.com/

Gregory's Coffee: bol d'air sur Broadway 

À quelques pas du fameux taureau de Wall Street, sur la grouillante avenue Broadway, Gregory's Coffee est l'arrêt à ne pas manquer pour se procurer cet espresso juste assez corsé, destiné à nous fournir l'énergie suffisante pour affronter cette zone survoltée. On succombe à ses brownies autant qu'à l'atmosphère feutrée du local où l'on peut aussi se brancher sur l'internet sans fil. Ce café au logo accrocheur a fait des petits dans l'île et à Brooklyn, et attire dans le quartier financier une clientèle hétéroclite grâce à son emplacement privilégié. Hyper branché, Gregory's Coffee a même lancé sa propre application pour appareils mobiles.

42 Broadway 

http://www.gregoryscoffee.com/

Lunch d'affaires pour clientèle huppée

Pour discuter affaires autour d'un repas gastronomique, quatre adresses s'imposent. Mais attention aux heures d'ouverture: certains restaurants desservent surtout une clientèle d'affaires et ferment le week-end.

Trinity Place: dans une chambre forte

Ce restaurant est installé au sous-sol d'un bâtiment historique dans l'ancienne chambre forte d'une banque datant de 1904, et dont les portes de 35 tonnes ont été conservées. La salle à manger, qui était la salle de réunion des membres du conseil de direction de la banque, est d'ailleurs très prisée pour les événements spéciaux et les réunions d'affaires. Au bar ou aux tables, on peut choisir les créations du chef irlandais Donal Crosbie, qui parvient à transformer des classiques, comme une assiette de tacos, en repas gastronomique. Un bon choix de cocktails et de bulles est offert pour souligner les occasions spéciales.

115 Broadway (l'entrée est dans Cedar Street) 

http://www.trinityplacenyc.com/

The Bailey Pub and Brasserie: luxe et gastronomie 

Le week-end, lorsque le Trinity Place est fermé, on peut toujours se rabattre sur le Bailey Pub and Brasserie pour déguster les créations du chef Donal Crosbie. Situé à un coin de rue de Wall Street, ce restaurant luxueux, avec ses banquettes de cuir rouge, son bar en bois sombre et sa version miniature du « Charging Bull », est le genre d'endroit huppé que l'on croirait tout droit sorti d'un film. Élégant et spacieux, on s'y régale sans y laisser sa chemise. En plus de ses burgers savoureux, on a craqué pour la salade Le Puy aux lentilles. Le Bailey est par ailleurs un excellent endroit où prendre un verre en soirée.

52 Williams Street 

http://www.thebaileynyc.com/

Full Shilling: un vrai pub irlandais 

Entrer au Full Shilling, c'est franchir les portes d'un pub qui nous transporte directement à Belfast. Son comptoir de bar centenaire a d'ailleurs été importé d'Irlande. Très prisé par une clientèle locale le midi, le restaurant se démarque par ses plats traditionnels irlandais comme les bangers and mash, et, bien sûr, ses très populaires fish and chips et shepherd's pie. La preuve de son succès : le restaurant a pignon sur rue dans le quartier financier depuis 1999. Certains préfèrent pourtant s'y rendre en soirée pour son ambiance détendue, ses bières en fût et ses retransmissions d'événements sportifs.

160 Pearl Street 

http://www.thefullshilling.com/

ISE: authentique japonais 

Malgré son apparence très sobre, ISE propose une cuisine raffinée typiquement japonaise. Il ne faut surtout pas se fier au décor pour spéculer sur la qualité des plats servis dans cet izakaya, hauts en couleur et en saveurs. À l'approche de midi, le restaurant grouille de livreurs qui s'affairent à emporter les commandes aux quatre coins du quartier, alors que les tables libres se font déjà rares. Si on y va pour les excellents sushis, il serait dommage de ne pas essayer l'une des combinaisons qui permettent de goûter à d'autres spécialités bien réussies, comme le boeuf negimaki ou les tempuras.

56 Pine Street

Un verre après la fermeture des marchés

Où trinquer avec des courtiers en Bourse? Voici quatre suggestions. Mais ne vous fiez pas aux conseils d'investissement que vous pourriez y obtenir!

Dina Rata: au fil de la bourse

Le concept du Dina Rata, ouvert il y a un an, fait sourire : si les marchés boursiers terminent en hausse, on offre le verre de vin ou de champagne à 6 $; s'ils terminent en baisse, ce sont les cocktails Graveyard et les bières en fût qui sont en rabais. Le « stock market happy hour » commence à la fermeture des marchés et propose un bon choix de cocktails et de plats d'accompagnement. Le bar, aussi un restaurant, est situé au pied de l'hôtel Andaz Wall Street. On y sert par ailleurs des brunchs arrosés de mimosas les fins de semaine.

75 Wall Street (l'entrée est dans Pearl Street)

http://newyork.wallstreet.andaz.hyatt.com/en/hotel/dining/dina-rata.html 

Fraunces Tavern: au coeur de l'histoire 

Cette taverne historique est l'un des bâtiments les plus anciens de la Grosse Pomme et l'un des préférés, dit-on, des négociateurs qui travaillent dans le quartier. Mais la réputation de l'endroit - et sa sélection de plus de 140 bières - attire aussi bon nombre de touristes. Il faut souligner que ses murs érigés en 1719, maintes fois restaurés, ont été le théâtre d'événements étroitement liés à la révolution américaine. George Washington y a même livré son discours d'adieux à ses officiers, en 1783. Fraunces Tavern abrite également sous son toit, depuis 1907, un musée dont les sept galeries retracent des pans de l'histoire new-yorkaise et américaine.

54 Pearl Street 

http://www.frauncestavern.com/

Stout: classique et indémodable 

Même les plus difficiles trouveront une boisson à leur goût chez Stout. Légèrement en retrait du coeur de Wall Street, ce pub aux vieux comptoirs en bois a fait sa réputation grâce à sa variété de plus de 100 bières et ses 65 whiskies irlandais. Certains préféreront toutefois son voisin, The Open Door Gastropub, situé deux portes plus loin, pour son menu d'accompagnements plus raffiné. Mais tous deux touchent la fibre sportive des professionnels de la finance grâce à leurs écrans plats constamment branchés sur des chaînes de sport, devant lesquels on échange plus facilement sur les scores des matchs que sur les rendements du marché.

90 John Street 

http://www.stoutnyc.com/landing.php

The Dead Rabbit: une taverne d'époque 

Les New-Yorkais aiment bien raconter que cette zone de la pointe sud de Manhattan était, jusqu'à la moitié du XIXe siècle, un lieu de prédilection des marins qui accostaient au port voisin. The Dead Rabbit Grocery and Grog fait partie de ces tavernes qui ont survécu au passage du temps, avec Fraunces Tavern et le Whitehorse, tous deux situés à distance de marche et à deux pas de la rue piétonne Stone Street, elle aussi réputée pour ses pubs irlandais. Chez The Dead Rabbit, on accompagne son verre d'un tartare de thon, d'huîtres ou de beignets de crabe en parlant finance au bar du rez-de-chaussée, quitte à terminer la soirée au restaurant du deuxième étage.

30 Water Street 

http://www.deadrabbitnyc.com/

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Voyage

Tous les plus populaires de la section Voyage
sur Lapresse.ca
»

publicité

Destinations

Asie Europe Afrique Amérique latine Océanie États-unis Canada Québec

publicité

Autres contenus populaires

image title
Fermer