Recherche Voyage

Louisville: l'art de l'hôtellerie

L'hôtel 21C de  Louisville, au Kentucky, est... (Photo fournie par l'hôtel musée 21C)

Agrandir

L'hôtel 21C de Louisville, au Kentucky, est régulièrement cité comme l'un des meilleurs hôtels du monde.

Photo fournie par l'hôtel musée 21C

Partager

Simon Chabot
La Presse

(Louisville) Installé au coeur d'un centre-ville à l'abandon en 2006, l'hôtel 21C de Louisville, au Kentucky, est régulièrement cité comme l'un des meilleurs hôtels du monde. Histoire d'une aventure hôtelière hors de l'ordinaire... qui fait des petits.

Le taxi s'arrête devant une enfilade d'anciens entrepôts en brique. Sur le toit, une série de pingouins rouges regardent vers l'horizon, comme s'ils montaient la garde. Au coin de la rue, une vieille Plymouth Special Deluxe 1950 dont les roues ont été remplacées par une armée de pieds nus. Et dans le hall, quatre sculptures d'enfants trônent derrière le comptoir d'enregistrement en bois massif.

Le ton est donné. À l'hôtel 21C de Louisville, on trouve des oeuvres d'art dans tous les recoins, même les plus cachés, comme cette machine à nuage qui crache des ronds de brume dans une petite cour intérieure ou cette installation vidéo qui «arrose» de lettres les visiteurs devant les ascenseurs.

Et c'est sans compter les expositions dans les galeries qui occupent une grande partie du rez-de-chaussée et du sous-sol de cet hôtel unique. Ni les 90 chambres souvent vastes meublées avec goût dans un décor assez moderne, avec quelques touches rétro, sans fla-fla, mais chaleureux, et dont les murs de brique sont ornés, vous l'aurez deviné, de dessins originaux, de sérigraphies, de photos, de toiles...

Inutile de vous pincer, vous n'êtes pas à New York, Chicago ou Los Angeles, mais bien à Louisville, à quelques encablures de la rivière Ohio, au Kentucky, aux portes de la Bible Belt.

Étonnant? Certainement. Et la petite histoire de cet établissement hors normes ne l'est pas moins.

Laura Lee Brown est une héritière de l'empire derrière le whisky Jack Daniel's. Michael Wilson, lui, est propriétaire terrien et éleveur de porcs, entre autres choses. Rien ne prédestinait ce couple de millionnaires formé sur le tard à ouvrir un hôtel. Et pourtant...

L'amour de l'art

Dans l'ADN du 21C, il y a d'abord l'art contemporain.

Le couple Brown-Wilson, propriétaire d'une somptueuse demeure du XIXe siècle de la campagne du Kentucky, épate depuis longtemps ses invités avec des oeuvres qui n'ont rien d'un paysage impressionniste. Plutôt des oeuvres-chocs, comme des photos de sans-abri, d'appartements new-yorkais infestés de rats... ou d'un acteur porno, notamment.

«Nos invités étaient toujours fascinés par l'art qu'on trouve dans chaque pièce de la maison, raconte Steve Wilson, en entrevue à La Presse. Ici, peu de gens vont dans les musées, l'art contemporain, ils ne connaissent pas. Mais une fois devant ces oeuvres, tout le monde est surpris et épaté. On voulait que davantage de gens vivent cette expérience. Si les gens ne vont pas vers l'art, il faut que l'art aille vers eux.»

La volonté de protéger les terres agricoles du Kentucky explique aussi, curieusement, la naissance du 21C.

Comme bien des villes américaines, Louisville a longtemps grandi par la banlieue, au détriment à la fois des terres fertiles de la périphérie et du centre, qui s'est peu à peu vidé. «Beaucoup de villes cherchent un nouvel élan pour leur centre-ville, explique M.Wilson. En le revitalisant, on évite l'étalement urbain. Nous souhaitions à la fois participer à la relance du coeur de la ville et protéger nos terres, tout en faisant du développement durable. Et il n'y a rien de plus vert que de reconvertir des édifices existants...»

Lors d'un voyage en Europe, l'équation s'est résolue. Avec un hôtel dans la rue Main de Louisville, le couple Brown-Wilson ferait d'une pierre deux coups: montrer sa collection et ramener les gens au centre-ville. Mais au Kentucky, le projet a fait beaucoup de sceptiques, se souvient M.Wilson. «Pour bien du monde ici, art et affaires ne vont pas de pair. Je suis très fier d'avoir prouvé le contraire.»

Transformer quatre entrepôts de tabac ou de bourbon et une ancienne banque à l'abandon de la rue Main a coûté autour de 30 millions. Et a attiré bien des regards. Les lecteurs du magazine Condé Nast Traveler ont classé l'hôtel 21C parmi les 10 meilleurs du monde trois années de suite... même si on n'y trouve aucune piscine, à peine un spa, et où le luxe se veut retenu, pratique, très loin de l'outrance et de la démesure.

Tout roule

Le succès est tel qu'un nouvel hôtel 21C ouvrira ses portes à Bentonville, en Arkansas, où vient d'être construit un immense musée d'art américain. Un autre établissement verra aussi le jour très prochainement à Cincinnati, en Ohio. Puis, à Lexington, au Kentucky, et à Durham, en Caroline-du-Nord. Certains observateurs évoquent une douzaine de projets du genre, ce que n'infirme pas M.Wilson, sans se montrer plus précis.

«Ce que je peux vous dire, c'est que nous avons été joints par des Japonais pour un projet là-bas, dit-il. Mais c'est trop loin pour nous. J'aimerais vraiment par contre, un jour, ouvrir un hôtel à La Havane...» Et au Canada? «Pourquoi pas... qui sait?»

En attendant, tout roule à merveille. Steve Wilson continue d'acheter des oeuvres (il vient notamment de mettre la main sur un immense David doré, inspiré de celui de Michel-Ange et produit par un artiste turc, qui trône maintenant devant l'hôtel), le 21C propose sans cesse de nouvelles expositions et affiche souvent complet. Et Louisville connaît un bel essor touristique, notamment grâce à ses tables créatives, dont celle du restaurant de l'hôtel, Proof on the Main. Dans un décor spectaculaire, dominé par un immense «tigre-mille pattes» juché sur le mur, l'équipe du chef Levon Wallace sert des plats construits autour des légumes et des viandes produits dans la région... dont le porc élevé par M.Wilson.

Né de la convergence improbable des intérêts hétéroclites d'un couple, le concept d'hôtel-musée a fait mouche, dans une contrée où l'art contemporain peine pourtant à attirer les foules. L'engouement est si grand qu'on est en droit de se demander si de grands musées n'auraient pas intérêt à se lancer, à leur tour, dans l'hôtellerie.

21C Museum Hotel Louisville, Kentucky

21 cmuseumhotels.com

partir de 269$ la nuit

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Voyage

Tous les plus populaires de la section Voyage
sur Lapresse.ca
»

publicité

Destinations

Asie Europe Afrique Amérique latine Océanie États-unis Canada Québec

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer